Thème:
Banque d'Expertise, Contribuer aux ODD
Type de projet:
Renforcement des capacités, Monitoring
Pays:
Activité connexe:
Début
Jul 2018
Fin
Jun 2022

Contexte/Aperçu

Le Sénégal se fait remarquer par sa scène culturelle et créative dynamique. Le pays est, pour les artistes et professionnels de la culture, un carrefour qui abrite de nombreuses rencontres majeures sur le plan régional et international dont, parmi des plus connues, la Biennale d’art contemporain DAKAR’T. Plusieurs cadres nationaux reconnaissent le rôle de la créativité pour le développement durable du Sénégal, dont le Plan Sénégal Emergent (PSE) et la Lettre de Politique Sectorielle et de Développement de la Culture et de la Communication (LPSDCC, 2017-2021). Le Sénégal mène aussi un travail innovant, porté autant par les acteurs publics que par la société civile, dans différents domaines. Il s’agit notamment du projet de Loi portant sur le statut de l’artiste ; de la création de la Sénégalaise du Droit d’Auteur s et des droits Voisins (SODAV) ; de la Mutuelle nationale de Santé des acteurs culturels (MNSAC) ; de la Stratégie Sénégal Numérique 2016-2025 ou encore de nombreuses initiatives de promotion des droits des femmes créatrices.

Partie à la Convention depuis 2006, le Sénégal a siégé plusieurs fois au Comité intergouvernemental (CIG) où il a retrouvé en juin 2019 les 23 autres pays. En conformité avec les principes de partage d’information et de transparence de la Convention, le Sénégal a soumis en 2016 son premier rapport périodique rédigé avec la coopération de l’UNESCO et de l’Agence suédoise de Coopération internationale. Ce partenariat est reconduit pour l’élaboration d’un deuxième rapport périodique, attendu en avril 2020, qui lui permettra d’évaluer les efforts consentis ces quatre dernières années, mais également de renforcer les mécanismes et espaces de concertation entre les acteurs publics et la société civile dans le suivi des politiques publiques.

Consultation multipartite

Une réunion de consultation multipartite a été organisée le 12 novembre 2019 à Dakar (Sénégal). Environ 80 personnes, dont des représentants du Ministère de la culture et de la communication et de plusieurs autres ministères et organismes publics, des opérateurs culturels, des agents de la société civile, des représentants des agences de développement, et des journalistes, se sont réunis à cette occasion. Le ministre de la culture et de la communication du Sénégal a ouvert la consultation qui a permis de présenter les objectifs de la Convention de 2005 et le processus d’élaboration des rapports périodiques ainsi que les membres de l’équipe nationale. Le débat s’est notamment concentré sur les défis de la décentralisation et du rôle des collectivités territoriales, la reconnaissance limitée du rôle de la culture dans le développement durable, ou le potentiel de l’économie numérique et de l’intelligence artificielle.

 

Le Sénégal s’est engagé dans une démarche de collecte d’informations culturelles en régions. Une session de travail y a été consacrée avec les représentants des centres culturels régionaux qui participeront à la collecte de données pour l’élaboration du rapport périodique. Il est prévu que trois ateliers régionaux dans le sud-est, le centre et le nord du Sénégal soient organisés.

Atelier national de formation

Un atelier national de renforcement des capacités de l’équipe nationale du Sénégal a été organisé du 13 au 15 novembre 2019 à Dakar (Sénégal) et facilité par Jordi Balta, membre de la Banque d’expertise de la Convention de 2005. L’atelier a porté sur l’identification des politiques et mesures qui pourraient être intégrées dans le rapport du Sénégal, ainsi que sur les questions méthodologiques concernant la collecte d’information. Il s’agissait de refléter les avancements intervenus depuis la présentation de son rapport précédent en 2016. Une large majorité des participants a souligné que l’atelier avait contribué à améliorer leurs connaissances sur le processus d’élaboration du rapport périodique et sur la Convention et son cadre de suivi. Dans les prochains mois, l’équipe nationale collectera les informations et les données pertinentes, consultera plus largement la société civile et rédigera de façon participative le rapport périodique du Sénégal.

 

Un atelier spécifique avec des opérateurs de la société civile visant à les associer à l’élaboration du rapport périodique a été organisé le 16 novembre. Environ 30 personnes ont participé à cet atelier qui a permis d’établir des canaux d’échange des informations entre les opérateurs de la société civile et l’équipe nationale. Plusieurs projets et initiatives saillants ont été présentés et les débats ont souligné certains défis rencontrés par la société civile, dont le besoin de renforcer la présence de la société civile dans les débats sur les politiques culturelles, la pérennisation des projets, ou encore la coordination des acteurs et partenaires techniques et financiers etc.

La voix des résilientes

Le Bureau Régional de l’UNESCO de Dakar a lancé une campagne digitale intitulée « La Voix des Résilientes », qui a fait découvrir pendant deux semaines les portraits et parcours de 10 créatrices d’Afrique de l’Ouest aux profils divers, inspirants et uniques. Deux webinaires ont été organisés les 3 et 4 août 2020 pour lancer la campagne et donner une voix aux créatrices. Cette campagne vise à promouvoir et reconnaître la contribution de ces « role models » au dynamisme des secteurs culturels et créatifs qu’il s’agisse du cinéma, de la musique, du stylisme, de l’art numérique, etc. Avec l’arrivée de la COVID-19, l’idée de faire entendre la voix des femmes dans cette crise s’est renforcée en donnant un espace à ces créatrices du Mali et du Sénégal pour faire entendre leur vue et analyse de la situation, les difficultés auxquelles elles font face ou encore les solutions et différents chemins qu’elles envisagent.

Pour regarder les débats, cliquez ici

ResiliArt Sénégal – Africa Culture Consulting

Africa Culture Consulting a organisé cinq débats ResiliArt les 18 mai, 11 et 21 juin et les 9 et 26 juillet 2020. Les débats ont eu comme thèmes : l’application des droits et les contrats, le statut de l’artiste et les prestations des professionnels de la culture ; et les industries créatives face au numérique. Les principales recommandations qui émergent des débats concernent la digitalisation des banques de données existantes, la mise en place d’un fonds de relance pour les événements culturels annulés, la création d’un centre de formation dédié aux acteurs culturels, ou le besoin de développer une stratégie de communication digitale locale accompagnée d’un modèle économique.

Présentation publique

La présentation publique du rapport périodique du Sénégal s’est tenue le 26 octobre 2020 à Dakar, au Sénégal, en présence de représentants de différents ministères, d’organisations de la société civile, de professionnels de la culture et d’artistes. L’approche régionale et inclusive adoptée par le Sénégal pour l’élaboration de son rapport périodique, impliquant les régions et les collectivités locales, a été saluée. Le riche rapport, qui compte plus de 100 pages, a été présenté et discuté entre les participants. La crise du COVID-19 a été au centre des débats, les conclusions du rapport contribuant à alimenter les discussions sur les priorités futures.

BTS en administration culturelle dédié aux femmes au Sénégal Talents Campus

Le Sénégal Talents Campus, premier centre de formation technique et professionnelle dans les métiers des arts et de la culture, a été officiellement inauguré à Dakar en novembre 2021. En réponse aux besoins du marché émergeant des industries créatives et culturelles, le Campus comprend quatre filières de niveau BTS en administration culturelle, régie de production, son et lumière, régulées et validées par l’Etat Sénégalais. 375 jeunes ont intégré la première promotion.

 

Avec le soutien du projet UNESCO-Sida et l’appui de l’Institut International de Planification de l’Education (IIPE-UNESCO Dakar), l’UNESCO accompagne ce projet novateur en partenariat avec AFRICULTURBAN. Cet appui soutient la professionnalisation des femmes à la fois en tant qu’apprenantes mais également en tant qu’enseignantes. Cette double approche consiste d’abord, à assurer l’intégration des professionnelles du secteur culturel et créatif dans le corps professoral de ce projet inédit. Pour ce faire, l’UNESCO a appuyé une formation des formatrices sur des techniques d’apprentissage et une pédagogie suivant une approche basée sur les compétences du 29 mars au 15 avril 2021. D’autre part, 25 femmes ont démarré leur formation en administration culturelle dans le cadre du BTS 100 % féminin (2021-2022) comprenant près de 2 000 heures de formations.

 

Dans ce secteur où les femmes sont sous-représentées, la démarche consiste à opérer une discrimination positive à travers une nouvelle approche basée sur le genre dans le renforcement des capacités des professionnelles afin de reconnaitre le rôle et les compétences des femmes issues de ce secteur et d’optimiser l’égalité des chances notamment face à la formation et l’emploi.

 

Lire l’article ici.

 

Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles au Sénégal

French
Photo Gallery: 
Countries: 
Sénégal
Date: 
2018 à 2022
Context/Overview: 

Le Sénégal se fait remarquer par sa scène culturelle et créative dynamique. Le pays est, pour les artistes et professionnels de la culture, un carrefour qui abrite de nombreuses rencontres majeures sur le plan régional et international dont, parmi des plus connues, la Biennale d’art contemporain DAKAR’T. Plusieurs cadres nationaux reconnaissent le rôle de la créativité pour le développement durable du Sénégal, dont le Plan Sénégal Emergent (PSE) et la Lettre de Politique Sectorielle et de Développement de la Culture et de la Communication (LPSDCC, 2017-2021). Le Sénégal mène aussi un travail innovant, porté autant par les acteurs publics que par la société civile, dans différents domaines. Il s’agit notamment du projet de Loi portant sur le statut de l’artiste ; de la création de la Sénégalaise du Droit d’Auteur s et des droits Voisins (SODAV) ; de la Mutuelle nationale de Santé des acteurs culturels (MNSAC) ; de la Stratégie Sénégal Numérique 2016-2025 ou encore de nombreuses initiatives de promotion des droits des femmes créatrices.

Partie à la Convention depuis 2006, le Sénégal a siégé plusieurs fois au Comité intergouvernemental (CIG) où il a retrouvé en juin 2019 les 23 autres pays. En conformité avec les principes de partage d’information et de transparence de la Convention, le Sénégal a soumis en 2016 son premier rapport périodique rédigé avec la coopération de l’UNESCO et de l’Agence suédoise de Coopération internationale. Ce partenariat est reconduit pour l’élaboration d’un deuxième rapport périodique, attendu en avril 2020, qui lui permettra d’évaluer les efforts consentis ces quatre dernières années, mais également de renforcer les mécanismes et espaces de concertation entre les acteurs publics et la société civile dans le suivi des politiques publiques.

Section for activities: 
Titre de la section: 
Consultation multipartite
Brève description: 

Une réunion de consultation multipartite a été organisée le 12 novembre 2019 à Dakar (Sénégal). Environ 80 personnes, dont des représentants du Ministère de la culture et de la communication et de plusieurs autres ministères et organismes publics, des opérateurs culturels, des agents de la société civile, des représentants des agences de développement, et des journalistes, se sont réunis à cette occasion. Le ministre de la culture et de la communication du Sénégal a ouvert la consultation qui a permis de présenter les objectifs de la Convention de 2005 et le processus d’élaboration des rapports périodiques ainsi que les membres de l’équipe nationale. Le débat s’est notamment concentré sur les défis de la décentralisation et du rôle des collectivités territoriales, la reconnaissance limitée du rôle de la culture dans le développement durable, ou le potentiel de l’économie numérique et de l’intelligence artificielle.

 

Le Sénégal s’est engagé dans une démarche de collecte d’informations culturelles en régions. Une session de travail y a été consacrée avec les représentants des centres culturels régionaux qui participeront à la collecte de données pour l’élaboration du rapport périodique. Il est prévu que trois ateliers régionaux dans le sud-est, le centre et le nord du Sénégal soient organisés.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Atelier national de formation
Brève description: 

Un atelier national de renforcement des capacités de l’équipe nationale du Sénégal a été organisé du 13 au 15 novembre 2019 à Dakar (Sénégal) et facilité par Jordi Balta, membre de la Banque d’expertise de la Convention de 2005. L’atelier a porté sur l’identification des politiques et mesures qui pourraient être intégrées dans le rapport du Sénégal, ainsi que sur les questions méthodologiques concernant la collecte d’information. Il s’agissait de refléter les avancements intervenus depuis la présentation de son rapport précédent en 2016. Une large majorité des participants a souligné que l’atelier avait contribué à améliorer leurs connaissances sur le processus d’élaboration du rapport périodique et sur la Convention et son cadre de suivi. Dans les prochains mois, l’équipe nationale collectera les informations et les données pertinentes, consultera plus largement la société civile et rédigera de façon participative le rapport périodique du Sénégal.

 

Un atelier spécifique avec des opérateurs de la société civile visant à les associer à l’élaboration du rapport périodique a été organisé le 16 novembre. Environ 30 personnes ont participé à cet atelier qui a permis d’établir des canaux d’échange des informations entre les opérateurs de la société civile et l’équipe nationale. Plusieurs projets et initiatives saillants ont été présentés et les débats ont souligné certains défis rencontrés par la société civile, dont le besoin de renforcer la présence de la société civile dans les débats sur les politiques culturelles, la pérennisation des projets, ou encore la coordination des acteurs et partenaires techniques et financiers etc.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
La voix des résilientes
Brève description: 

Le Bureau Régional de l’UNESCO de Dakar a lancé une campagne digitale intitulée « La Voix des Résilientes », qui a fait découvrir pendant deux semaines les portraits et parcours de 10 créatrices d’Afrique de l’Ouest aux profils divers, inspirants et uniques. Deux webinaires ont été organisés les 3 et 4 août 2020 pour lancer la campagne et donner une voix aux créatrices. Cette campagne vise à promouvoir et reconnaître la contribution de ces « role models » au dynamisme des secteurs culturels et créatifs qu’il s’agisse du cinéma, de la musique, du stylisme, de l’art numérique, etc. Avec l’arrivée de la COVID-19, l’idée de faire entendre la voix des femmes dans cette crise s’est renforcée en donnant un espace à ces créatrices du Mali et du Sénégal pour faire entendre leur vue et analyse de la situation, les difficultés auxquelles elles font face ou encore les solutions et différents chemins qu’elles envisagent.

Pour regarder les débats, cliquez ici

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
ResiliArt Sénégal – Africa Culture Consulting
Brève description: 

Africa Culture Consulting a organisé cinq débats ResiliArt les 18 mai, 11 et 21 juin et les 9 et 26 juillet 2020. Les débats ont eu comme thèmes : l’application des droits et les contrats, le statut de l’artiste et les prestations des professionnels de la culture ; et les industries créatives face au numérique. Les principales recommandations qui émergent des débats concernent la digitalisation des banques de données existantes, la mise en place d’un fonds de relance pour les événements culturels annulés, la création d’un centre de formation dédié aux acteurs culturels, ou le besoin de développer une stratégie de communication digitale locale accompagnée d’un modèle économique.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Présentation publique
Brève description: 

La présentation publique du rapport périodique du Sénégal s’est tenue le 26 octobre 2020 à Dakar, au Sénégal, en présence de représentants de différents ministères, d’organisations de la société civile, de professionnels de la culture et d’artistes. L’approche régionale et inclusive adoptée par le Sénégal pour l’élaboration de son rapport périodique, impliquant les régions et les collectivités locales, a été saluée. Le riche rapport, qui compte plus de 100 pages, a été présenté et discuté entre les participants. La crise du COVID-19 a été au centre des débats, les conclusions du rapport contribuant à alimenter les discussions sur les priorités futures.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
BTS en administration culturelle dédié aux femmes au Sénégal Talents Campus
Brève description: 

Le Sénégal Talents Campus, premier centre de formation technique et professionnelle dans les métiers des arts et de la culture, a été officiellement inauguré à Dakar en novembre 2021. En réponse aux besoins du marché émergeant des industries créatives et culturelles, le Campus comprend quatre filières de niveau BTS en administration culturelle, régie de production, son et lumière, régulées et validées par l’Etat Sénégalais. 375 jeunes ont intégré la première promotion.

 

Avec le soutien du projet UNESCO-Sida et l’appui de l’Institut International de Planification de l’Education (IIPE-UNESCO Dakar), l’UNESCO accompagne ce projet novateur en partenariat avec AFRICULTURBAN. Cet appui soutient la professionnalisation des femmes à la fois en tant qu’apprenantes mais également en tant qu’enseignantes. Cette double approche consiste d’abord, à assurer l’intégration des professionnelles du secteur culturel et créatif dans le corps professoral de ce projet inédit. Pour ce faire, l’UNESCO a appuyé une formation des formatrices sur des techniques d’apprentissage et une pédagogie suivant une approche basée sur les compétences du 29 mars au 15 avril 2021. D’autre part, 25 femmes ont démarré leur formation en administration culturelle dans le cadre du BTS 100 % féminin (2021-2022) comprenant près de 2 000 heures de formations.

 

Dans ce secteur où les femmes sont sous-représentées, la démarche consiste à opérer une discrimination positive à travers une nouvelle approche basée sur le genre dans le renforcement des capacités des professionnelles afin de reconnaitre le rôle et les compétences des femmes issues de ce secteur et d’optimiser l’égalité des chances notamment face à la formation et l’emploi.

 

Lire l’article ici.

 

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Donors: 
Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida)
Related activity: 
Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles