Thème:
Banque d'Expertise, Contribuer aux ODD
Type de projet:
Renforcement des capacités, Monitoring
Pays:
Activité connexe:
Début
Jul 2018
Fin
Jun 2022

Contexte/Aperçu

Alors que le Pérou a une longue tradition d’intégration des arts et de la culture dans la société, la formalisation des arts a commencé il y a quelques décennies. Aujourd’hui, les industries culturelles et créatives (ICC) du pays se développent rapidement.

C’est dans ce contexte que le ministère de la Culture du Pérou a été créé en juillet 2010 : le gouvernement péruvien est désireux de tirer parti de la dynamique créative du pays et de soutenir le secteur de la culture par le biais de politiques et de mesures ciblées. L’adoption par le Congrès d’une loi ambitieuse sur le cinéma en est un excellent exemple : elle a permis de tripler les ressources allouées à l’industrie du film.

Les principaux domaines d’action du ministère sont la création culturelle contemporaine et les arts vivants, la gestion culturelle et les industries culturelles. Figurent notamment parmi les priorités du ministère l’amélioration des possibilités de dialogue entre les organisations de la société civile du secteur culturel et le gouvernement, et l’élaboration de programmes de renforcement des capacités pour les artistes, les professionnels de la culture et les fonctionnaires.

Lancement du Rapport mondial 2018 « ReIPenser les politiques culturelles »

Le deuxième Rapport mondial « ReIPenser les politiques culturelles : la créativité au cœur du développement » a été lancé à Lima le 14 May 2019. Parmi les deux cents participants figuraient des représentants de ministères et d’institutions publiques, des universités et centres de formation, des organisations de la société civile et des créateurs. 

Le Pérou a été l’un des premiers pays à signer la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005), s’engageant ainsi à renforcer l’essor d’industries culturelles et créatives dynamiques au Pérou. Plus de douze ans plus tard, le pays a réalisé « des progrès considérables dans la mise en œuvre de politiques et de mesures à travers la chaîne de valeur culturelle, notamment en encourageant la création numérique, l’entrepreneuriat créatif et l’accélération de la modernisation des secteurs culturels », a déclaré Magaly Robalino, une représentante de l’UNESCO au Pérou.

Le ministère de la Culture a invité les parties prenantes, au cours de l’événement, à participer à l'élaboration du Rapport périodique quadriennal (RPQ), le prochain rapport du Pérou devant paraître en 2020. « Cela va nous inspirer beaucoup d’idées et de questions », a déclaré Guillermo Cortés Carcelén, vice-ministre du Patrimoine et des industries culturels, soulignant que le RPQ est plus qu’une fiche de score – c’est en réalité un « outil pour réfléchir à ce qui se passe dans le monde tout en se concentrant sur l’évolution de notre propre secteur culturel ». Afin de saisir l’état actuel des politiques culturelles et d’élaborer des recommandations pour des actions futures, la possibilité de contribuer au rapport « doit concerner tout le monde afin que nous arrivions à un consensus clair, aboutissant à de meilleures réglementations et politiques », a-t-il conclu.

La richesse des informations détenues par les acteurs non gouvernementaux a été mise en évidence lors d’une table ronde de la société civile qui a suivi. Les participants ont examiné les progrès réalisés par le Pérou en matière de politique culturelle à travers trois domaines d’intervention fondés sur le cadre de suivi de la Convention : le rôle de la société civile, la liberté artistique et l’égalité des genres. L'événement a été diffusé sur la chaîne « Culture 24 » du ministère de la Culture.

Consultation multipartite

Du 21 au 24 mai 2019, l’expert international Eduardo Saravia a conduit 6 réunions de travail avec l’UNESCO, le Ministère de la culture, des institutions publiques et des acteurs du secteur culturel. L’objectif principal de ce processus de consultation était d’identifier les acteurs culturels des secteurs public, privé et de la société civile qui ont influencé ou ont pris des initiatives pour promouvoir la diversité des expressions culturelles au Pérou. Il s’agissait aussi de démontrer la portée du champs d’application et des objectifs de la Convention de 2005, de montrer leur pertinence dans le contexte péruvien et de stimuler la participation dans le cadre de l’élaboration du premier rapport périodique péruvien pour la Convention de 2005.

Eduardo Saravia a rencontré les institutions gouvernementales, y compris la Ministre de la culture, Ulla Holmquist, et le vice-Ministre du patrimoine et des industries culturelles, Guillermo Cortés Carcelén. Durant ces réunions, le gouvernement péruvien a exprimé son accord et son engagement dans le processus de rédaction du rapport périodique. Des réunions se sont ensuite tenues avec le Ministère de l’éducation, le Ministère des affaires étrangères et les écoles de formation artistique.

Des sessions ont aussi été organisées avec des acteurs de la société civile. Un dialogue a été établi avec les universités et les institutions qui ont des programmes de formation en gestion culturelle, le Réseau national des points culturels (Red nacional de Puntos de Cultura) et les organisations culturelles, y compris APOC (l’Alliance péruvienne des organisations culturelles – Alianza Peruana de Organizaciones Culturales) et EIP (l’Association des éditeurs indépendants – Asociación de Editoriales Independientes).

Les prochaines étapes et la constitution de l’équipe nationale en charge de la rédaction du rapport seront définies sur la base des informations obtenues par le biais du processus de consultation. L’équipe veillera à éviter la duplication des efforts et à mettre à profit les initiatives existantes prises par le gouvernement et la société civile pour renforcer les politiques culturelles. Elle prendra aussi en compte l’importance de la décentralisation et de la stratégie de communication, de façon à développer une vision inclusive, représentative des points de vue et des réalités des différents territoires du pays.

Atelier national de formation

L’atelier de formation de l’équipe nationale péruvienne s’est tenu du 7 au 11 octobre 2019, sous la conduite d’Eduardo Saravia, membre de la Banque d’expertise de l’UNESCO. Onze représentants du secteur public et quinze représentants de la société civile, des syndicats et du monde universitaire étaient présents. Plus de 70% des membres de l’équipe nationale qui ont participé à l’atelier étaient des femmes. L’objectif de cette réunion était de créer de nouveaux espaces de dialogue et d’habiliter les responsables gouvernementaux et les organisations de la société civile à assurer conjointement le suivi des politiques qui favorisent le développement du secteur créatif au Pérou.

Au cours de la formation, l’équipe a également identifié les domaines prioritaires à aborder dans le rapport périodique quadriennal sur la gouvernance culturelle, que les Parties à la Convention soumettent tous les quatre ans. Un nouveau formulaire de rapport périodique révisé sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 est aligné sur le Cadre de suivi et organisé autour de quatre objectifs. Au terme de discussions approfondies, l’équipe nationale a identifié cinquante-sept politiques, mesures et initiatives qui contribuent à la protection et à la promotion de la diversité des expressions culturelles. Les membres ont établi un lien entre chaque élément et l’objectif le plus pertinent : 23 politiques et mesures soutiennent des systèmes de gouvernance durables de la culture (Objectif 1) ; 11 promeuvent un échange équilibré de biens et services culturels et la mobilité des artistes et des professionnels de la culture (Objectif 2) ; 7 visent à inclure la culture dans les cadres de développement durable (Objectif 3) ; et 16 promeuvent les droits de l’homme et les libertés fondamentales dans le secteur culturel (Objectif 4).

Les institutions publiques et privées dont les initiatives en cours sont conformes à la Convention de 2005 ont été sollicitées au cours de rencontres bilatérales afin de contribuer activement leurs idées au rapport périodique. L’Institut pénitentiaire national, la Chambre péruvienne des livres et la Commission péruvienne de promotion des exportations et du tourisme se sont engagés, entre autres, à y participer.

Présentation publique

Du 25 au 27 février 2020, 3 ateliers ont été organisés pour présenter le processus d’élaboration du rapport périodique quadriennal et pour collecter des informations sur les défis et les difficultés.  Les réunions se sont tenues avec l’équipe nationale, la société civile, les associations professionnelles et le milieu universitaire et ont été dirigées par l’expert international Eduardo Saravia, l’experte nationale Gloria Lescano et la spécialiste des industries culturelles du Ministère de la Culture, Silvia Ágreda.

Les trois ateliers ont réuni au total 47 représentants d’institutions publiques, privées et d’organisations de la société civile. Plus précisément, 14 représentants du secteur publique, 18 représentants d’organisations de la société civile et 15 représentants des associations professionnelles et du milieu universitaire étaient présents. 61,7% des représentants des différentes institutions qui ont participé aux ateliers s’identifient avec le genre féminin.

L’objectif était la présentation des conclusions préliminaires du rapport périodique quadriennal et la collecte des réflexions et des contributions sur les progrès, le travail à accomplir et les défis liés à la mise en œuvre de la Convention de 2005. Au total, 48 défis qui s’articulent autour de 10 axes thématiques ont été collectés. Le renforcement de l’approche interculturel, la promotion de l’égalité des genres, l’amélioration des conditions de travail des professionnels de la culture et le renforcement de la gestion culturelle locale ont été particulièrement mis en évidence.

ResiliArt Peru: Cátedra UNESCO en Patrimonio Cultural y Turismo Sostenible

La chaire de l’UNESCO sur le patrimoine culturel et le tourisme durable de l'Université San Martin de Porres à Lima, au Pérou, a organisé un débat ResiliArt le 19 Avril 2020. Ce débat a permis de rassembler différentes voix du secteur culturel, notamment celles des arts du spectacle, des arts visuels, du cinéma et de l'audiovisuel, de l'artisanat, de la musique, de la littérature, des musées et du patrimoine culturel. Les participants ont souligné que la culture devrait être intégrée dans les politiques nationales et internationales, réaffirmant que l'art est un outil puissant pour la santé, l'éducation et la qualité de vie des péruviens pendant et après la période de confinement. Le rôle des droits culturels et des droits du travail des professionnels de la culture a également été souligné.

ResiliArt Peru - Universidad Peruana de Ciencias Aplicadas

L'Université péruvienne des sciences appliquées a organisé un débat ResiliArt le 8 Mai 2020. Ce débat a permis de recueillir des informations et de décrire la situation et les besoins des artistes et des professionnels de la culture dans l'industrie de la musique. La plupart des intervenants ont déclaré que l'informalité est l'un des plus grands problèmes de l'industrie musicale péruvienne. Le débat a également souligné que l'éducation musicale a été fortement touchée par la pandémie, car il y a de plus en plus d'incertitude quant au choix d'une carrière artistique. L'établissement d'un registre officiel des artistes péruviens a été jugé prioritaire pour assurer les processus de récupération. Plus de 200 spectateurs ont suivi le débat.

Lancement de la publication "Politiques pour la diversité des expressions culturelles"

Le Ministère de la Culture du Pérou et le Bureau de l'UNESCO à Lima ont présenté la publication "Politiques pour la diversité des expressions culturelles : Etapes franchies et voies à suivre", une version analytique et résumée du rapport périodique quadriennal du Pérou sur la mise en œuvre de la Convention de 2005, qui a été soumis à l'UNESCO en juillet 2020 par le ministère de la Culture. 

Ce rapport est un document technique qui fournit un diagnostic de l'état des arts et des industries culturelles de 2016 à 2019, et présente les principaux défis pour les années à venir. Il a été préparé avec l'aide du bureau local de l'UNESCO à Lima, grâce au soutien du gouvernement suédois. 

La publication comprend une analyse des données recueillies, des infographies et des graphiques, ainsi que des articles d'opinion de 4 spécialistes de chacun des objectifs de la Convention de 2005. L'objectif est de fournir à la société civile une contribution accessible et stimulante sur les politiques culturelles. 

L'élaboration du rapport périodique et cette publication ont été le point de départ pour que le Pérou puisse compter sur le soutien de l'UNESCO pour la mise à jour de la loi sur les artistes (avec le soutien du programme Aschberg) ainsi que pour l'élaboration d'un plan de relance des industries culturelles et des secteurs artistiques (avec le soutien du projet Sida II). 

Regardez la conférence ici (en espagnol): https://fb.watch/3aB95cFEOW/

Bourses de formation pour les femmes entrepreneuses culturelles

Afin de contribuer à la réduction de l'écart entre les genres dans le secteur culturel, le Bureau de l'UNESCO à Lima et le Museo de Arte de Lima (MALI) ont créé la bourse UNESCO – MALI qui offre des opportunités de formation en gestion culturelle aux femmes qui se consacrent à l’entreprenariat culturel au Pérou.

Cette bourse s'adresse spécifiquement aux femmes qui, bien que n'ayant pas eu l'opportunité de suivre une formation académique en gestion culturelle, ont développé un travail précieux en faveur de la culture et des droits culturels au sein de leurs communautés.

Depuis sa création en 2020, cette bourse qui vise à promouvoir l’accès des femmes aux fonctions et de décision dans le secteur culturel n’as cessé d’évoluer.  Lors de sa quatrième édition, six lauréates ont été désignées parmi 64 candidates. Il s’agit de Merly Anccari (32 ans); Blanca Pajuelo (49 ans) ; Isabel Alacote (46 ans) ; Graciela Quispe (23 ans) ; Lizeth Travezán (30 ans) ; et Ximena Prialé (30 ans).

Plus d’informations sur la bourse et les six lauréates sont disponibles en espagnol sur le site du bureau de l’UNESCO à Lima

Plus d’information sur les lauréates des éditions précédentes sont disponibles en espagnol ci-dessous :  

- première édition (2020),

- deuxième édition (2021),

- troisième édition (2021).

Plan de relance post COVID-19

En réponse au fort impact de la COVID-19 dans les secteurs culturels et créatifs, le Ministère de culture du Pérou a lancée l’élaboration d’un “Plan de relance des arts et des industries culturelles à 2030”.

Cet instrument stratégique a pour objectif d’établir une feuille de route à long terme pour encourager la reprise du secteur. Il a été élaboré avec l’assistance technique de l’UNESCO et la participation de fonctionnaires publics nationaux et des Direction décentralisées de la culture (DDC), de réseaux et d’organisations de la société civile, d’universitaires, d’artistes et de professionnels de la culture.

La conception du plan a commencé en janvier 2021 avec la présentation du Rapport périodique quadriennal du Pérou et a suivi 6 étapes caractérisées par des processus hautement participatifs. Un diagnostic a permis d’identifier huit enjeux clés pour réactiver les secteurs culturels et un comité de consultation national a été formé. Par la suite, un processus de consultation, incluant 37 tables rondes avec la participation de presque 700 agents du secteur culturel dans 25 régions et Lima Métropolitaine, a été mené. Les apports obtenus ont été restitués en huit directives du Plan de relance, publiées dans une résolution Ministérielle en juillet 2021 :

  1. Développement de l’emploi dans le secteur des arts et des industries culturelles
  2. Amélioration des conditions de travail dans les arts et les industries culturelles
  3. Renforcement des capacités et gestion de l’information
  4. Encourager l’utilisation des espaces culturels
  5. Renforcement des gouvernements locaux
  6. Réduction des inégalités de genre au sein des arts et des industries culturelles
  7. Renforcement des formations artistiques
  8. Garantie de l’exercice des droits culturels des populations vulnérables

Dans ce contexte, une série d’objectifs, d’activités et d’actions ont été définis afin d’opérationnaliser le Plan de relance. Un deuxième processus de consultation a été lancé au travers de 21 réunions associant plus de 500 artistes, gestionnaires culturels et fonctionnaires des gouvernements locaux. Trois réunions ont été réalisés en langues autochtones : quechua, yanesha et aimara, ainsi qu’une en langage des signes.

La Plan de Relance a été officiellement lancé à l’occasion d’une réunion de haut-niveau en présence du Ministre de la culture, de la Directrice générale des industries culturelles et des arts, d’une représentante de l'ambassade de Suède, et du Coordinateur culturel de l'UNESCO au Pérou, de fonctionnaires du ministère de la culture, de représentants d'organisations de la société civile et de groupes culturels ayant participé à l'élaboration du plan.

Plus d’information sur le plan de relance sont disponible ici en anglais ou espagnol.

Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles au Pérou

French
Photo Gallery: 
Countries: 
Pérou
Date: 
2018 à 2022
Context/Overview: 

Alors que le Pérou a une longue tradition d’intégration des arts et de la culture dans la société, la formalisation des arts a commencé il y a quelques décennies. Aujourd’hui, les industries culturelles et créatives (ICC) du pays se développent rapidement.

C’est dans ce contexte que le ministère de la Culture du Pérou a été créé en juillet 2010 : le gouvernement péruvien est désireux de tirer parti de la dynamique créative du pays et de soutenir le secteur de la culture par le biais de politiques et de mesures ciblées. L’adoption par le Congrès d’une loi ambitieuse sur le cinéma en est un excellent exemple : elle a permis de tripler les ressources allouées à l’industrie du film.

Les principaux domaines d’action du ministère sont la création culturelle contemporaine et les arts vivants, la gestion culturelle et les industries culturelles. Figurent notamment parmi les priorités du ministère l’amélioration des possibilités de dialogue entre les organisations de la société civile du secteur culturel et le gouvernement, et l’élaboration de programmes de renforcement des capacités pour les artistes, les professionnels de la culture et les fonctionnaires.

Section for activities: 
Titre de la section: 
Lancement du Rapport mondial 2018 « ReIPenser les politiques culturelles »
Brève description: 

Le deuxième Rapport mondial « ReIPenser les politiques culturelles : la créativité au cœur du développement » a été lancé à Lima le 14 May 2019. Parmi les deux cents participants figuraient des représentants de ministères et d’institutions publiques, des universités et centres de formation, des organisations de la société civile et des créateurs. 

Le Pérou a été l’un des premiers pays à signer la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005), s’engageant ainsi à renforcer l’essor d’industries culturelles et créatives dynamiques au Pérou. Plus de douze ans plus tard, le pays a réalisé « des progrès considérables dans la mise en œuvre de politiques et de mesures à travers la chaîne de valeur culturelle, notamment en encourageant la création numérique, l’entrepreneuriat créatif et l’accélération de la modernisation des secteurs culturels », a déclaré Magaly Robalino, une représentante de l’UNESCO au Pérou.

Le ministère de la Culture a invité les parties prenantes, au cours de l’événement, à participer à l'élaboration du Rapport périodique quadriennal (RPQ), le prochain rapport du Pérou devant paraître en 2020. « Cela va nous inspirer beaucoup d’idées et de questions », a déclaré Guillermo Cortés Carcelén, vice-ministre du Patrimoine et des industries culturels, soulignant que le RPQ est plus qu’une fiche de score – c’est en réalité un « outil pour réfléchir à ce qui se passe dans le monde tout en se concentrant sur l’évolution de notre propre secteur culturel ». Afin de saisir l’état actuel des politiques culturelles et d’élaborer des recommandations pour des actions futures, la possibilité de contribuer au rapport « doit concerner tout le monde afin que nous arrivions à un consensus clair, aboutissant à de meilleures réglementations et politiques », a-t-il conclu.

La richesse des informations détenues par les acteurs non gouvernementaux a été mise en évidence lors d’une table ronde de la société civile qui a suivi. Les participants ont examiné les progrès réalisés par le Pérou en matière de politique culturelle à travers trois domaines d’intervention fondés sur le cadre de suivi de la Convention : le rôle de la société civile, la liberté artistique et l’égalité des genres. L'événement a été diffusé sur la chaîne « Culture 24 » du ministère de la Culture.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Présentation du RPQ
Brève description: 

Regardez la vidéo de présentation du rapport périodique du Pérou et de ses recommendations:

Poste: 
Top Right
Style: 
highlighted
Titre de la section: 
Présentation du Plan de Relance
Brève description: 

Regardez la vidéo de présentation du plan de relance: 

Poste: 
Top Right
Style: 
highlighted
Titre de la section: 
Quelle est la situation des industries culturelles au Pérou ?
Brève description: 
Poste: 
Top Right
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Consultation multipartite
Brève description: 

Du 21 au 24 mai 2019, l’expert international Eduardo Saravia a conduit 6 réunions de travail avec l’UNESCO, le Ministère de la culture, des institutions publiques et des acteurs du secteur culturel. L’objectif principal de ce processus de consultation était d’identifier les acteurs culturels des secteurs public, privé et de la société civile qui ont influencé ou ont pris des initiatives pour promouvoir la diversité des expressions culturelles au Pérou. Il s’agissait aussi de démontrer la portée du champs d’application et des objectifs de la Convention de 2005, de montrer leur pertinence dans le contexte péruvien et de stimuler la participation dans le cadre de l’élaboration du premier rapport périodique péruvien pour la Convention de 2005.

Eduardo Saravia a rencontré les institutions gouvernementales, y compris la Ministre de la culture, Ulla Holmquist, et le vice-Ministre du patrimoine et des industries culturelles, Guillermo Cortés Carcelén. Durant ces réunions, le gouvernement péruvien a exprimé son accord et son engagement dans le processus de rédaction du rapport périodique. Des réunions se sont ensuite tenues avec le Ministère de l’éducation, le Ministère des affaires étrangères et les écoles de formation artistique.

Des sessions ont aussi été organisées avec des acteurs de la société civile. Un dialogue a été établi avec les universités et les institutions qui ont des programmes de formation en gestion culturelle, le Réseau national des points culturels (Red nacional de Puntos de Cultura) et les organisations culturelles, y compris APOC (l’Alliance péruvienne des organisations culturelles – Alianza Peruana de Organizaciones Culturales) et EIP (l’Association des éditeurs indépendants – Asociación de Editoriales Independientes).

Les prochaines étapes et la constitution de l’équipe nationale en charge de la rédaction du rapport seront définies sur la base des informations obtenues par le biais du processus de consultation. L’équipe veillera à éviter la duplication des efforts et à mettre à profit les initiatives existantes prises par le gouvernement et la société civile pour renforcer les politiques culturelles. Elle prendra aussi en compte l’importance de la décentralisation et de la stratégie de communication, de façon à développer une vision inclusive, représentative des points de vue et des réalités des différents territoires du pays.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Atelier national de formation
Brève description: 

L’atelier de formation de l’équipe nationale péruvienne s’est tenu du 7 au 11 octobre 2019, sous la conduite d’Eduardo Saravia, membre de la Banque d’expertise de l’UNESCO. Onze représentants du secteur public et quinze représentants de la société civile, des syndicats et du monde universitaire étaient présents. Plus de 70% des membres de l’équipe nationale qui ont participé à l’atelier étaient des femmes. L’objectif de cette réunion était de créer de nouveaux espaces de dialogue et d’habiliter les responsables gouvernementaux et les organisations de la société civile à assurer conjointement le suivi des politiques qui favorisent le développement du secteur créatif au Pérou.

Au cours de la formation, l’équipe a également identifié les domaines prioritaires à aborder dans le rapport périodique quadriennal sur la gouvernance culturelle, que les Parties à la Convention soumettent tous les quatre ans. Un nouveau formulaire de rapport périodique révisé sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 est aligné sur le Cadre de suivi et organisé autour de quatre objectifs. Au terme de discussions approfondies, l’équipe nationale a identifié cinquante-sept politiques, mesures et initiatives qui contribuent à la protection et à la promotion de la diversité des expressions culturelles. Les membres ont établi un lien entre chaque élément et l’objectif le plus pertinent : 23 politiques et mesures soutiennent des systèmes de gouvernance durables de la culture (Objectif 1) ; 11 promeuvent un échange équilibré de biens et services culturels et la mobilité des artistes et des professionnels de la culture (Objectif 2) ; 7 visent à inclure la culture dans les cadres de développement durable (Objectif 3) ; et 16 promeuvent les droits de l’homme et les libertés fondamentales dans le secteur culturel (Objectif 4).

Les institutions publiques et privées dont les initiatives en cours sont conformes à la Convention de 2005 ont été sollicitées au cours de rencontres bilatérales afin de contribuer activement leurs idées au rapport périodique. L’Institut pénitentiaire national, la Chambre péruvienne des livres et la Commission péruvienne de promotion des exportations et du tourisme se sont engagés, entre autres, à y participer.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Présentation publique
Brève description: 

Du 25 au 27 février 2020, 3 ateliers ont été organisés pour présenter le processus d’élaboration du rapport périodique quadriennal et pour collecter des informations sur les défis et les difficultés.  Les réunions se sont tenues avec l’équipe nationale, la société civile, les associations professionnelles et le milieu universitaire et ont été dirigées par l’expert international Eduardo Saravia, l’experte nationale Gloria Lescano et la spécialiste des industries culturelles du Ministère de la Culture, Silvia Ágreda.

Les trois ateliers ont réuni au total 47 représentants d’institutions publiques, privées et d’organisations de la société civile. Plus précisément, 14 représentants du secteur publique, 18 représentants d’organisations de la société civile et 15 représentants des associations professionnelles et du milieu universitaire étaient présents. 61,7% des représentants des différentes institutions qui ont participé aux ateliers s’identifient avec le genre féminin.

L’objectif était la présentation des conclusions préliminaires du rapport périodique quadriennal et la collecte des réflexions et des contributions sur les progrès, le travail à accomplir et les défis liés à la mise en œuvre de la Convention de 2005. Au total, 48 défis qui s’articulent autour de 10 axes thématiques ont été collectés. Le renforcement de l’approche interculturel, la promotion de l’égalité des genres, l’amélioration des conditions de travail des professionnels de la culture et le renforcement de la gestion culturelle locale ont été particulièrement mis en évidence.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
ResiliArt Peru: Cátedra UNESCO en Patrimonio Cultural y Turismo Sostenible
Brève description: 

La chaire de l’UNESCO sur le patrimoine culturel et le tourisme durable de l'Université San Martin de Porres à Lima, au Pérou, a organisé un débat ResiliArt le 19 Avril 2020. Ce débat a permis de rassembler différentes voix du secteur culturel, notamment celles des arts du spectacle, des arts visuels, du cinéma et de l'audiovisuel, de l'artisanat, de la musique, de la littérature, des musées et du patrimoine culturel. Les participants ont souligné que la culture devrait être intégrée dans les politiques nationales et internationales, réaffirmant que l'art est un outil puissant pour la santé, l'éducation et la qualité de vie des péruviens pendant et après la période de confinement. Le rôle des droits culturels et des droits du travail des professionnels de la culture a également été souligné.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
ResiliArt Peru - Universidad Peruana de Ciencias Aplicadas
Brève description: 

L'Université péruvienne des sciences appliquées a organisé un débat ResiliArt le 8 Mai 2020. Ce débat a permis de recueillir des informations et de décrire la situation et les besoins des artistes et des professionnels de la culture dans l'industrie de la musique. La plupart des intervenants ont déclaré que l'informalité est l'un des plus grands problèmes de l'industrie musicale péruvienne. Le débat a également souligné que l'éducation musicale a été fortement touchée par la pandémie, car il y a de plus en plus d'incertitude quant au choix d'une carrière artistique. L'établissement d'un registre officiel des artistes péruviens a été jugé prioritaire pour assurer les processus de récupération. Plus de 200 spectateurs ont suivi le débat.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Lancement de la publication "Politiques pour la diversité des expressions culturelles"
Brève description: 

Le Ministère de la Culture du Pérou et le Bureau de l'UNESCO à Lima ont présenté la publication "Politiques pour la diversité des expressions culturelles : Etapes franchies et voies à suivre", une version analytique et résumée du rapport périodique quadriennal du Pérou sur la mise en œuvre de la Convention de 2005, qui a été soumis à l'UNESCO en juillet 2020 par le ministère de la Culture. 

Ce rapport est un document technique qui fournit un diagnostic de l'état des arts et des industries culturelles de 2016 à 2019, et présente les principaux défis pour les années à venir. Il a été préparé avec l'aide du bureau local de l'UNESCO à Lima, grâce au soutien du gouvernement suédois. 

La publication comprend une analyse des données recueillies, des infographies et des graphiques, ainsi que des articles d'opinion de 4 spécialistes de chacun des objectifs de la Convention de 2005. L'objectif est de fournir à la société civile une contribution accessible et stimulante sur les politiques culturelles. 

L'élaboration du rapport périodique et cette publication ont été le point de départ pour que le Pérou puisse compter sur le soutien de l'UNESCO pour la mise à jour de la loi sur les artistes (avec le soutien du programme Aschberg) ainsi que pour l'élaboration d'un plan de relance des industries culturelles et des secteurs artistiques (avec le soutien du projet Sida II). 

Regardez la conférence ici (en espagnol): https://fb.watch/3aB95cFEOW/

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Bourses de formation pour les femmes entrepreneuses culturelles
Brève description: 

Afin de contribuer à la réduction de l'écart entre les genres dans le secteur culturel, le Bureau de l'UNESCO à Lima et le Museo de Arte de Lima (MALI) ont créé la bourse UNESCO – MALI qui offre des opportunités de formation en gestion culturelle aux femmes qui se consacrent à l’entreprenariat culturel au Pérou.

Cette bourse s'adresse spécifiquement aux femmes qui, bien que n'ayant pas eu l'opportunité de suivre une formation académique en gestion culturelle, ont développé un travail précieux en faveur de la culture et des droits culturels au sein de leurs communautés.

Depuis sa création en 2020, cette bourse qui vise à promouvoir l’accès des femmes aux fonctions et de décision dans le secteur culturel n’as cessé d’évoluer.  Lors de sa quatrième édition, six lauréates ont été désignées parmi 64 candidates. Il s’agit de Merly Anccari (32 ans); Blanca Pajuelo (49 ans) ; Isabel Alacote (46 ans) ; Graciela Quispe (23 ans) ; Lizeth Travezán (30 ans) ; et Ximena Prialé (30 ans).

Plus d’informations sur la bourse et les six lauréates sont disponibles en espagnol sur le site du bureau de l’UNESCO à Lima

Plus d’information sur les lauréates des éditions précédentes sont disponibles en espagnol ci-dessous :  

- première édition (2020),

- deuxième édition (2021),

- troisième édition (2021).

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Titre de la section: 
Plan de relance post COVID-19
Brève description: 

En réponse au fort impact de la COVID-19 dans les secteurs culturels et créatifs, le Ministère de culture du Pérou a lancée l’élaboration d’un “Plan de relance des arts et des industries culturelles à 2030”.

Cet instrument stratégique a pour objectif d’établir une feuille de route à long terme pour encourager la reprise du secteur. Il a été élaboré avec l’assistance technique de l’UNESCO et la participation de fonctionnaires publics nationaux et des Direction décentralisées de la culture (DDC), de réseaux et d’organisations de la société civile, d’universitaires, d’artistes et de professionnels de la culture.

La conception du plan a commencé en janvier 2021 avec la présentation du Rapport périodique quadriennal du Pérou et a suivi 6 étapes caractérisées par des processus hautement participatifs. Un diagnostic a permis d’identifier huit enjeux clés pour réactiver les secteurs culturels et un comité de consultation national a été formé. Par la suite, un processus de consultation, incluant 37 tables rondes avec la participation de presque 700 agents du secteur culturel dans 25 régions et Lima Métropolitaine, a été mené. Les apports obtenus ont été restitués en huit directives du Plan de relance, publiées dans une résolution Ministérielle en juillet 2021 :

  1. Développement de l’emploi dans le secteur des arts et des industries culturelles
  2. Amélioration des conditions de travail dans les arts et les industries culturelles
  3. Renforcement des capacités et gestion de l’information
  4. Encourager l’utilisation des espaces culturels
  5. Renforcement des gouvernements locaux
  6. Réduction des inégalités de genre au sein des arts et des industries culturelles
  7. Renforcement des formations artistiques
  8. Garantie de l’exercice des droits culturels des populations vulnérables

Dans ce contexte, une série d’objectifs, d’activités et d’actions ont été définis afin d’opérationnaliser le Plan de relance. Un deuxième processus de consultation a été lancé au travers de 21 réunions associant plus de 500 artistes, gestionnaires culturels et fonctionnaires des gouvernements locaux. Trois réunions ont été réalisés en langues autochtones : quechua, yanesha et aimara, ainsi qu’une en langage des signes.

La Plan de Relance a été officiellement lancé à l’occasion d’une réunion de haut-niveau en présence du Ministre de la culture, de la Directrice générale des industries culturelles et des arts, d’une représentante de l'ambassade de Suède, et du Coordinateur culturel de l'UNESCO au Pérou, de fonctionnaires du ministère de la culture, de représentants d'organisations de la société civile et de groupes culturels ayant participé à l'élaboration du plan.

Plus d’information sur le plan de relance sont disponible ici en anglais ou espagnol.

Poste: 
Top left
Style: 
collapsed
Donors: 
Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida)
Related activity: 
Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles