Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Le Voile se lève sur le passé perdu de l'Afrique

Le noir est-il un homme sans passé ? Le temps n'est pas très éloigné où la réponse à cette question, tout au moins pour ceux qui en jugeaient de l'extérieur, ne pouvait être qu'affirmative : les nombreux africanistes qui ont suivi les efforts opiniâtres déployés par Melville Herskovits pour prouver le contraire, se rappelleront à quel point cette opinion était répandue.

Mais depuis quelques années, à la faveur de l'ouragan qui a secoué l'univers colonial, une nouvelle conception se fait jour. De plus en plus on s'aperçoit que l'apport culturel rjes peuples africains à l'histoire générale et au progrès de l'humanité ne s'est pas limité à d'intéressantes ceuvres d'art de bois ou d'ivoire, de bronze ou d'or mais qu'il s'est étendu au domaine politique et social où ses réalisations de tout ordre, pour être ignorées ou peu connues, n'en ont pas moins été importantes ou remarquables. On commence à comprendre que ces d'art, que tant d'Asiens, d'Américains et d'Européens ont pu admirer, ne sont pas le produit plus ou moins mystérieux d'un néant social mais, au contraire, l'ornement et l'attribut d'anciennes civilisations africaines.

Lisez ce numéro. Téléchargez le PDF.

Octobre 1959