Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Pèlerinages

Les pèlerinages sont d'une très ancienne actualité. Ils semblent en effet constituer, dans la plupart des religions, des temps forts de mobilisation spirituelle. Et politique.

Autour d'un lieu chargé de symboles fondateurs, les pèlerinages aimantent l'imaginaire collectif vers l'instant des origines, celui où tout a commencé et doit, sans fin, recommencer. Ils ont ainsi une double vertu vivifier la foi personnelle du croyant, en même temps qu'ils fortifient ses liens d'appartenance à sa communauté.

Ainsi, de par leur vocation même, les lieux de pèlerinage devraient-ils échapper à l'emprise des ambitions et des rivalités temporelles. Or, on le sait, ce n'est pas toujours le cas. Parce que ces lieux confèrent à ceux qui les contrôlent un prestige, voire une légitimité morale, exceptionnels, ils sont parfois devenus des enjeux de pouvoir. Et dès lors, des champs d'affrontement.

C'est pourquoi, au long de l'histoire, des foules d'hommes de tous âges et de toutes conditions sociales, portés par une ferveur authentiquement religieuse, sont allés faire la guerre à d'autres hommes, pour leur disputer une ville ou une montagne, une grotte ou une vallée les deux parties voyaient pourtant une demeure du sacré!

Comment ces hommes, qui traversent les épreuves physiques et morales d'une ascèse vécue, par beaucoup d'entre eux, comme une expérience mystique, en arrivent-ils à s'entretuer pour la possession d'un lieu que tout devrait les conduire, plutôt, à partager, à honorer, ensemble?

Cette question, qui a hanté tant d'esprits dans le passé, se pose avec une acuité nouvelle, en une époque paradoxale, où chacun voit s'élargir ses horizons à l'échelle du monde, mais s'accroître d'autant sa solitude et son insécurité; où les chances de se rencontrer, de s'exprimer, de se comprendre, d'un bout à l'autre de la planète, sont si souvent contrebalancées par les tentations de s'ignorer, de se nier, voire de s'anéantir mutuellement. Les grands lieux de pèlerinage où s'enchevêtrent, depuis des temps fort reculés, les itinéraires symboliques de différentes communautés religieuses, ne peuvent plus continuer d'être des champs de conflits entre elles. Ils doivent offrir aux croyants de toutes confessions des occasions de se réconcilier en retrouvant à travers leurs différentes symboliques religieuses le sens de leur commun attachement à un même espace sacré. Et par là offrir au reste du monde des raisons nouvelles de croire à l'unité du genre humain.

Découvrez ce numéro. Téléchargez le PDF. 

Mai 1995