Centre de ressources des réponses au COVID-19

© Shutterstock

 

Accueil

Actions pour soutenir les médias,
améliorer l’accès à l’information,
et tirer parti des technologies numériques dans la lutte contre la pandémie

Les médias libres et professionnels, le droit à l’accès à l’information, ainsi que les technologies numériques jouent un rôle essentiel dans la lutte mondiale contre la pandémie de COVID-19.

En tant qu’agence des Nations Unies ayant pour mandat spécifique de promouvoir « la libre circulation des idées par le mot et par l’image », l’UNESCO se félicite des efforts immenses déployés par les communautés de la communication et de l’information afin de faire face à la crise actuelle du COVID-19, notamment en :

  • partageant des informations vitales, en démystifiant la désinformation,
  • garantissant le droit fondamental à l’information,
  • tirant parti de l’utilisation des médias d’intérêt public, des TIC et des REL pour les formations en ligne, ainsi qu’en connectant les gens en ligne.

L’UNESCO suit également de près l’impact de cette crise sur la liberté des médias, la sécurité des journalistes, ainsi que sur le droit fondamental à l’accès à l’information.

En réponse immédiate aux défis sans précédent pour les secteurs des médias et des technologies numériques, l’UNESCO a créé un « centre de ressources » regroupant une sélection de réponses au COVID-19.
Celui-ci rassemble des exemples d’actions liés aux domaines de la communication et de l’information et qui sont mis à disposition afin de :

  • Partager des pratiques,
  • Identifier des priorités,
  • Faciliter des partenariats,
  • Amplifier les bonnes pratiques,
  • Fournir des conseils et apporter une assistance technique aux gouvernements et aux parties prenantes concernées, et
  • Promouvoir la coopération Nord-Sud, Sud-Sud et triangulaire.

Ce « centre d’échange » fournit une liste non-exhaustive des exemples les plus caractéristiques. Il continuera à prendre forme au fur et à mesure de l’évolution rapide des développements liés au COVID-19 ainsi que des réponses pour y faire face.

Certaines de ces initiatives ont été menées ou soutenues directement par l’UNESCO. Celles-ci sont marquées d’un astérisque (*). D’autres sont mises en œuvre par des partenaires officiels ou d’autres parties prenantes concernées.

For questions, comments, and information on additional initiatives please write to: resourcecenter-covid19@unesco.org

Liberté d’expression, sécurité des journalistes et droits de l’homme interdépendants

L’UNESCO, les Nations Unies et leurs partenaires :

 

Le Guide pratique de sécurité des journalistes : Manuel pour reporters en zones à risques de l’UNESCO et RSF, vise à fournir des directives et des conseils pratiques à tous ceux qui risquent leur vie pour apporter de l’information au public. Le manuel comprend un chapitre utile sur les mesures de sécurité à prendre par les journalistes lorsqu'ils couvrent des épidémies.

COVID-19: Comment inclure les personnes marginalisées et vulnérables dans la communication des risques et l'engagement communautaire, guide élaboré par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

Le Haut Représentant de l'Alliance des civilisations des Nations Unies et le Conseiller spécial pour la prévention du génocide ont lancé un Appel conjoint pour la solidarité, l'unité et l'action. Ils veulent rappeler au monde la menace commune à laquelle nous sommes actuellement confrontés avec le coronavirus et exprimer leur inquiétude concernant la haine, le racisme et la discrimination auxquels sont confrontées les personnes infectées par le virus. Ce dont le monde a le plus besoin maintenant, c’est d’humanité, de solidarité, de gentillesse et de compassion.

À l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (21 mars), le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée, a appelé les États à prendre des mesures contre la montée de la xénophobie et de la discrimination due à la Crise COVID-19.

 

Autres ressources :

Lutter contre la désinformation

L’UNESCO, les Nations Unies et leurs partenaires :

 

 

Manuel de l'UNESCO sur la compréhension et la lutte contre la désinformation destiné à l'enseignement et à la formation du journalisme. Produit en collaboration par des experts internationaux, il comprend des outils et des exercices pour soutenir la maîtrise de la désinformation et les contre-mesures relatives à l'"infodémie" du COVID-19. (*) Ce manuel est actuellement disponible en 16 langues (anglais, français, espagnol, arabe, russe, portugais, bosniaque, macédonien, kazakh, kirghiz, tadjik, indonésien, malais, tétum, thaï et vietnamien) et 26 autres traductions sont actuellement en cours (allemand, italien, albanais, néerlandais, polonais, bulgare, roumain, grec, géorgien, turc, farsi, chinois, hindi, bengali, japonais, coréen, philippin, khmer, birman, pachtoune, ourdou, tamoul, swahili, amharique, igbo et haoussa).

L’UNESCO a encouragé l’éducation aux médias et à l’information pour lutter contre la désinformation, notamment avec l’initiative « réfléchissez avant de partager ». 

L’Organisation Mondiale de la Santé a élaboré des conseils pour le grand public afin d’en finir avec les idées reçues quant au COVID-19. Ceux-ci sont disponibles sur le site de l’OMS.

 

Autres ressources :

  • YouTube a déclaré le coronavirus comme un « sujet sensible », démonétisant ou supprimant ainsi tout contenu lié au COVID-19 qui ne respecte pas certaines directives.
  • Facebook a créé un Centre d’Information sur le Coronavirus en plus de son fil d’actualités, avec des mises à jour en temps réel de la part des autorités nationales de santé publique et d’organisations mondiales telles que l’Organisation Mondiale de la Santé, ainsi que des articles, des vidéos et des publications utiles au sujet de la distanciation sociale et de la prévention de la propagation du COVID-19. 
  • WhatsApp a lancé un Centre d’Information WhatsApp sur le Coronavirus afin de fournir des conseils simples et exploitables au personnel de santé, aux éducateurs, aux dirigeants communautaires, aux organisations à but non lucratif, aux gouvernements locaux et aux entreprises locales qui dépendent de WhatsApp pour communiquer. Le site offre également des conseils et des ressources aux utilisateurs du monde entier sur la manière de réduire la propagation de rumeurs et de se connecter à des informations exactes en termes de santé. 
  • L’International Fact-Checking Network a lancé une Alliance de faits sur le #CoronaVirus.
  • ARTICLE 19 a publié un document sur la manière dont les Etats, les médias et les entreprises de réseaux sociaux peuvent aider à combattre le COVID-19 (coronavirus) en s’engageant à être transparent, à lutter contre la mésinformation et à promouvoir des conseils en termes de santé faisant autorité.
  • RSF a crée un outil, Observatoire_19, afin de surveiller les effets de la crise du COVD-19 sur le journalisme. Il documentera les cases de censure et de désinformation de la part des gouvernements, il dénoncera les cas de violence contre les journalistes et les lanceurs d’alerte, et il donnera également des conseils pratiques aux journalistes qui couvre la pandémie.

 

Rapports professionnels liés à la pandémie de COVID-19

L’UNESCO, les Nations Unies et leurs partenaires :

 

L’UNESCO a partagé son programme d’études sur le journalisme dans les domaines de la science et de la santé, qui est inclus dans ses modèles de cursus sur l’enseignement du journalisme. (*) 

Cours autogéré « Journalisme en temps de pandémie : couvrir le COVID-19 aujourd’hui et dans l’avenir » en plusieurs langues mis en place par l’UNESCO et l’OMS, et organisé par le Knight Center for Journalism in the Americas at the University of Texas at Austin.
 

Les conseils de presse d’Europe du sud-est ont appelés à la création de reportages professionnels sur le COVID-19, une action saluée par l’UNESCO. (*) 

 

 

Autres ressources :

  • La Fédération internationale des journalistes a exhorté les médias à produire des reportages responsables et professionnels sur le COVID-19 afin « d’éviter de créer une panique injustifiée  qui pourrait aggraver la situation ».
  • BBC Media Action a partagé 10 conseils pour les médias impliqués dans l’« info-démie » du COVID-19.
  • BBC Media Action a également partagé un guide à l’attention des médias sur la communication dans les situations d’urgence de santé publique, qu’elle a préparé pour la Fédération internationale de la Croix-Rouge lors de la crise Ebola, et qui contient des conseils pratiques pour les professionnels des médias sur la manière d’aider le public lors des situations d’urgences sanitaires.
  • La Public Media Alliance a mis au point une liste de ressources vitales, de sources, de contenus médiatiques publics et de bonnes pratiques pour le public, les journalistes, et les professionnels des médias.
  • Le Réseau international de journalisme d’investigation (GIJN) a partagé des exemples de journalisme données liés aux « simulations de distanciation sociale, de recherche groupée sur le coronavirus, et sur l’aplanissement de la courbe de progression du COVID-19 ».
  • First Draft a créé un centre de ressources pour les reportages sur le coronavirus. Il comprend des ressources telles que des outils de collectes et de vérification des informations, des conseils en matière d’éthique et d’élaboration de reportages responsables, ainsi qu’une base de données sur la démystification des cas de mésinformation et de désinformation.
  • Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a créé une Page de réponse au coronavirus sur son site internet afin d’apporter des ressources, des informations et des conseils aux journalistes couvrant la crise du COVID-19. CPJ interviewe des journalistes qui sont en première ligne afin de voir comment la crise est couverte, de quelle manière cette couverture peut être améliorée, et de quelle manière les journalistes peuvent rester en sécurité. Grâce à cette page, les professionnels des médias peuvent également poser des questions directement aux experts en sécurité de CPJ.
  • Le Réseau international de journalisme d’investigation (GIJN) a rassemblé quelques « Conseils pour les journalistes couvrant le COVID-19 » de différentes organisations de journalisme, de journalistes et d’experts, ainsi que les propres guides du GIJN, afin de les rendre disponibles aux journalistes. Ces conseils portent sur - entre autres – comment faire des reportages de manière responsable, comment rester en sécurité, et aussi sur comment nommer le virus correctement. Etant donné qu’il existe différent coronavirus, il est important de nommer celui-ci correctement en tant que COVID-19.
  • Nieman Lab a créé un guide pour les journalistes sur comment rester physiquement en sécurité et mentalement sain, eux et leurs salles de rédaction.
  • L’Ethical Journalism Network a établi une certaine éthique pour réaliser des reportages et donne des conseils pour mener à bien ce travail en temps de COVID-19. L’accent est mis sur l’importance de réaliser des reportages de manière responsable, de rester physiquement et mentalement en sécurité et en bonne santé. 
  • La Thomson Foundation a créé des cours gratuits en ligne qui sont disponibles sur sa plateforme Journalism Now. Les cours portent sur les questions de la sécurité des journalistes couvrant la crise du COVID-19, de la vérification des faits, et la production de contenus. Ces cours ont pour but d’aider les journalistes à couvrir la pandémie de manière plus efficace et professionnelle.

L’accès à l’information et à la connaissance

Aujourd’hui plus que jamais, le monde a besoin d’accéder à l’information.

Il est essentiel que les gouvernements assurent un maximum de transparence afin de dissiper les rumeurs et de tenir le public et les médias pleinement informés des développements en cours. 

L’accès libre aux informations scientifiques est essentiel dans cette crise, ce qui signifie que toutes les ressources développées sur le COVID-19 devraient être mises à disposition gratuitement et librement (CC BY-SA). Ainsi, pour soutenir les efforts visant à contenir et atténuer la propagation de la pandémie de COVID-19, il est important d’encourager l’accès à la recherche scientifique fondamentale et à l’innovation.
 

L’UNESCO, les Nations Unies et leurs partenaires :

  • L'UNESCO promeut le droit d’accès à l’information, qui est reconnu dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 (Objectif de développement durable 16.10) (*). 
  • L'UNESCO travaille avec la communauté mondiale des Ressources éducatives libres pour identifier, partager et soutenir le développement de ressources d’apprentissage à distance au sujet du COVID-19, dans différentes langues, et les diffuser à travers des cadres institutionnels et gouvernementaux (*).
  • L’UNESCO plaide pour un savoir scientifique en libre accès, et il est nécessaire que les éditeurs mettent les informations des domaines scientifiques pertinents à la disposition des utilisateurs et en formats lisibles par machine.
  • Avec l’Union Internationale des Télécommunications, l’UNESCO a codirigé la Commission sur le haut débit pour le développement durable pour faire progresser la connectivité à internet à prix abordable, ce qui est essentiel afin de maintenir les processus sanitaires, sociaux, éducatifs, politiques et économiques, notamment durant les situations d’urgences. La Commission publiera cet automne un rapport sur la liberté d’expression et la désinformation, qui portera également sur le COVID-19 (*). 

Autres ressources :

  • Les plateformes de contenus à la demande et les bibliothèques publiques, telles que la Bibliothèque numérique mondiale, proposent des forfaits gratuits ou moins chers pour accéder aux contenus culturel et éducatif en ligne.
  • L’éditeur Elsevier a créé un Nouveau centre d’information sur le coronavirus, où des informations spécialisées et organisées pour la communauté de la recherche et de la santé peuvent être trouvées. Les ressources sont libres d’accès et comprennent des recommandations pour les cliniciens et les patients.
  • Le Conseil de l’Europe a publié un document intitulé « Respecter la démocratie, l'état de droit et les droits de l'homme dans le cadre de la crise sanitaire du COVID-19 : Une boîte à outils pour les États membres ». Ce document adressé aux Etats membres donne des conseils sur la manière de gérer cette crise du COVID-19, tout en respectant la démocratie, l’Etat de droit et les droits de l’homme. Les gouvernements ne doivent pas abuser des mesures d’urgence et utiliser cette crise comme une excuse pour contrôler la vie privée des populations. 
  • IFEX a créé une page « Accès à l’information » qui rassemble des articles dénonçant des violations dans le monde entier en matière d’accès à l’information lors de cette crise du COVID-19.

Technologies numériques

 

L’UNESCO, les Nations Unies et leurs partenaires :

Le Centre de recherche international sur l’intelligence artificielle en Slovénie, un centre de catégorie 2 sous les auspices de l’UNESCO, a lancé un Observatoire médiatique sur le coronavirus qui fournit les dernières actualités mondiales et nationales basées sur une sélection d’entités médiatiques proposant des actualités en libre accès en ligne. Ceci permet aux responsables politiques, aux médias et au public d’observer les tendances émergeantes liées au COVID-19 dans leur pays et dans le monde.

Autres ressources :

  • Afin de garantir l’accès à l’information, Access Now a exhorté les gouvernements du monde entier à garantir un accès gratuit, libre et sécurisé à internet lors de cette pandémie mondiale.
  • Grâce aux technologies numériques, les artistes, athlètes, et les industries créatives et du divertissement se sont mobilisées pour promouvoir des pièces de théâtre, des sessions de DJ et des spectacles diffusés en direct, généralement liées à des initiatives philanthropiques.

 

La mise en place de ce centre de ressources a été cofinancé par le Ministère des affaires étrangères norvégien, le Programme multi-donateurs pour la liberté d’expression et la sécurité des journalistes, et l’Union Européenne.