Début
Jul 2018
Fin
Jun 2022

Context/Overview

Ce projet répond aux besoins exprimés par les Parties de la Convention de 2005 cherchant un appui pour renforcer les capacités humaines et institutionnelles des acteurs gouvernementaux et de la société civile afin de suivre et rendre compte des politiques et mesures qui protègent et promeuvent la diversité des expressions culturelles. Dans ce but, l’UNESCO met à disposition une expertise spécialisée dans l’organisation de consultations multipartites, notamment des acteurs gouvernementaux et de la société civile ; offre des formations sur la collecte et l'analyse des données ; soutient la coopération interministérielle ; et facilite les débats publics sur des sujets émergents tels que l'égalité des genres dans le secteur de la culture, la diversité des médias ou la liberté artistique.

Au niveau international, l’UNESCO produira également un rapport mondial s’appuyant sur les informations et données rassemblées dans les rapports périodiques quadriennaux soumis par les Parties à la Convention, ainsi que d’autres sources (instituts de recherche, acteurs culturels indépendants et société civile, par exemple). Publié en 2015 et 2018, la série de rapports mondiaux analyse les tendances, évalue les progrès, identifie les défis et fournit des exemples de politiques novatrices visant à promouvoir la diversité des expressions culturelles. Les rapports mondiaux fournissent un cadre pour soutenir les gouvernements et la société civile dans la conception de politiques nourries de données. Ces informations seront analysées par des experts internationaux, faisant ainsi du rapport un outil de plaidoyer et de sensibilisation pour repenser les politiques culturelles dans le monde.

Réunions de consultation multipartites

  • Mener des diagnostics locaux, avec une attention particulière pour les questions de genre, et organiser des réunions de consultation multipartites. Les réunions de consultation visent à accroître la compréhension de la manière dont les principes et notions de libertés fondamentales et de diversité des expressions culturelles peuvent se traduire par des lois, des politiques et/ou des programmes, et d’aligner en conséquence le processus de suivi et d’évaluation de la Convention de 2005. Il en découlera un dialogue ouvert entre le gouvernement et les acteurs de la société civile dans l'élaboration de rapports périodiques.

Collecte de données et d'informations et rédaction du rapport périodique

  • Mettre en place des ateliers de formation et de coaching. Chaque pays bénéficiaire doit établir une équipe nationale multipartite et paritaire, composée de représentants de divers ministères, institutions gouvernementales et organisations de la société civile, y compris les professionnels des médias et de la culture, les organisations de défense des droits de l’homme et des droits des femmes. La tâche principale des équipes nationales consistera à élaborer le rapport périodique de manière participative. L'UNESCO et les pays bénéficiaires sélectionneront, parmi les membres de la Banque d’expertise de l’UNESCO, les experts internationaux les plus aptes à organiser des ateliers de formation sur le suivi des politiques participatives, sur des domaines d’intérêt stratégique, et à offrir un accompagnement à distance aux équipes nationales tout au long du processus de rédaction sur une période d'un an.
  • Organiser des réunions d’échanges avec la société civile. Afin de soutenir la structuration et l’autonomisation de la société civile, l’UNESCO organisera des ateliers supplémentaires destinés aux professionnels des médias et de la culture, à la société civile et aux organisations de défense des droits de l’homme, des jeunes et des femmes. Ces rencontres viseront également à renforcer la sensibilisation et les capacités de la société civile à évaluer les politiques. Des activités spécifiques (par exemple, collecte de données de base, cartographie des parties prenantes, discussions de groupe avec des femmes professionnelles, formation pour renforcer les capacités des femmes, etc.) seront organisées pour encourager l’élaboration de mesures visant à promouvoir l'égalité des genres dans le secteur de la culture.
  • Créer un mécanisme de coopération interministérielle : les politiques culturelles ne sont pas l’unique responsabilité d'un seul ministère. La culture, en tant que question transversale, nécessite la participation de multiples acteurs. L’UNESCO propose donc d’aider les pays bénéficiaires à mettre en place un dialogue interministériel et des mécanismes de coopération. Il est prévu que de tels mécanismes assureront la durabilité et l’impact à long terme du projet au-delà des périodes de mise en œuvre.

