Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Editorial

Éditorial

cou_03_19_editorial2_web.jpg

« Un monde paisible et sûr est une condition préalable pour faire face au changement climatique ».

Le Rapport spécial 2018 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a suscité l’émoi et fait couler beaucoup d’encre : pour éviter des conséquences catastrophiques, il faudrait maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle, annonçait-il. Or, nous le savons, nous sommes loin du compte. Pour venir à bout de cette lutte du siècle, les scientifiques préconisent un changement radical des comportements, qui n’est pas envisageable sans un changement profond des mentalités.

« Changeons les esprits, pas le climat » ‒ tel est le slogan de la campagne de sensibilisation de l’opinion publique, qui fait partie de la Stratégie de l’UNESCO 2018-2021 en matière de changement climatique, qui s’inscrit dans la logique de l’Accord de Paris de 2015 (COP21) et de l’Agenda 2030 de l’ONU (ODD). 

Elle définit un large éventail d’actions dans des domaines variés, allant de l’éducation au développement durable (EDD) à la gestion responsable des océans (COI), en passant par la sécurité de l’eau (PHI) et ces observatoires du changement climatique que sont les sites naturels et culturels protégés par l’UNESCO.

Bien d’autres projets liés à la sensibilisation du public par les médias, ou des enfants dans les écoles associées de l’UNESCO (réSEAU), sont en cours, sans compter les Chaires UNESCO au service du climat et du développement durable, les réseaux des peuples indigènes et autres populations vulnérables (Climate Frontlines) ou encore les initiatives sur le terrain des « éclaireurs du changement » (UNESCO Green Citizens).

Changer les esprits, c’est établir un nouvel ordre des priorités dans la politique, dans l’économie, dans l’industrie et dans notre vie quotidienne à tous. Mais c’est avant tout prendre conscience des enjeux éthiques du changement climatique qui met en péril non seulement les écosystèmes de la planète mais aussi nos droits fondamentaux, en créant des injustices et en creusant les inégalités. 

Les dimensions éthiques du changement climatique étant relativement peu explorées, l’UNESCO a adopté, en novembre 2017, la Déclaration de principes éthiques : un outil mis à la disposition de tous les acteurs sociaux, et en particulier des leaders politiques, en vue de prises de décisions appropriées. 

Avec ce dossier, le Courrier entend ouvrir une piste de réflexion sur ces aspects moins connus du plus grand défi planétaire de notre époque. Car parallèlement aux questions scientifiques qui font la une de tous les médias, les questions de justice et d’équité, de respect des droits de l’homme, de solidarité et d’intégrité scientifique et politique, tout comme de responsabilité individuelle et collective, doivent être les principaux jalons de notre action à l’échelle planétaire. 

Mais, dans la pratique, ils ne le sont toujours pas. Même « la communauté de défense des droits de l’homme, à quelques notables exceptions près, s’est montrée tout aussi complaisante que la plupart des gouvernements face au défi suprême que représente le changement climatique pour l’humanité », affirme l’expert australien Philip Alston dans son rapport présenté à l’ONU le 25 juin dernier. Le Rapporteur spécial sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme estime que les mesures prises par la plupart des organes des Nations Unies chargés des droits de l’homme ont été manifestement inadéquates. « Cocher des cases ne sauvera pas l’humanité ou la planète d’une catastrophe imminente », prévient-il.

Vincent Defourny et Jasmina Šopova

 

Dossier publié à l’occasion du Sommet Action Climat de l’ONU (23 septembre 2019) et de la 25e édition de la Conférence des parties sur le climat au Chili (COP25, 2-13 décembre 2019).

 

En savoir plus

Déclaration de principes éthiques en relation avec le changement climatique

Stratégie UNESCO pour faire face au changement climatique

Sommet Action Climat 2019