Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Mapping the World

Une crise de l’éducation sans précédent

cou_03_20_map_insight_website.jpg

Salle de classe désertée de l’école du village de Los Mixcos (Guatemala) en avril.

Katerina Markelova, UNESCO

La crise de l’éducation provoquée par la fermeture des établissements scolaires et universitaires à travers le monde pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19 a atteint son pic à la mi-avril. Entre le 16 et le 19 avril, les écoles ont été fermées dans plus 190 pays, affectant 1,57 milliard d’enfants et de jeunes, soit plus de 90 % d’apprenants. Tout au long de la crise sanitaire, l’UNESCO a assuré le suivi au niveau mondial de la situation en publiant sur son site la carte des fermetures d’établissements scolaires.

Le choix de l’enseignement numérique à distance, vers lequel s’est tournée la grande majorité des pays pour assurer la continuité de l’éducation, a rendu encore plus saillant le problème de la fracture numérique. 826 millions, soit la moitié, d’élèves et d’étudiants dans le monde ne disposent pas d’ordinateurs à leur domicile et 706 millions (43 %) ne sont pas connectés à Internet. Le manque de connectivité est particulièrement préoccupant en Afrique subsaharienne, où la proportion de jeunes n’ayant pas accès à Internet à la maison atteint 80 %.

Selon une récente enquête de l’UNESCO sur les mesures prises par 59 pays pour limiter les conséquences de la fermeture des écoles, seuls 58 % de pays à faible revenu disposent de plateformes d’apprentissage en ligne. 64 % d’enseignants des pays ayant répondu à l’enquête (quel que soit leur niveau de revenu) ne possèdent pas de compétences numériques suffisantes pour dispenser efficacement l’enseignement en ligne. C’est également le cas de 80 % de parents et de 48 % d’élèves.

Ce Décryptage examine quelques-unes des initiatives pour étendre la connectivité, prises dans le cadre de la Coalition mondiale pour l’éducation, lancée par l’UNESCO le 26 mars. Plus d’une centaine d’institutions des secteurs public et privé ont mis en commun leur expertise pour proposer des solutions rapides, gratuites et adaptées aux pays qui ne disposent pas de technologie, contenus ou compétences nécessaires à l’apprentissage à distance.

 

Sur cette carte montrant l’étendue des fermetures d’établissements scolaires à travers le monde au plus fort de la crise (situation au 17 avril), sont également présentées quelques-unes des actions des membres de la Coalition mondiale pour l’éducation pour soutenir l’enseignement à distance.

Exemples d’actions de la Coalition pour étendre la connectivité

L’opérateur de téléphonie mobile Orange a fourni un accès Internet gratuit aux contenus éducatifs numériques en Afrique subsaharienne : Burkina Faso, Guinée, Mali, République démocratique du Congo, et dans des États arabes : Égypte, Jordanie, Maroc et Tunisie.

Au Gabon, l’UNESCO a formé 60 encadreurs pédagogiques du primaire et du secondaire à la conception de cours en ligne et a mis à la disposition du gouvernement les cours produits dans le cadre du projet Former Ma Génération – Gabon 5000.

Au Liban, l’UNESCO et Education Cannot Wait, avec le soutien du gouvernement français, ont fourni au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur des contenus éducatifs numériques. 297 cours vidéo de mathématiques, sciences et français, mis à disposition par Canopé, sont disponibles sur la plateforme en ligne lancée par le ministère.

● Aux îles Samoa, Vodafone a fourni à environ 80 000 apprenants une carte SIM d’étudiant gratuite qui comprend un accès illimité aux données 4G sur une série de sites Internet éducatifs agréés.

L’UNESCO et plusieurs partenaires de la Coalition, dont Moodle, Khan Academy et Lark, ont organisé des formations en ligne pour que les enseignants acquièrent les compétences nécessaires à la mise en place des cours en ligne dans cinq États insulaires du Pacifique : Kiribati, Nauru, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa et Tonga.

 

Lectures complémentaires

 

Ces profs qui changent le monde, Le Courrier de l’UNESCO, octobre-décembre 2019
Au secours des enseignants de réfugiés, Le Courrier de l’UNESCO, octobre-décembre 2018
Une nouvelle vie grâce au mobile, Le Courrier de l’UNESCO, octobre-décembre 2018

Abonnez-vous pour découvrir l’actualité du Courrier. L’abonnement à la version numérique est 100 % gratuit.

Suivez le Courrier sur : Twitter , Facebook , Instagram