Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L'Homme et l'animal

Dans les sociétés humaines il y a toujours eu cohabitation avec des groupes d'animaux, qu'ils soient d'une ou de plusieurs espèces. Les liens ainsi tissés à des époques et dans des cultures différentes entre l'homme et l'animal offrent des aspects multiples dont ce numéro du Courrier de l'UNESCO a retenu quelques-uns. Si les articles qui les abordent soulèvent plus de questions qu'ils n'apportent de réponses, c'est que l'attitude de l'homme à l'égard de l'animal varie autant qu'elle paraît mystérieuse, paradoxale et ambiguë. A cette simple question :« Qu'est-ce qu'un animal ? », déjà la réponse diffère d'une culture à l'autre. L'animal cher à l'une sera considéré comme un nuisible superflu par telle autre. Ambivalence à laquelle n'échappe pas la société industrielle moderne qui est pleine d'attention pour ses animaux familiers et en même temps tolère les formes cruelles de l'élevage à la chaîne pour la production alimentaire. Même dans les cas où l'homme actuel ne semble aucunement dangereux pour l'animal, ses activités ont un tel effet sur le milieu que de nombreuses espèces voient leur existence menacée par la destruction de leur habitat.

L'art rupestre préhistorique nous offre le témoignage le plus ancien que l'on connaisse de cette longue histoire. Les mythes de certaines sociétés primitives parlent d'un âge d'or où « les dieux, les animaux et les hommes vivaient ensemble et communiquaient en égaux au moyen d'un seul et même langage », évocation où l'on peut voir le reflet du lien équilibré, presque d'égal à égal, qui unissait alors le chasseur à sa proie. Ces sociétés ne tuaient que ce dont elles avaient besoin pour assurer leur subsistance sans amoindrir la capacité du milieu à renouveler les ressources ainsi prélevées. Puis vint un changement décisif : avec le passage de la chasse au pastoralisme et le développement de l'élevage, l'homme commença à domestiquer des animaux et à exercer sur eux son emprise. Ce fut le début d'un processus qui se poursuit aujourd'hui.

On peut envisager la relation entre l'homme et l'animal de maints points de vue. Nous avons fait des animaux autant de symboles matérialisant tout un ensemble de qualités, de l'innocence aux pulsions brutales; nous les avons inclus sous diverses formes dans nos pratiques religieuses; nous avons exprimé avec éclat les sentiments qu'ils nous inspirent dans les arts plastiques, la littérature écrite et orale, ou encore dans les animaux anthropomorphes des dessins animés. L'homme a aussi étudié l'animal scientifiquement et s'est efforcé à la lumière des analyses qu'il a faites de son organisation sociale de mieux comprendre la sienne; il a exploré jusqu'au domaine de la communication avec les animaux. Tout au long de ces multiples activités, l'homme a oscillé de la peur à l'admiration, de la cruauté à la tendresse, de la familiarité à l'aversion, témoignant ainsi d'un lien à l'animal complexe et avant tout passionnel.

Découvrez ce numéro. Téléchargez le PDF. 

Février 1988