Présentation publique des rapports périodiques

  • Organiser une présentation publique de la version provisoire du RPQ pour permettre aux parties prenantes de revoir le contenu, améliorer les informations et les données et valider le rapport. Cela soutiendra également la préparation de recommandations de politiques susceptibles de redéfinir les futures politiques culturelles. L’équipe nationale se réunira pour faire le bilan des discussions et intégrer les commentaires en vue de finaliser le rapport périodique à soumettre à l'UNESCO et discuter des enseignements tirés et du suivi des actions prévues. On s’attend également à ce que les méthodes participatives de collecte et de suivi des données soient institutionnalisées dans chaque pays bénéficiaire.

Lancement du troisième rapport mondial, promotion de son utilisation et échange de connaissances

  • Organiser de nombreux événements de lancement et une présentation publique du troisième rapport mondial (prévu pour juin 2021) en coopération avec les bureaux hors Siège de l'UNESCO et d'autres agences des Nations Unies travaillant sur des questions couvertes par le rapport mondial. Ces événements viseront à mobiliser le soutien de la communauté du développement et encourager les acteurs gouvernementaux et de la société civile à plaider en faveur d’un changement de politique et à poursuivre le dialogue sur les politiques participatives.
  • Organiser une série d’activités pour promouvoir l’utilisation du Rapport mondial auprès des universitaires, des institutions de recherche et des organisations de la société civile afin qu'ils puissent utiliser le rapport mondial comme matériel didactique et outil pour plaider en faveur d'un changement de politique. Les bénéficiaires seront encouragés à participer activement à l'échange de connaissances aux niveaux national, régional et mondial. Des efforts seront déployés pour mobiliser les organisations de femmes afin d’utiliser le rapport mondial pour promouvoir l’égalité des genres dans le secteur de la culture.

Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles

French
Photo Gallery: 
Countries: 
Algérie
Bangladesh
Burkina Faso
Colombie
Éthiopie
Indonésie
Jamaïque
Mali
Maurice
Mongolie
Palestine
Pérou
Sénégal
Ouganda
République-Unie de Tanzanie
Zimbabwe
Local Partner: 
Ministères de cultures
Type of organization: 
Public authority
Date: 
2018 à 2022
Context/Overview: 

Ce projet répond aux besoins exprimés par les Parties de la Convention de 2005 cherchant un appui pour renforcer les capacités humaines et institutionnelles des acteurs gouvernementaux et de la société civile afin de suivre et rendre compte des politiques et mesures qui protègent et promeuvent la diversité des expressions culturelles. Dans ce but, l’UNESCO met à disposition une expertise spécialisée dans l’organisation de consultations multipartites, notamment des acteurs gouvernementaux et de la société civile ; offre des formations sur la collecte et l'analyse des données ; soutient la coopération interministérielle ; et facilite les débats publics sur des sujets émergents tels que l'égalité des genres dans le secteur de la culture, la diversité des médias ou la liberté artistique.

Au niveau international, l’UNESCO produira également un rapport mondial s’appuyant sur les informations et données rassemblées dans les rapports périodiques quadriennaux soumis par les Parties à la Convention, ainsi que d’autres sources (instituts de recherche, acteurs culturels indépendants et société civile, par exemple). Publié en 2015 et 2018, la série de rapports mondiaux analyse les tendances, évalue les progrès, identifie les défis et fournit des exemples de politiques novatrices visant à promouvoir la diversité des expressions culturelles. Les rapports mondiaux fournissent un cadre pour soutenir les gouvernements et la société civile dans la conception de politiques nourries de données. Ces informations seront analysées par des experts internationaux, faisant ainsi du rapport un outil de plaidoyer et de sensibilisation pour repenser les politiques culturelles dans le monde.

Section for activities: 
Titre de la section: 
Réunions de consultation multipartites
Brève description: 
  • Mener des diagnostics locaux, avec une attention particulière pour les questions de genre, et organiser des réunions de consultation multipartites. Les réunions de consultation visent à accroître la compréhension de la manière dont les principes et notions de libertés fondamentales et de diversité des expressions culturelles peuvent se traduire par des lois, des politiques et/ou des programmes, et d’aligner en conséquence le processus de suivi et d’évaluation de la Convention de 2005. Il en découlera un dialogue ouvert entre le gouvernement et les acteurs de la société civile dans l'élaboration de rapports périodiques.
Position: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Collecte de données et d'informations et rédaction du rapport périodique
Brève description: 
  • Mettre en place des ateliers de formation et de coaching. Chaque pays bénéficiaire doit établir une équipe nationale multipartite et paritaire, composée de représentants de divers ministères, institutions gouvernementales et organisations de la société civile, y compris les professionnels des médias et de la culture, les organisations de défense des droits de l’homme et des droits des femmes. La tâche principale des équipes nationales consistera à élaborer le rapport périodique de manière participative. L'UNESCO et les pays bénéficiaires sélectionneront, parmi les membres de la Banque d’expertise de l’UNESCO, les experts internationaux les plus aptes à organiser des ateliers de formation sur le suivi des politiques participatives, sur des domaines d’intérêt stratégique, et à offrir un accompagnement à distance aux équipes nationales tout au long du processus de rédaction sur une période d'un an.
  • Organiser des réunions d’échanges avec la société civile. Afin de soutenir la structuration et l’autonomisation de la société civile, l’UNESCO organisera des ateliers supplémentaires destinés aux professionnels des médias et de la culture, à la société civile et aux organisations de défense des droits de l’homme, des jeunes et des femmes. Ces rencontres viseront également à renforcer la sensibilisation et les capacités de la société civile à évaluer les politiques. Des activités spécifiques (par exemple, collecte de données de base, cartographie des parties prenantes, discussions de groupe avec des femmes professionnelles, formation pour renforcer les capacités des femmes, etc.) seront organisées pour encourager l’élaboration de mesures visant à promouvoir l'égalité des genres dans le secteur de la culture.
  • Créer un mécanisme de coopération interministérielle : les politiques culturelles ne sont pas l’unique responsabilité d'un seul ministère. La culture, en tant que question transversale, nécessite la participation de multiples acteurs. L’UNESCO propose donc d’aider les pays bénéficiaires à mettre en place un dialogue interministériel et des mécanismes de coopération. Il est prévu que de tels mécanismes assureront la durabilité et l’impact à long terme du projet au-delà des périodes de mise en œuvre.
Position: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Présentation publique des rapports périodiques
Brève description: 
  • Organiser une présentation publique de la version provisoire du RPQ pour permettre aux parties prenantes de revoir le contenu, améliorer les informations et les données et valider le rapport. Cela soutiendra également la préparation de recommandations de politiques susceptibles de redéfinir les futures politiques culturelles. L’équipe nationale se réunira pour faire le bilan des discussions et intégrer les commentaires en vue de finaliser le rapport périodique à soumettre à l'UNESCO et discuter des enseignements tirés et du suivi des actions prévues. On s’attend également à ce que les méthodes participatives de collecte et de suivi des données soient institutionnalisées dans chaque pays bénéficiaire.
Position: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Lancement du troisième rapport mondial, promotion de son utilisation et échange de connaissances
Brève description: 
  • Organiser de nombreux événements de lancement et une présentation publique du troisième rapport mondial (prévu pour juin 2021) en coopération avec les bureaux hors Siège de l'UNESCO et d'autres agences des Nations Unies travaillant sur des questions couvertes par le rapport mondial. Ces événements viseront à mobiliser le soutien de la communauté du développement et encourager les acteurs gouvernementaux et de la société civile à plaider en faveur d’un changement de politique et à poursuivre le dialogue sur les politiques participatives.
  • Organiser une série d’activités pour promouvoir l’utilisation du Rapport mondial auprès des universitaires, des institutions de recherche et des organisations de la société civile afin qu'ils puissent utiliser le rapport mondial comme matériel didactique et outil pour plaider en faveur d'un changement de politique. Les bénéficiaires seront encouragés à participer activement à l'échange de connaissances aux niveaux national, régional et mondial. Des efforts seront déployés pour mobiliser les organisations de femmes afin d’utiliser le rapport mondial pour promouvoir l’égalité des genres dans le secteur de la culture.
Position: 
Top left
Style: 
collapsed
Donors: 
Swedish International Development Cooperation Agency (SIDA)
Sustainable Development Goals (SDGs):