Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

La Beauté

Insaisissable beauté... Dès qu'on cherche à la definir, elle se tait. Les hommes ont tenté, d'une civilisation à l'autre, de codifier le beau. En vain. Aucune norme universelle n'a jamais pu l'enfermer. Faute de parvenir à le cerner, un Valéry, au 20e siècle, a fini par dire du beau qu'il est « ce qui désespère ».

La pensée contemporaine a achevé de montrer qu'on ne saurait réduire les diverses manifestations de la beauté à quelque système que ce soit. Vainqueur là aussi, le relativisme a balayé toute conception autoritaire du beau, ruinant l'ancienne prétention de ramener ce multiple à un seul et même « Idéal ». Fin de tout dogmatisme. Cette méfiance, dans l'art contemporain, va parfois jusqu'au refus. Certaines oeuvres, et non des moindres, récusent l'idée de « perfection » pour mieux éveiller à la beauté de tout ce qui est.

Paradoxalement, à travers sa diversité, son ubiquité mêmes, dans cette manière d'échapper partout à la prise, la beauté confirme sa commune présence et dit son unité. Plus elle fuit l'analyse intellectuelle, plus elle se révèle à l'expérience sensible. A défaut d'une règle d'or, il existe un sens universel du beau. Il naît, meurt et renaît sans cesse dans l'esprit des hommes. Eternelle beauté... 

Découvrez ce numéro. Télécharger le PDF. 

 

 

Décembre 1990