Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Quarante mille "écoliers du désert": le droit de s'instruire

Située sur l'une des routes qui traversent le désert du Sinaï, Khan Younes était autrefois une petite ville prospère aux confins de la Palestine, une étape importante pour les automobilistes venant d'Egypte. Mais la guerre s'est abattue sur Khan Younes et la ville, aujourd'hui en territoire occupé par l'Egypte, ne renaît que lentement à la vie normale.

Certains de ses habitants ont pu reprendre leur existence d'autrefois ; mais des milliers d'hommes et de femmes souffrent encore des conséquences tragiques de la guerre. Des tentes dressées en plein désert abritent les réfugiés et leurs familles : c'est le village. D'autres tentes, un peu plus loin, forment le quartier des écoles : quelques centaines d'enfants, oubliant leur misère, y viennent joyeusement étudier.

Le voyageur qui parcourt ces « écoles sous la tente » ne peut manquer d'être ému par le spectacle qui l'y attend : juchés sur quelques bancs étroits mais, le plus souvent, assis à même le sable, les élèves suivent attentivement la leçon. Leurs maîtres ont transformé en tables d'anciennes caisses de lait condensé et se servent de gros galets en guise de chaises. Patiemment, inlassablement, ils s'efforcent d'inculquer à leurs élèves les éléments de la lecture et de l'écriture.

Lisez ce numéro. Téléchargez le PDF.

Février 1951