Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Japon contemporain

En 1970 l'Exposition universelle d'Ösaka marque un tournant dans l'histoire contemporaine du Japon. Consacrant la prospérité retrouvée, elle permet au Japon de réaffirmer sa place dans le monde. Mais elle marque aussi l'apogée et le début du déclin du gigantisme technologique, du modernisme triomphant, des grands projets d'urbanisme. Avec les crises pétrolières, la croissance économique atteint ses limites. Le système de production et la société évoluent vers une plus grande diversification et plus d'individualisme.

Les années qui suivent voient l'épanouissement de nouvelles tendances dans l'art, l'architecture, l'esthétique industrielle ou la littérature, portées par des médias dont la puissance annonce l'avènement d'une véritable « société de communication ». Après avoir longtemps été à l'école de l'Occident, en avoir absorbé les sciences, les techniques et les modes de pensée, le Japon s'impose sur la scène internationale comme un pionnier de la révolution scientifique de cette fin de siècle et affirme sa personnalité dans tous les domaines de la création. Chez lui, il mesure à ses nuisances urbaines le prix payé à un développement accéléré.

Ce Japon en pleine évolution, qui recherche dans sa culture les facteurs de son extraordinaire réussite économique et s'interroge sur son devenir, est celui dont nous avons tenté de donner ici une image, sans doute partielle et bien incomplète. Et au-delà de la fascination qu'exerce le Japon par son organisation économique ou sociale, sa technologie ou sa culture, cette image est peut-être le reflet des grandeurs et des servitudes d'une civilisation industrielle en passe de devenir universelle.

Découvrez ce numéro. Téléchargez le PDF.

Lire article en ligne "Reflets de lune et laser", par Motoko Ishii  

Décembre 1987

Poursuivez la lecture