Thème:
Banque d'Expertise, Contribuer aux ODD
Type de projet:
Renforcement des capacités, Monitoring
Pays:
Activité connexe:
Début
Jul 2018
Fin
Jun 2022

Contexte/Aperçu

Alors que le Pérou a une longue tradition d’intégration des arts et de la culture dans la société, la formalisation des arts a commencé il y a quelques décennies. Aujourd’hui, les industries culturelles et créatives (ICC) du pays se développent rapidement.

C’est dans ce contexte que le ministère de la Culture du Pérou a été créé en juillet 2010 : le gouvernement péruvien est désireux de tirer parti de la dynamique créative du pays et de soutenir le secteur de la culture par le biais de politiques et de mesures ciblées. L’adoption par le Congrès d’une loi ambitieuse sur le cinéma en est un excellent exemple : elle a permis de tripler les ressources allouées à l’industrie du film.

Les principaux domaines d’action du ministère sont la création culturelle contemporaine et les arts vivants, la gestion culturelle et les industries culturelles. Figurent notamment parmi les priorités du ministère l’amélioration des possibilités de dialogue entre les organisations de la société civile du secteur culturel et le gouvernement, et l’élaboration de programmes de renforcement des capacités pour les artistes, les professionnels de la culture et les fonctionnaires.

Lancement du Rapport mondial 2018 « ReIPenser les politiques culturelles »

Le deuxième Rapport mondial « ReIPenser les politiques culturelles : la créativité au cœur du développement » a été lancé à Lima le 14 May 2019. Parmi les deux cents participants figuraient des représentants de ministères et d’institutions publiques, des universités et centres de formation, des organisations de la société civile et des créateurs. 

Le Pérou a été l’un des premiers pays à signer la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005), s’engageant ainsi à renforcer l’essor d’industries culturelles et créatives dynamiques au Pérou. Plus de douze ans plus tard, le pays a réalisé « des progrès considérables dans la mise en œuvre de politiques et de mesures à travers la chaîne de valeur culturelle, notamment en encourageant la création numérique, l’entrepreneuriat créatif et l’accélération de la modernisation des secteurs culturels », a déclaré Magaly Robalino, une représentante de l’UNESCO au Pérou.

Le ministère de la Culture a invité les parties prenantes, au cours de l’événement, à participer à l'élaboration du Rapport périodique quadriennal (RPQ), le prochain rapport du Pérou devant paraître en 2020. « Cela va nous inspirer beaucoup d’idées et de questions », a déclaré Guillermo Cortés Carcelén, vice-ministre du Patrimoine et des industries culturels, soulignant que le RPQ est plus qu’une fiche de score – c’est en réalité un « outil pour réfléchir à ce qui se passe dans le monde tout en se concentrant sur l’évolution de notre propre secteur culturel ». Afin de saisir l’état actuel des politiques culturelles et d’élaborer des recommandations pour des actions futures, la possibilité de contribuer au rapport « doit concerner tout le monde afin que nous arrivions à un consensus clair, aboutissant à de meilleures réglementations et politiques », a-t-il conclu.

La richesse des informations détenues par les acteurs non gouvernementaux a été mise en évidence lors d’une table ronde de la société civile qui a suivi. Les participants ont examiné les progrès réalisés par le Pérou en matière de politique culturelle à travers trois domaines d’intervention fondés sur le cadre de suivi de la Convention : le rôle de la société civile, la liberté artistique et l’égalité des genres. L'événement a été diffusé sur la chaîne « Culture 24 » du ministère de la Culture.

Consultation multipartite

Du 21 au 24 mai 2019, l’expert international Eduardo Saravia a conduit 6 réunions de travail avec l’UNESCO, le Ministère de la culture, des institutions publiques et des acteurs du secteur culturel. L’objectif principal de ce processus de consultation était d’identifier les acteurs culturels des secteurs public, privé et de la société civile qui ont influencé ou ont pris des initiatives pour promouvoir la diversité des expressions culturelles au Pérou. Il s’agissait aussi de démontrer la portée du champs d’application et des objectifs de la Convention de 2005, de montrer leur pertinence dans le contexte péruvien et de stimuler la participation dans le cadre de l’élaboration du premier rapport périodique péruvien pour la Convention de 2005.

Eduardo Saravia a rencontré les institutions gouvernementales, y compris la Ministre de la culture, Ulla Holmquist, et le vice-Ministre du patrimoine et des industries culturelles, Guillermo Cortés Carcelén. Durant ces réunions, le gouvernement péruvien a exprimé son accord et son engagement dans le processus de rédaction du rapport périodique. Des réunions se sont ensuite tenues avec le Ministère de l’éducation, le Ministère des affaires étrangères et les écoles de formation artistique.

Des sessions ont aussi été organisées avec des acteurs de la société civile. Un dialogue a été établi avec les universités et les institutions qui ont des programmes de formation en gestion culturelle, le Réseau national des points culturels (Red nacional de Puntos de Cultura) et les organisations culturelles, y compris APOC (l’Alliance péruvienne des organisations culturelles – Alianza Peruana de Organizaciones Culturales) et EIP (l’Association des éditeurs indépendants – Asociación de Editoriales Independientes).

Les prochaines étapes et la constitution de l’équipe nationale en charge de la rédaction du rapport seront définies sur la base des informations obtenues par le biais du processus de consultation. L’équipe veillera à éviter la duplication des efforts et à mettre à profit les initiatives existantes prises par le gouvernement et la société civile pour renforcer les politiques culturelles. Elle prendra aussi en compte l’importance de la décentralisation et de la stratégie de communication, de façon à développer une vision inclusive, représentative des points de vue et des réalités des différents territoires du pays.

Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles au Pérou

French
Photo Gallery: 
Countries: 
Pérou
Date: 
2018 à 2022
Context/Overview: 

Alors que le Pérou a une longue tradition d’intégration des arts et de la culture dans la société, la formalisation des arts a commencé il y a quelques décennies. Aujourd’hui, les industries culturelles et créatives (ICC) du pays se développent rapidement.

C’est dans ce contexte que le ministère de la Culture du Pérou a été créé en juillet 2010 : le gouvernement péruvien est désireux de tirer parti de la dynamique créative du pays et de soutenir le secteur de la culture par le biais de politiques et de mesures ciblées. L’adoption par le Congrès d’une loi ambitieuse sur le cinéma en est un excellent exemple : elle a permis de tripler les ressources allouées à l’industrie du film.

Les principaux domaines d’action du ministère sont la création culturelle contemporaine et les arts vivants, la gestion culturelle et les industries culturelles. Figurent notamment parmi les priorités du ministère l’amélioration des possibilités de dialogue entre les organisations de la société civile du secteur culturel et le gouvernement, et l’élaboration de programmes de renforcement des capacités pour les artistes, les professionnels de la culture et les fonctionnaires.

Section for activities: 
Titre de la section: 
Lancement du Rapport mondial 2018 « ReIPenser les politiques culturelles »
Brève description: 

Le deuxième Rapport mondial « ReIPenser les politiques culturelles : la créativité au cœur du développement » a été lancé à Lima le 14 May 2019. Parmi les deux cents participants figuraient des représentants de ministères et d’institutions publiques, des universités et centres de formation, des organisations de la société civile et des créateurs. 

Le Pérou a été l’un des premiers pays à signer la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005), s’engageant ainsi à renforcer l’essor d’industries culturelles et créatives dynamiques au Pérou. Plus de douze ans plus tard, le pays a réalisé « des progrès considérables dans la mise en œuvre de politiques et de mesures à travers la chaîne de valeur culturelle, notamment en encourageant la création numérique, l’entrepreneuriat créatif et l’accélération de la modernisation des secteurs culturels », a déclaré Magaly Robalino, une représentante de l’UNESCO au Pérou.

Le ministère de la Culture a invité les parties prenantes, au cours de l’événement, à participer à l'élaboration du Rapport périodique quadriennal (RPQ), le prochain rapport du Pérou devant paraître en 2020. « Cela va nous inspirer beaucoup d’idées et de questions », a déclaré Guillermo Cortés Carcelén, vice-ministre du Patrimoine et des industries culturels, soulignant que le RPQ est plus qu’une fiche de score – c’est en réalité un « outil pour réfléchir à ce qui se passe dans le monde tout en se concentrant sur l’évolution de notre propre secteur culturel ». Afin de saisir l’état actuel des politiques culturelles et d’élaborer des recommandations pour des actions futures, la possibilité de contribuer au rapport « doit concerner tout le monde afin que nous arrivions à un consensus clair, aboutissant à de meilleures réglementations et politiques », a-t-il conclu.

La richesse des informations détenues par les acteurs non gouvernementaux a été mise en évidence lors d’une table ronde de la société civile qui a suivi. Les participants ont examiné les progrès réalisés par le Pérou en matière de politique culturelle à travers trois domaines d’intervention fondés sur le cadre de suivi de la Convention : le rôle de la société civile, la liberté artistique et l’égalité des genres. L'événement a été diffusé sur la chaîne « Culture 24 » du ministère de la Culture.

Position: 
Top left
Brève description: 
Position: 
Top Right
Titre de la section: 
Consultation multipartite
Brève description: 

Du 21 au 24 mai 2019, l’expert international Eduardo Saravia a conduit 6 réunions de travail avec l’UNESCO, le Ministère de la culture, des institutions publiques et des acteurs du secteur culturel. L’objectif principal de ce processus de consultation était d’identifier les acteurs culturels des secteurs public, privé et de la société civile qui ont influencé ou ont pris des initiatives pour promouvoir la diversité des expressions culturelles au Pérou. Il s’agissait aussi de démontrer la portée du champs d’application et des objectifs de la Convention de 2005, de montrer leur pertinence dans le contexte péruvien et de stimuler la participation dans le cadre de l’élaboration du premier rapport périodique péruvien pour la Convention de 2005.

Eduardo Saravia a rencontré les institutions gouvernementales, y compris la Ministre de la culture, Ulla Holmquist, et le vice-Ministre du patrimoine et des industries culturelles, Guillermo Cortés Carcelén. Durant ces réunions, le gouvernement péruvien a exprimé son accord et son engagement dans le processus de rédaction du rapport périodique. Des réunions se sont ensuite tenues avec le Ministère de l’éducation, le Ministère des affaires étrangères et les écoles de formation artistique.

Des sessions ont aussi été organisées avec des acteurs de la société civile. Un dialogue a été établi avec les universités et les institutions qui ont des programmes de formation en gestion culturelle, le Réseau national des points culturels (Red nacional de Puntos de Cultura) et les organisations culturelles, y compris APOC (l’Alliance péruvienne des organisations culturelles – Alianza Peruana de Organizaciones Culturales) et EIP (l’Association des éditeurs indépendants – Asociación de Editoriales Independientes).

Les prochaines étapes et la constitution de l’équipe nationale en charge de la rédaction du rapport seront définies sur la base des informations obtenues par le biais du processus de consultation. L’équipe veillera à éviter la duplication des efforts et à mettre à profit les initiatives existantes prises par le gouvernement et la société civile pour renforcer les politiques culturelles. Elle prendra aussi en compte l’importance de la décentralisation et de la stratégie de communication, de façon à développer une vision inclusive, représentative des points de vue et des réalités des différents territoires du pays.

Position: 
Top left
Style: 
collapsible
Donors: 
Swedish International Development Cooperation Agency (Sida)
Related activity: 
Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles