Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Médecines et santé

Quel est l'état de santé de la population mondiale aujourd'hui ? Les progrès fantastiques de la médecine et de la pharmacologie moderne l'ont-ils amélioré, et les pays en développement en bénéficient-ils au même titre que les pays développés ? La santé revêt-elle la même importance pour tous ? Médecins et malades parlent-ils le même langage ? Autant de questions auxquelles ont tenté de répondre les auteurs des articles contenus dans ce numéro du Courrier de l'UNESCO.

Bien des maladies infectieuses peuvent être aujourd'hui jugulées par la vaccination; certaines, comme la variole, ont même été éliminées. Mais de nouvelles maladies apparaissent, souvent liées à une mauvaise hygiène de vie, à la malnutrition et à l'insalubrité, ou à des agents infectieux inconnus jusqu'ici, tels que le virus de l'immunodéficience humaine, qui représente un défi sans précédent pour la communauté scientifique internationale. Enfin, l'allongement considérable de la durée de vie se traduit par une augmentation des maladies dites de dégénérescence qui exigent des soins coûteux.

Pour faire front, la médecine n'aura peut-être d'autre choix que d'adopter une démarche pluraliste et globalisante qui intègre les thérapies traditionnelles et prenne en compte non plus seulement la dimension physique, mais aussi le psychisme et l'environnement social du malade. Tel est le cas en Chine, par exemple, où l'organisme est considéré comme un tout dans le traitement du cancer, qui associe la radiothérapie, la chimiothérapie et la phytothérapie.

Quant à la médecine préventive, dont les progrès domineront toute cette fin de siècle et qui revêt un caractère prioritaire pour les pays en développement, elle repose essentiellement sur les soins de santé primaires et appelle, à la base, une participation de la famille et de la collectivité afin d'alléger la charge de services sanitaires sollicités aux limites de leurs capacités. Une rationalisation du commerce et de la consommation des produits pharmaceutiques y contribuerait aussi.

Que nous réserve l'avenir ? Pourra-t-on, sans limitations autres que matérielles, guérir toutes les maladies de l'homme ? Peut-être, mais la percée des biotechnologies, de la neurologie, de la génétique, les nouveaux vaccins, la chirurgie moléculaire, les greffes d'organes et tous autres miracles de la « techno-médecine », ne sont qu'un aspect, spectaculaire il est vrai, de la médecine du futur. Celle-ci demeurera fondée, comme par le passé, sur l'éducation et la prévention, ainsi que sur la satisfaction des besoins essentiels en matière d'hygiène, d'alimentation et de logement.

Découvrez ce numéro. Téléchargez le PDF. 

Août 1987