Thème:
Workshops, Conception de la politique, Banque d'Expertise
Type de projet:
Renforcement des capacités
Pays:
Partenaire local:
  • Ministère de la Culture
    Type d'organisation: 
    Autorité publique
Activité connexe:
Début
Mar 2016
Fin
Jun 2018

Contexte/Aperçu

La culture a longtemps été considérée comme un véhicule pour l'autodétermination et le développement au Sénégal. Cette perspective remonte aux premiers jours de l'indépendance avec le premier président du Sénégal Léopold Sédar Senghor et son idéal littéraire de Négritude qui a ouvert la voie à l'émancipation culturelle. Le Sénégal a également été l'un des premiers pays francophones subsahariens à créer un ministère de la Culture en 1966.

Cette préoccupation de longue date pour le secteur culturel a été traduite plus récemment par des initiatives gouvernementales telles que la Lettre de Politique Sectorielle pour le Développement de la Culture et de la Communication (2016) qui vise, au cours des cinq prochaines années, à faire de ces secteurs "un levier pour le développement économique et social et pour la cohésion nationale pour promouvoir la diversité culturelle, la paix et la démocratie".

Aujourd'hui, le Sénégal bénéficie d'un secteur culturel dynamique. En 2013, le pays a exporté des biens culturels pour 2,15 millions de dollars des États-Unis (Institut de statistique de l'UNESCO) avec l'industrie de la musique faisant des manchettes internationales et des musiciens tels que Youssou N'Dour entrant sur les marchés mondiaux. Le Sénégal accueille également d'importants événements d'art régionaux tels que la Biennale d'art de Dakar et Dakar devient aussi un carrefour de la créativité numérique.

Au cours des dernières années, l'UNESCO a soutenu le Sénégal pour stimuler les industries culturelles et créatives du pays avec le projet interinstitutionnel Renforcement des industries créatives dans cinq pays ACP grâce à l'expansion de l'emploi et du commerce » (2009) et par l'intermédiaire du Fonds International pour la Diversité De Culture (FIDC) qui a financé 3 projets d'ONG au Sénégal. S'appuyant sur ces initiatives passées, cette action de renforcement des capacités permet de mieux évaluer les besoins des professionnels de la culture et de déterminer l'état actuel du secteur culturel dans le pays tout en définissant de nouvelles priorités pour les années à venir.

Activité 1 & 2 - Réunion de consultation multipartite et - Atelier de formation pour une équipe nationale multipartite

La réunion de consultation a été organisée par le Bureau de l'UNESCO à Dakar et le ministère de la Culture et de la Communication le 29 février 2016 et l'atelier de formation du 1er au 3 mars 2016 à Dakar. Au moins 70 participants de différents ministères et organisations de la société civile, à savoir les associations professionnelles et les acteurs culturels du cinéma, de la musique, des arts du spectacle et des médias, ont participé à la consultation tenue le 1er mars au Grand Théâtre National à Dakar. Entre le 2 et le 3 mars 2016, l'atelier de formation sur les rapports périodiques a réuni 26 participants de l'équipe nationale et a été divisé en différents groupes conformément aux domaines de suivi du rapport périodique quadriennal. En outre, le ministère de la Culture et de la Communication a créé officiellement un comité de rédaction afin de coordonner le travail de l'équipe nationale et de s'assurer que les informations et les données requises seraient recueillies pour l'élaboration du premier rapport périodique sénégalais. Des sessions supplémentaires de formation et d'information ont également été organisées pour les représentants des centres culturels régionaux et la presse culturelle sur les principaux objectifs de la Convention de 2005.

Activité 3 - Élaboration du rapport périodique et présentation publique

La rédaction du rapport périodique a eu lieu de mars à juin 2016. Une séance de restitution a eu lieu le 27 juin 2016 à la Maison de la Culture Douta Seck et a réuni surtout des membres de l'équipe nationale pour discuter et valider le travail accompli avant la soumission du rapport à l'UNESCO le 29 juin 2016. L'un des principaux points soulignés lors de la discussion a été le rôle important de la société civile dans la collecte des informations nécessaires pour alimenter le rapport périodique. Cela s'explique par la présence impressionnante d'artistes et de représentants d'organisations de la société civile au sein de l'équipe nationale. La présentation publique et le débat sur le premier rapport périodique du Sénégal ont eu lieu à Dakar le 7 décembre 2016. À cette occasion, M. Ibrahima Wane, professeur à l'Université de Dakar (UCAD) et membre de l'équipe nationale a déclaré que « ce processus d’écriture participative n'était pas seulement une tâche manuelle d’inventaire ou une archéologie des politiques culturelles du Sénégal, mais un véritable travail de réflexion et d'analyse ». Une série d'actions ont été proposées pour poursuivre la mise en œuvre effective de la Convention de 2005, en particulier en sensibilisant les acteurs culturels à ce texte et en organisant des réunions tripartites annuelles impliquant le ministère de la Culture et de la Communication, les partenaires financiers et techniques et la société civile. Ces réunions seront aussi l’occasion d’évaluer régulièrement l'impact des mesures et des politiques incluses dans le premier rapport périodique du Sénégal.

Renforcement des capacités au Sénégal

French
Photo Gallery: 
Activity Type: 
Countries: 
Sénégal
Local Partner: 
Ministère de la Culture
Type d'organisation: 
Autorité publique
Date: 
2016 à 2018
Context/Overview: 

La culture a longtemps été considérée comme un véhicule pour l'autodétermination et le développement au Sénégal. Cette perspective remonte aux premiers jours de l'indépendance avec le premier président du Sénégal Léopold Sédar Senghor et son idéal littéraire de Négritude qui a ouvert la voie à l'émancipation culturelle. Le Sénégal a également été l'un des premiers pays francophones subsahariens à créer un ministère de la Culture en 1966.

Cette préoccupation de longue date pour le secteur culturel a été traduite plus récemment par des initiatives gouvernementales telles que la Lettre de Politique Sectorielle pour le Développement de la Culture et de la Communication (2016) qui vise, au cours des cinq prochaines années, à faire de ces secteurs "un levier pour le développement économique et social et pour la cohésion nationale pour promouvoir la diversité culturelle, la paix et la démocratie".

Aujourd'hui, le Sénégal bénéficie d'un secteur culturel dynamique. En 2013, le pays a exporté des biens culturels pour 2,15 millions de dollars des États-Unis (Institut de statistique de l'UNESCO) avec l'industrie de la musique faisant des manchettes internationales et des musiciens tels que Youssou N'Dour entrant sur les marchés mondiaux. Le Sénégal accueille également d'importants événements d'art régionaux tels que la Biennale d'art de Dakar et Dakar devient aussi un carrefour de la créativité numérique.

Au cours des dernières années, l'UNESCO a soutenu le Sénégal pour stimuler les industries culturelles et créatives du pays avec le projet interinstitutionnel Renforcement des industries créatives dans cinq pays ACP grâce à l'expansion de l'emploi et du commerce » (2009) et par l'intermédiaire du Fonds International pour la Diversité De Culture (FIDC) qui a financé 3 projets d'ONG au Sénégal. S'appuyant sur ces initiatives passées, cette action de renforcement des capacités permet de mieux évaluer les besoins des professionnels de la culture et de déterminer l'état actuel du secteur culturel dans le pays tout en définissant de nouvelles priorités pour les années à venir.

Results: 
Key Figures: 
Section for activities: 
Titre de la section: 
Activité 1 & 2 - Réunion de consultation multipartite et - Atelier de formation pour une équipe nationale multipartite
Brève description: 

La réunion de consultation a été organisée par le Bureau de l'UNESCO à Dakar et le ministère de la Culture et de la Communication le 29 février 2016 et l'atelier de formation du 1er au 3 mars 2016 à Dakar. Au moins 70 participants de différents ministères et organisations de la société civile, à savoir les associations professionnelles et les acteurs culturels du cinéma, de la musique, des arts du spectacle et des médias, ont participé à la consultation tenue le 1er mars au Grand Théâtre National à Dakar. Entre le 2 et le 3 mars 2016, l'atelier de formation sur les rapports périodiques a réuni 26 participants de l'équipe nationale et a été divisé en différents groupes conformément aux domaines de suivi du rapport périodique quadriennal. En outre, le ministère de la Culture et de la Communication a créé officiellement un comité de rédaction afin de coordonner le travail de l'équipe nationale et de s'assurer que les informations et les données requises seraient recueillies pour l'élaboration du premier rapport périodique sénégalais. Des sessions supplémentaires de formation et d'information ont également été organisées pour les représentants des centres culturels régionaux et la presse culturelle sur les principaux objectifs de la Convention de 2005.

Position: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Activité 3 - Élaboration du rapport périodique et présentation publique
Brève description: 

La rédaction du rapport périodique a eu lieu de mars à juin 2016. Une séance de restitution a eu lieu le 27 juin 2016 à la Maison de la Culture Douta Seck et a réuni surtout des membres de l'équipe nationale pour discuter et valider le travail accompli avant la soumission du rapport à l'UNESCO le 29 juin 2016. L'un des principaux points soulignés lors de la discussion a été le rôle important de la société civile dans la collecte des informations nécessaires pour alimenter le rapport périodique. Cela s'explique par la présence impressionnante d'artistes et de représentants d'organisations de la société civile au sein de l'équipe nationale. La présentation publique et le débat sur le premier rapport périodique du Sénégal ont eu lieu à Dakar le 7 décembre 2016. À cette occasion, M. Ibrahima Wane, professeur à l'Université de Dakar (UCAD) et membre de l'équipe nationale a déclaré que « ce processus d’écriture participative n'était pas seulement une tâche manuelle d’inventaire ou une archéologie des politiques culturelles du Sénégal, mais un véritable travail de réflexion et d'analyse ». Une série d'actions ont été proposées pour poursuivre la mise en œuvre effective de la Convention de 2005, en particulier en sensibilisant les acteurs culturels à ce texte et en organisant des réunions tripartites annuelles impliquant le ministère de la Culture et de la Communication, les partenaires financiers et techniques et la société civile. Ces réunions seront aussi l’occasion d’évaluer régulièrement l'impact des mesures et des politiques incluses dans le premier rapport périodique du Sénégal.

Position: 
Top left
Style: 
collapsed
Donors: 
Swedish International Development Cooperation Agency (Sida)
Sustainable Development Goals (SDGs): 
Related activity: 
Renforcer les libertés fondamentales à travers la promotion de la diversité des expressions culturelles