Thème:
Banque d'Expertise, Contribuer aux ODD
Type de projet:
Renforcement des capacités, Monitoring
Pays:
Activité connexe:
Début
Jul 2018
Fin
Jun 2022

Contexte/Aperçu

Maurice, une nation insulaire de l’océan Indien, a fait preuve d’un engagement croissant envers ses industries culturelles et créatives. Pour renforcer cet effort, le pays s’est associé à l’UNESCO dans le cadre du projet « Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et de la diversité des expressions culturelles » financé par la Suède. Le cœur du projet comprend le suivi des politiques culturelles avec une participation active des acteurs de la société civile et une évaluation du rôle de la culture dans le développement durable.

Les récents efforts de gouvernance culturelle à Maurice ont débouché sur un Livre blanc sur les arts et la culture intitulé « Creative Mauritius – Vision 2025 », qui reconnaît le potentiel des industries culturelles et créatives pour stimuler l’économie et créer des emplois d’une manière durable. Un Fonds National des Arts a récemment été créé dans le but de soutenir les nouveaux talents, de renforcer la chaîne de valeur créative et d’étudier la contribution des arts à la société. Le Fonds distribue quatre bourses pour les jeunes talents, la production, le renforcement des capacités et la recherche.

En outre, un projet de loi sur le statut de l’artiste a été élaboré en consultation avec de nombreux ministères, des acteurs non-gouvernementaux et des opérateurs culturels. Cette activité a été soutenue par le programme UNESCO-Aschberg pour les artistes et les professionnels de la culture, qui promeut la liberté artistique et renforce les droits des artistes dans la société.

Le suivi participatif des politiques culturelles, qui conduira à la soumission du premier rapport périodique quadriennal de Maurice, offre une occasion opportune pour le pays de revoir ses politiques culturelles et ses pratiques novatrices, ainsi que d’entamer un dialogue entre les entités gouvernementales et la société civile.

Atelier national de formation

Un atelier de formation de trois jours a été organisé par l’UNESCO et le ministère des Arts et de la Culture à l’intention des participants de l’équipe nationale et des principales parties prenantes afin de présenter la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, de promouvoir le processus de suivi participatif des politiques et de présenter le formulaire à remplir pour l’élaboration du rapport périodique quadriennal (RPQ), un rapport obligatoire soumis tous les quatre ans par les Parties à la Convention de 2005 de l’UNESCO.

Le RPQ de Maurice fournira un état des lieux de la mise en œuvre de la Convention de 2005 et des objectifs de développement durable des Nations Unies par les autorités nationales et les organisations de la société civile. Il fournira aussi des recommandations pour une action politique future visant à relever les défis et priorités identifiés par l’équipe nationale.

Plus de 50 personnes – décideurs politiques du ministère de l’Art et de la Culture, créateurs, artistes, société civile et médias – out participé à cet atelier de formation et de sensibilisation de trois jours. Cet atelier est animé par Mme Vesna Copic de la Banque d’expertise de l’UNESCO, en collaboration avec M. Hans Lallah Ramduth, expert national, tous les deux engagés par l’UNESCO pour diriger l’équipe nationale chargée d’élaborer de manière participative le premier rapport périodique de Maurice.

ResiliArt Afrique: Statut de l’Artiste

« En ces temps difficiles, la Convention de 2005 et la Recommandation de 1980 nous fournirons les outils nécessaires pour maintenir les industries culturelles et créatives à flot » a déclaré S.E. Mr. Avinash Teeluck, Ministre des Arts et du Patrimoine Culturel de Maurice, lors de l’ouverture le 28 juillet 2020 du débat régional ResiliArt, co-organisé par les bureaux hors-siège de l'UNESCO dans toute la région ainsi qu’avec la commission de l’Union Africaine. Il a ajouté : « Il est grand temps pour chaque nation africaine d’aider les artistes et les travailleurs créatifs à continuer à s'engager dans le processus de créativité sans avoir à prendre d'autres emplois pour subvenir à leurs besoins ».

 

ResiliArt : Le statut de l'artiste a rassemblé les leaders des arts et de la culture à travers l'Afrique. Angela Martins, responsable de la culture à la commission de l'Union africaine, a partagé trois instruments qui renforcent le soutien aux artistes : la Charte pour la renaissance culturelle africaine, l'Agenda 2063 de l'UA et le Plan d'action de l'UA sur la renaissance culturelle. Mme Martins a appelé à « une meilleure collaboration entre le secteur des arts, de la culture et du patrimoine et les responsables politiques et décideurs des États membres » afin d'ouvrir une ère de développement africain qui tire parti de ses talents créatifs. Le thème de la liberté artistique a également été abordé par les panélistes ainsi que par les membres du public qui ont participé activement par le biais de la fonction de commentaires. « Sur tout le continent, il existe encore des législations qui limitent la liberté artistique. Nous ne devons pas limiter la créativité. Nous ne devons pas limiter l'imagination des artistes », a déclaré Kimani Njogu, du groupe sur l’économie créative au Kenya.

Échange entre pairs sur les indicateurs culturels avec le Kenya et le Zimbabwe

Afin de soutenir le Ministère des Arts et du Patrimoine Culturel de la Maurice dans son effort pour développer les systèmes d’information culturels, un échange régional entre pairs avec le Kenya et le Zimbabwe a été organisé le 15 septembre 2021 par le Bureau Régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est en partenariat avec l'Institut des Statistiques de l'UNESCO. La réunion visait à partager les orientations de la Convention de 2005, du Cadre pour les statistiques culturelles de 2009, et des Indicateurs Culture|2030 de l'UNESCO, ainsi que les expériences et les leçons apprises au Kenya et au Zimbabwe, deux pays qui sont déjà engagés dans le processus de collecte de données et de production d'indicateurs culturels.

La réunion hybride a réuni 26 participants, dont 12 représentants du Ministère des arts et du patrimoine culturel de la Maurice et de l'Office nationale des statistiques, des représentants du Ministère de la jeunesse, des sports, des arts et des loisirs du Zimbabwe, de la Commission nationale du Kenya pour l'UNESCO, de l'Institut de statistique de l'UNESCO, des bureaux hors siège de l'UNESCO dans la région Afrique et du Secrétait de la Convention de 2005.  

Plus d'information ici.

Atelier régional sur la diversité des médias

Maurice a participé à une série d'ateliers hybrides (physiques et en ligne) sur la diversité des médias et le pluralisme culturel organisés par le bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est et impliquant des acteurs nationaux de trois autres pays de la région (Ethiopie, Tanzanie et Ouganda). 

L'équipe nationale, coordonnée par le point focal national pour la Convention de 2005, comprenait des acteurs des médias et de la culture, des experts nationaux et des fonctionnaires. La formation a permis de renforcer les capacités sur la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et de discuter des politiques et des mesures nécessaires pour soutenir la diversité des médias et des contenus qu’ils diffusent dans les pays d'Afrique de l'Est. Elle a également souligné le rôle stratégique que jouent les médias dans la mise en œuvre de la Convention en encourageant la production de contenus culturels diversifiés et en favorisant l'accès à ceux-ci.

L'atelier a été l'occasion d'échanger entre pairs, aux niveaux national et régional, sur les défis et les stratégies pour renforcer le rôle des médias dans la promotion de la diversité des expressions culturelles et consolider le réseau des acteurs des médias et de la culture en Afrique de l'Est. 

Plus d'informations ici.

Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles à Maurice

French
Photo Gallery: 
Countries: 
Maurice
Date: 
2018 à 2022
Context/Overview: 

Maurice, une nation insulaire de l’océan Indien, a fait preuve d’un engagement croissant envers ses industries culturelles et créatives. Pour renforcer cet effort, le pays s’est associé à l’UNESCO dans le cadre du projet « Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et de la diversité des expressions culturelles » financé par la Suède. Le cœur du projet comprend le suivi des politiques culturelles avec une participation active des acteurs de la société civile et une évaluation du rôle de la culture dans le développement durable.

Les récents efforts de gouvernance culturelle à Maurice ont débouché sur un Livre blanc sur les arts et la culture intitulé « Creative Mauritius – Vision 2025 », qui reconnaît le potentiel des industries culturelles et créatives pour stimuler l’économie et créer des emplois d’une manière durable. Un Fonds National des Arts a récemment été créé dans le but de soutenir les nouveaux talents, de renforcer la chaîne de valeur créative et d’étudier la contribution des arts à la société. Le Fonds distribue quatre bourses pour les jeunes talents, la production, le renforcement des capacités et la recherche.

En outre, un projet de loi sur le statut de l’artiste a été élaboré en consultation avec de nombreux ministères, des acteurs non-gouvernementaux et des opérateurs culturels. Cette activité a été soutenue par le programme UNESCO-Aschberg pour les artistes et les professionnels de la culture, qui promeut la liberté artistique et renforce les droits des artistes dans la société.

Le suivi participatif des politiques culturelles, qui conduira à la soumission du premier rapport périodique quadriennal de Maurice, offre une occasion opportune pour le pays de revoir ses politiques culturelles et ses pratiques novatrices, ainsi que d’entamer un dialogue entre les entités gouvernementales et la société civile.

Section for activities: 
Titre de la section: 
Atelier national de formation
Brève description: 

Un atelier de formation de trois jours a été organisé par l’UNESCO et le ministère des Arts et de la Culture à l’intention des participants de l’équipe nationale et des principales parties prenantes afin de présenter la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, de promouvoir le processus de suivi participatif des politiques et de présenter le formulaire à remplir pour l’élaboration du rapport périodique quadriennal (RPQ), un rapport obligatoire soumis tous les quatre ans par les Parties à la Convention de 2005 de l’UNESCO.

Le RPQ de Maurice fournira un état des lieux de la mise en œuvre de la Convention de 2005 et des objectifs de développement durable des Nations Unies par les autorités nationales et les organisations de la société civile. Il fournira aussi des recommandations pour une action politique future visant à relever les défis et priorités identifiés par l’équipe nationale.

Plus de 50 personnes – décideurs politiques du ministère de l’Art et de la Culture, créateurs, artistes, société civile et médias – out participé à cet atelier de formation et de sensibilisation de trois jours. Cet atelier est animé par Mme Vesna Copic de la Banque d’expertise de l’UNESCO, en collaboration avec M. Hans Lallah Ramduth, expert national, tous les deux engagés par l’UNESCO pour diriger l’équipe nationale chargée d’élaborer de manière participative le premier rapport périodique de Maurice.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
ResiliArt Afrique: Statut de l’Artiste
Brève description: 

« En ces temps difficiles, la Convention de 2005 et la Recommandation de 1980 nous fournirons les outils nécessaires pour maintenir les industries culturelles et créatives à flot » a déclaré S.E. Mr. Avinash Teeluck, Ministre des Arts et du Patrimoine Culturel de Maurice, lors de l’ouverture le 28 juillet 2020 du débat régional ResiliArt, co-organisé par les bureaux hors-siège de l'UNESCO dans toute la région ainsi qu’avec la commission de l’Union Africaine. Il a ajouté : « Il est grand temps pour chaque nation africaine d’aider les artistes et les travailleurs créatifs à continuer à s'engager dans le processus de créativité sans avoir à prendre d'autres emplois pour subvenir à leurs besoins ».

 

ResiliArt : Le statut de l'artiste a rassemblé les leaders des arts et de la culture à travers l'Afrique. Angela Martins, responsable de la culture à la commission de l'Union africaine, a partagé trois instruments qui renforcent le soutien aux artistes : la Charte pour la renaissance culturelle africaine, l'Agenda 2063 de l'UA et le Plan d'action de l'UA sur la renaissance culturelle. Mme Martins a appelé à « une meilleure collaboration entre le secteur des arts, de la culture et du patrimoine et les responsables politiques et décideurs des États membres » afin d'ouvrir une ère de développement africain qui tire parti de ses talents créatifs. Le thème de la liberté artistique a également été abordé par les panélistes ainsi que par les membres du public qui ont participé activement par le biais de la fonction de commentaires. « Sur tout le continent, il existe encore des législations qui limitent la liberté artistique. Nous ne devons pas limiter la créativité. Nous ne devons pas limiter l'imagination des artistes », a déclaré Kimani Njogu, du groupe sur l’économie créative au Kenya.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Échange entre pairs sur les indicateurs culturels avec le Kenya et le Zimbabwe
Brève description: 

Afin de soutenir le Ministère des Arts et du Patrimoine Culturel de la Maurice dans son effort pour développer les systèmes d’information culturels, un échange régional entre pairs avec le Kenya et le Zimbabwe a été organisé le 15 septembre 2021 par le Bureau Régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est en partenariat avec l'Institut des Statistiques de l'UNESCO. La réunion visait à partager les orientations de la Convention de 2005, du Cadre pour les statistiques culturelles de 2009, et des Indicateurs Culture|2030 de l'UNESCO, ainsi que les expériences et les leçons apprises au Kenya et au Zimbabwe, deux pays qui sont déjà engagés dans le processus de collecte de données et de production d'indicateurs culturels.

La réunion hybride a réuni 26 participants, dont 12 représentants du Ministère des arts et du patrimoine culturel de la Maurice et de l'Office nationale des statistiques, des représentants du Ministère de la jeunesse, des sports, des arts et des loisirs du Zimbabwe, de la Commission nationale du Kenya pour l'UNESCO, de l'Institut de statistique de l'UNESCO, des bureaux hors siège de l'UNESCO dans la région Afrique et du Secrétait de la Convention de 2005.  

Plus d'information ici.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Atelier régional sur la diversité des médias
Brève description: 

Maurice a participé à une série d'ateliers hybrides (physiques et en ligne) sur la diversité des médias et le pluralisme culturel organisés par le bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est et impliquant des acteurs nationaux de trois autres pays de la région (Ethiopie, Tanzanie et Ouganda). 

L'équipe nationale, coordonnée par le point focal national pour la Convention de 2005, comprenait des acteurs des médias et de la culture, des experts nationaux et des fonctionnaires. La formation a permis de renforcer les capacités sur la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et de discuter des politiques et des mesures nécessaires pour soutenir la diversité des médias et des contenus qu’ils diffusent dans les pays d'Afrique de l'Est. Elle a également souligné le rôle stratégique que jouent les médias dans la mise en œuvre de la Convention en encourageant la production de contenus culturels diversifiés et en favorisant l'accès à ceux-ci.

L'atelier a été l'occasion d'échanger entre pairs, aux niveaux national et régional, sur les défis et les stratégies pour renforcer le rôle des médias dans la promotion de la diversité des expressions culturelles et consolider le réseau des acteurs des médias et de la culture en Afrique de l'Est. 

Plus d'informations ici.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Donors: 
Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida)
Sustainable Development Goals (SDGs): 
Related activity: 
Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles