Thème:
Banque d'Expertise, Contribuer aux ODD
Type de projet:
Renforcement des capacités, Monitoring
Pays:
Activité connexe:
Début
Jul 2018
Fin
Jun 2022

Contexte/Aperçu

Le Mali connaît depuis quelques années des troubles sécuritaires qui menacent la paix et la cohésion sociale. Dans ce contexte, le Mali a mis l’accent sur le rôle de la culture dans la construction de la paix et la réconciliation. La sauvegarde et la protection du patrimoine a été au cœur de la politique culturelle malienne, notamment en réponse aux destructions et dégradations subies durant le conflit. Toutefois, le secteur des industries culturelles et créatives continue de se développer au Mali, au travers de festivals, de biennales artistiques et culturelles, et d’initiatives de la société civile ainsi que des mesures de soutien dans le secteur audiovisuel et de la photographie.

En outre, il s’agit pour le Mali de continuer à renforcer son cadre normatif ainsi que le développement de politiques publiques en vue de professionnaliser le secteur des industries culturelles et créatives (ICC). Le Document-cadre de politique culturelle de 2013 comporte trois axes stratégiques centrés sur les conditions de travail des professionnels de la culture, le renforcement structurel des industries culturelles et créatives et le renforcement de la place et du rôle de la culture dans tous les domaines de politique sectorielle. Le Document-cadre réaffirme l’engagement du Mali pour la créativité comme pilier du développement et son soutien envers les artistes et les opérateurs culturels. L’adoption en février 2016 par le Mali d’un décret sur le statut des artistes affirmant notamment le principe de liberté artistique constitue une manifestation de cet engagement.

Le projet de l’UNESCO/ASDI sur le suivi participatif des politiques culturelles présente une opportunité de créer un espace de dialogue entre les instances gouvernementales et les acteurs du secteur des arts, de la culture et des médias. A travers un processus collaboratif, le projet a pour but de structurer le secteur des ICCs et de promouvoir la diversité des expressions culturelles et un accès plus large aux contenus locaux. Ce sera aussi pour le Mali l’occasion de soumettre son premier rapport périodique, qui détaillera les progrès de la mise en œuvre de la Convention de 2005.

Lancement du Rapport mondial 2018 « ReIPenser les politiques culturelles »

Le 17 Juin 2019, le Rapport mondial 2018 « Re-penser les politiques culturelles » a été lancé à Bamako. Cet événement a été l’occasion pour plus de 60 professionnels de la culture de se rassembler dans le but de promouvoir les industries culturelles et créatives (ICCs) maliennes. La séance d’échange qui s’est déroulée au cours de l’événement a révélé que de nombreux participants, bien que représentant diverses disciplines et organisations artistiques, se heurtent à des obstacles similaires, notamment le manque de fonds et de possibilités de formation. L’intégration de contributions d’acteurs culturels, y compris la prise en compte des préoccupations exprimées par les participants de l’événement, constitue l’élément central de ce projet de quatre ans - Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles au Mali. En améliorant les mécanismes de suivi et de collecte de données relatifs au secteur créatif, le projet garantit que les futures politiques répondent aux défis actuels et pressants auxquels sont confrontés les créateurs et les professionnels de la culture sur le terrain.

N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la Culture, a affirmé l’engagement du ministère à soutenir avec ténacité les acteurs aussi bien étatiques que de la société civile. Elle a adjuté que les arts et la culture représentent « un axe stratégique national qui joue un rôle de premier plan dans le développement durable. »

La ministre a aussi salué le Rapport mondial 2018 « Re-penser les politiques culturelles » en tant que publication innovante servant « d’outil d’orientation, de document de référence et d’outil de plaidoyer et de sensibilisation ». Cette publication phare de l’UNESCO s’appuie sur les rapports périodiques quadriennauxsoumis par les pays qui ont ratifié la Convention de 2005, pour identifier les tendances et pratiques innovantes mondiales. Une équipe nationale multipartite, composée de membres du secteur public et de la société civile, a été présentée lors de l’événement comme principal responsable du premier rapport du Mali qui doit paraître en 2020. 

Atelier national de formation

Un atelier national de renforcement de capacités s’est tenu à Bamako (Mali) du 21 au 25 octobre 2019 destiné à l’équipe nationale, chargée d’élaborer le premier rapport du Mali sur la mise en œuvre de la Convention sur la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles (2005). Porté par Désiré Ouédraogo, membre de la Banque d’expertise de l’UNESCO, et Fallo Baba Keita, consultant national, l’atelier a permis aux participants de se familiariser avec la Convention de 2005 et le processus de mise en œuvre du projet Sida II et d’aborder la production de statistiques culturelles et les priorités politiques de promotion des industries culturelles et créatives (ICC) au Mali. Alternant des sessions théoriques, des sessions pratiques et des travaux de groupe, l’équipe nationale a identifié des mesures et politiques sous chacun des 4 objectifs du cadre de suivi de la Convention.

Les débats ont porté sur plusieurs thématiques, notamment la contribution des médias à la production et à la diffusion de contenus culturels, le rôle des médiateurs dans la promotion des ICC, ou encore la répartition des compétences entre la société civile, le gouvernement et les autres acteurs pour une gouvernance plus efficace et transparente de la culture. La condition de l’artiste, et notamment la protection sociale, ainsi que la faiblesse des mesures de soutien à la mobilité des artistes maliens ont aussi été abordées.

L’équipe nationale du Mali est composée à 44% d’organisations de la société civile et comprends également des représentants de différents ministères et agences publiques, ce qui rend l’exercice d’élaboration du rapport périodique particulièrement inclusif. L’équipe nationale va maintenant procéder à la collecte d’informations sur les politiques et mesures qui figureront dans le rapport, ainsi qu’à déterminer les principales réalisations et les futures priorités pour promouvoir la diversité des expressions culturelles. Un comité de rédaction sera en charge de consolider les contributions des différentes parties prenantes et de rédiger le rapport. Dans ce but, un atelier résidentiel de rédaction sera organisé par le Ministère de la culture du Mali en Février 2020. 

Présentation publique

Le mercredi 08 juillet 2020, le Bureau de l’UNESCO à Bamako en partenariat avec le Ministère de la Culture du Mali a organisé la présentation publique du premier rapport périodique quadriennal (RPQ) du Mali sur la mise en œuvre de la Convention de 2005. Organisé sous la forme d’un webinaire, cette présentation a rassemblé plus de 30 participants et a été présidée par M. Yamoussa FANE, Secrétaire général du Ministère de la Culture et Président du Comité national de mise en œuvre et de suivi de la Convention de 2005 au Mali. A travers ce premier bilan national, le Mali a choisi de mettre en exergue les mesures et politiques publiques mises en œuvre par le pays pour soutenir les secteurs culturels et créatifs ces seize dernières années, depuis son adhésion à la Convention de 2005 de l’UNESCO, le 09 novembre 2006. Ce webinaire a été l’occasion pour les  membres du Comité national de mise en œuvre et de suivi de la Convention de 2005 au Mali,  de présenter les résultats de ces huit mois de travail, la méthodologie utilisée,  les difficultés rencontrées, ainsi que les défis à relever et les perspectives. La session d’échange a notamment inclus la participation des partenaires techniques et financiers mais aussi des acteurs et opérateurs culturels du secteur public, privé et de la société civile du Mali. 

Webnews présentation publique: https://fr.unesco.org/news/validation-du-premier-rapport-periodique-quadriennal-convention-2005-au-mali-0

Atelier de renforcement de capacité des acteurs des médias

Le gouvernement du Mali et le bureau de l’UNESCO au Mali ont organisé, en coopération avec l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (URTEL), la maison de la presse et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), un atelier de renforcement de capacité des acteurs des médias sur la prévention de l’extrémisme violent, la promotion de la liberté de la presse et la Convention de 2005. Cet atelier, qui s’est tenu à Mopti du 17 au 19 août 2021, a permis de former une quarantaine de professionnels des médias venant de Mopti, Bandiagara, Douentza, San, Ségou et de Bamako, dans le but de réaffirmer le rôle des acteurs des médias pour le dialogue, la cohésion sociale, la diversité culturelles et la paix dans un contexte de conflit et d’instabilité.

L’atelier s’est articulé autour de trois axes : la prévention de l’extrémisme violent et les stratégies de prévention pour promouvoir la sécurité et la paix ; les enjeux liés à la diversité des médias et des contenus et la promotion de la liberté de la presse ; et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Il a permis de réaffirmer les principes de déontologie des médias et de mettre en avant le rôle des acteurs du secteur dans la sensibilisation des communautés locales.

A partir des conclusions du premier rapport périodique du Mali sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 élaboré en 2020, cet atelier a permis la formulation d’une liste de recommandations à l’intention de différentes parties prenantes, notamment le gouvernement du Mali, les organisateurs (MINUSMA, URTEL, UNESCO) et les acteurs dans le secteur des médias.

Plus d'information ici.

Atelier de restitution pour une vision concertée des secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme

Entre décembre 2020 et février 2021, le ministère de l’Artisanat, de la Culture et de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme au Mali a organisé un cycle de séminaires à Bamako, Mopti et Keyes en vue de développer et d’actualiser un plan d’action politique en faveurs des secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme. Ces trois secteurs, qui représentent des piliers de la croissance socio-économique du Mali, sont aujourd’hui lourdement affectés par la crise sécuritaire et la pandémie mondiale.

Un atelier de restitution des recommandations issues du cycle de séminaires, qui a été ouvert et clôturé par le premier ministre, Monsieur Moctar Ouane, s’est tenu au Musée National du Mali le 29 novembre 2021. Présidé par M. Andogoly Guindo, ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, l’évènement a réuni une soixantaine de participants représentant des organisations et institutions gouvernementales, de la société civile et du secteur privé afin de convertir les recommandations en un plan d’action pour l’élaboration,  le suivi et l’évaluation des politiques culturelles. Ainsi, cette activité a permis de renforcer le dialogue entre les acteurs concernés pour promouvoir l’économie créative.  

Lire l’article ici.

Sensibilisation à la convention de 2005 au Salon international de la Planète A

A l'occasion de la 5ème édition du Salon Planète A, le salon international de la fiction, des arts visuels et du gaming du Mali, qui a eu lieu à Bamako du 26 au 27 novembre 2021, le bureau de l'UNESCO à Bamako a réalisé des actions de sensibilisation sur la Convention de 2005 au Mali. La participation au Salon a permis d’atteindre un large public et de souligner le rôle que les politiques peuvent jouer pour soutenir ces secteurs et les jeunes entrepreneurs.

Planet A. aborde les défis et promeut les opportunités commerciales qui existent au sein des industries créatives grâce à l’environnement numérique, en particulier dans les domaines de la vidéo, des arts visuels et de la production cinématographique. Cette édition s'est concentrée sur l'impact de la révolution numérique au niveau mondial et les opportunités qu'elle présente pour les jeunes entrepreneurs africains, par exemple en facilitant la distribution des jeux vidéo sur le marché.

Pendant deux jours, des participants du Mali, du Sénégal et de France ont partagé avec les jeunes Maliens leur expérience sur leurs connaissances et leur savoir-faire dans le domaine des industries créatives à travers des panels, des master classes, des expositions, des ateliers sur le marketing numérique et des concours.  L'événement était placé sous la présidence du Ministre de la Communication et de l'Economie Numérique.

Lire l’article ici.

Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles au Mali

French
Photo Gallery: 
Countries: 
Mali
Date: 
2018 à 2022
Context/Overview: 

Le Mali connaît depuis quelques années des troubles sécuritaires qui menacent la paix et la cohésion sociale. Dans ce contexte, le Mali a mis l’accent sur le rôle de la culture dans la construction de la paix et la réconciliation. La sauvegarde et la protection du patrimoine a été au cœur de la politique culturelle malienne, notamment en réponse aux destructions et dégradations subies durant le conflit. Toutefois, le secteur des industries culturelles et créatives continue de se développer au Mali, au travers de festivals, de biennales artistiques et culturelles, et d’initiatives de la société civile ainsi que des mesures de soutien dans le secteur audiovisuel et de la photographie.

En outre, il s’agit pour le Mali de continuer à renforcer son cadre normatif ainsi que le développement de politiques publiques en vue de professionnaliser le secteur des industries culturelles et créatives (ICC). Le Document-cadre de politique culturelle de 2013 comporte trois axes stratégiques centrés sur les conditions de travail des professionnels de la culture, le renforcement structurel des industries culturelles et créatives et le renforcement de la place et du rôle de la culture dans tous les domaines de politique sectorielle. Le Document-cadre réaffirme l’engagement du Mali pour la créativité comme pilier du développement et son soutien envers les artistes et les opérateurs culturels. L’adoption en février 2016 par le Mali d’un décret sur le statut des artistes affirmant notamment le principe de liberté artistique constitue une manifestation de cet engagement.

Le projet de l’UNESCO/ASDI sur le suivi participatif des politiques culturelles présente une opportunité de créer un espace de dialogue entre les instances gouvernementales et les acteurs du secteur des arts, de la culture et des médias. A travers un processus collaboratif, le projet a pour but de structurer le secteur des ICCs et de promouvoir la diversité des expressions culturelles et un accès plus large aux contenus locaux. Ce sera aussi pour le Mali l’occasion de soumettre son premier rapport périodique, qui détaillera les progrès de la mise en œuvre de la Convention de 2005.

Section for activities: 
Titre de la section: 
Lancement du Rapport mondial 2018 « ReIPenser les politiques culturelles »
Brève description: 

Le 17 Juin 2019, le Rapport mondial 2018 « Re-penser les politiques culturelles » a été lancé à Bamako. Cet événement a été l’occasion pour plus de 60 professionnels de la culture de se rassembler dans le but de promouvoir les industries culturelles et créatives (ICCs) maliennes. La séance d’échange qui s’est déroulée au cours de l’événement a révélé que de nombreux participants, bien que représentant diverses disciplines et organisations artistiques, se heurtent à des obstacles similaires, notamment le manque de fonds et de possibilités de formation. L’intégration de contributions d’acteurs culturels, y compris la prise en compte des préoccupations exprimées par les participants de l’événement, constitue l’élément central de ce projet de quatre ans - Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles au Mali. En améliorant les mécanismes de suivi et de collecte de données relatifs au secteur créatif, le projet garantit que les futures politiques répondent aux défis actuels et pressants auxquels sont confrontés les créateurs et les professionnels de la culture sur le terrain.

N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la Culture, a affirmé l’engagement du ministère à soutenir avec ténacité les acteurs aussi bien étatiques que de la société civile. Elle a adjuté que les arts et la culture représentent « un axe stratégique national qui joue un rôle de premier plan dans le développement durable. »

La ministre a aussi salué le Rapport mondial 2018 « Re-penser les politiques culturelles » en tant que publication innovante servant « d’outil d’orientation, de document de référence et d’outil de plaidoyer et de sensibilisation ». Cette publication phare de l’UNESCO s’appuie sur les rapports périodiques quadriennauxsoumis par les pays qui ont ratifié la Convention de 2005, pour identifier les tendances et pratiques innovantes mondiales. Une équipe nationale multipartite, composée de membres du secteur public et de la société civile, a été présentée lors de l’événement comme principal responsable du premier rapport du Mali qui doit paraître en 2020. 

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Atelier national de formation
Brève description: 

Un atelier national de renforcement de capacités s’est tenu à Bamako (Mali) du 21 au 25 octobre 2019 destiné à l’équipe nationale, chargée d’élaborer le premier rapport du Mali sur la mise en œuvre de la Convention sur la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles (2005). Porté par Désiré Ouédraogo, membre de la Banque d’expertise de l’UNESCO, et Fallo Baba Keita, consultant national, l’atelier a permis aux participants de se familiariser avec la Convention de 2005 et le processus de mise en œuvre du projet Sida II et d’aborder la production de statistiques culturelles et les priorités politiques de promotion des industries culturelles et créatives (ICC) au Mali. Alternant des sessions théoriques, des sessions pratiques et des travaux de groupe, l’équipe nationale a identifié des mesures et politiques sous chacun des 4 objectifs du cadre de suivi de la Convention.

Les débats ont porté sur plusieurs thématiques, notamment la contribution des médias à la production et à la diffusion de contenus culturels, le rôle des médiateurs dans la promotion des ICC, ou encore la répartition des compétences entre la société civile, le gouvernement et les autres acteurs pour une gouvernance plus efficace et transparente de la culture. La condition de l’artiste, et notamment la protection sociale, ainsi que la faiblesse des mesures de soutien à la mobilité des artistes maliens ont aussi été abordées.

L’équipe nationale du Mali est composée à 44% d’organisations de la société civile et comprends également des représentants de différents ministères et agences publiques, ce qui rend l’exercice d’élaboration du rapport périodique particulièrement inclusif. L’équipe nationale va maintenant procéder à la collecte d’informations sur les politiques et mesures qui figureront dans le rapport, ainsi qu’à déterminer les principales réalisations et les futures priorités pour promouvoir la diversité des expressions culturelles. Un comité de rédaction sera en charge de consolider les contributions des différentes parties prenantes et de rédiger le rapport. Dans ce but, un atelier résidentiel de rédaction sera organisé par le Ministère de la culture du Mali en Février 2020. 

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Présentation publique
Brève description: 

Le mercredi 08 juillet 2020, le Bureau de l’UNESCO à Bamako en partenariat avec le Ministère de la Culture du Mali a organisé la présentation publique du premier rapport périodique quadriennal (RPQ) du Mali sur la mise en œuvre de la Convention de 2005. Organisé sous la forme d’un webinaire, cette présentation a rassemblé plus de 30 participants et a été présidée par M. Yamoussa FANE, Secrétaire général du Ministère de la Culture et Président du Comité national de mise en œuvre et de suivi de la Convention de 2005 au Mali. A travers ce premier bilan national, le Mali a choisi de mettre en exergue les mesures et politiques publiques mises en œuvre par le pays pour soutenir les secteurs culturels et créatifs ces seize dernières années, depuis son adhésion à la Convention de 2005 de l’UNESCO, le 09 novembre 2006. Ce webinaire a été l’occasion pour les  membres du Comité national de mise en œuvre et de suivi de la Convention de 2005 au Mali,  de présenter les résultats de ces huit mois de travail, la méthodologie utilisée,  les difficultés rencontrées, ainsi que les défis à relever et les perspectives. La session d’échange a notamment inclus la participation des partenaires techniques et financiers mais aussi des acteurs et opérateurs culturels du secteur public, privé et de la société civile du Mali. 

Webnews présentation publique: https://fr.unesco.org/news/validation-du-premier-rapport-periodique-quadriennal-convention-2005-au-mali-0

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Atelier de renforcement de capacité des acteurs des médias
Brève description: 

Le gouvernement du Mali et le bureau de l’UNESCO au Mali ont organisé, en coopération avec l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (URTEL), la maison de la presse et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), un atelier de renforcement de capacité des acteurs des médias sur la prévention de l’extrémisme violent, la promotion de la liberté de la presse et la Convention de 2005. Cet atelier, qui s’est tenu à Mopti du 17 au 19 août 2021, a permis de former une quarantaine de professionnels des médias venant de Mopti, Bandiagara, Douentza, San, Ségou et de Bamako, dans le but de réaffirmer le rôle des acteurs des médias pour le dialogue, la cohésion sociale, la diversité culturelles et la paix dans un contexte de conflit et d’instabilité.

L’atelier s’est articulé autour de trois axes : la prévention de l’extrémisme violent et les stratégies de prévention pour promouvoir la sécurité et la paix ; les enjeux liés à la diversité des médias et des contenus et la promotion de la liberté de la presse ; et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Il a permis de réaffirmer les principes de déontologie des médias et de mettre en avant le rôle des acteurs du secteur dans la sensibilisation des communautés locales.

A partir des conclusions du premier rapport périodique du Mali sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 élaboré en 2020, cet atelier a permis la formulation d’une liste de recommandations à l’intention de différentes parties prenantes, notamment le gouvernement du Mali, les organisateurs (MINUSMA, URTEL, UNESCO) et les acteurs dans le secteur des médias.

Plus d'information ici.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Atelier de restitution pour une vision concertée des secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme
Brève description: 

Entre décembre 2020 et février 2021, le ministère de l’Artisanat, de la Culture et de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme au Mali a organisé un cycle de séminaires à Bamako, Mopti et Keyes en vue de développer et d’actualiser un plan d’action politique en faveurs des secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme. Ces trois secteurs, qui représentent des piliers de la croissance socio-économique du Mali, sont aujourd’hui lourdement affectés par la crise sécuritaire et la pandémie mondiale.

Un atelier de restitution des recommandations issues du cycle de séminaires, qui a été ouvert et clôturé par le premier ministre, Monsieur Moctar Ouane, s’est tenu au Musée National du Mali le 29 novembre 2021. Présidé par M. Andogoly Guindo, ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, l’évènement a réuni une soixantaine de participants représentant des organisations et institutions gouvernementales, de la société civile et du secteur privé afin de convertir les recommandations en un plan d’action pour l’élaboration,  le suivi et l’évaluation des politiques culturelles. Ainsi, cette activité a permis de renforcer le dialogue entre les acteurs concernés pour promouvoir l’économie créative.  

Lire l’article ici.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Sensibilisation à la convention de 2005 au Salon international de la Planète A
Brève description: 

A l'occasion de la 5ème édition du Salon Planète A, le salon international de la fiction, des arts visuels et du gaming du Mali, qui a eu lieu à Bamako du 26 au 27 novembre 2021, le bureau de l'UNESCO à Bamako a réalisé des actions de sensibilisation sur la Convention de 2005 au Mali. La participation au Salon a permis d’atteindre un large public et de souligner le rôle que les politiques peuvent jouer pour soutenir ces secteurs et les jeunes entrepreneurs.

Planet A. aborde les défis et promeut les opportunités commerciales qui existent au sein des industries créatives grâce à l’environnement numérique, en particulier dans les domaines de la vidéo, des arts visuels et de la production cinématographique. Cette édition s'est concentrée sur l'impact de la révolution numérique au niveau mondial et les opportunités qu'elle présente pour les jeunes entrepreneurs africains, par exemple en facilitant la distribution des jeux vidéo sur le marché.

Pendant deux jours, des participants du Mali, du Sénégal et de France ont partagé avec les jeunes Maliens leur expérience sur leurs connaissances et leur savoir-faire dans le domaine des industries créatives à travers des panels, des master classes, des expositions, des ateliers sur le marketing numérique et des concours.  L'événement était placé sous la présidence du Ministre de la Communication et de l'Economie Numérique.

Lire l’article ici.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Donors: 
Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida)
Related activity: 
Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles