La liberté artistique au cœur de la Journée mondiale de la liberté de la presse

La liberté artistique est un pilier de la liberté d'expression. L'UNESCO, avec le soutien financier du gouvernement du Danemark, mettra cette question, pour la deuxième année consécutive, au coeur des discussions de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Un panel de haut niveau et une table ronde d’artistes débattront des politiques culturelles et de la liberté artistique lors d'un pré-événement le 2 mai. L'ancienne Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits culturels organisera une session parallèle le 4 mai sur "Assurer la liberté artistique" dans une perspective internationale. Un autre événement, sous la forme d'un atelier informel, le 3 mai, rassemblera des réseaux professionnels internationaux pour discuter des matériels de formation visant à la promotion de la liberté artistique.

La Journée mondiale de la liberté de la presse se tiendra cette année à Jakarta, en Indonésie, avec des événements s’étendant sur 3 jours. En reconnaissance de l'importance de la liberté artistique, le Ministre indonésien

cartoon world press freedom

 “It’s not easy to frame freedom of expression"
“It’s not easy to frame freedom of expression"
de la Culture et de l'Education, Muhadjir Effendy, ouvrira le pré-événement le 2 mai intitulé «Repenser les politiques culturelles pour la liberté artistique». Les représentants ministériels du Cambodge (Ek Buntha, Directeur général adjoint, Ministère de la Culture et des Beaux-Arts), du Viet Nam (Nguyen Phuong Hoa, Directeur général adjoint, Ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme) et de  l'Indonésie (Hilmar Farid, Directeur-Général de la Culture, Ministère de la Culture et de l'Education) discuteront ensuite des stratégies de politique culturelle, telles que les meilleures façons de promouvoir la création artistique, les liens avec la société civile et la mobilité des artistes.

Dagfinn Høybråten, Secrétaire général du Conseil nordique des ministres, abordera également ces questions à travers un message vidéo. Il dressera un bilan de la «Déclaration d'Helsinki» adoptée lors de la Journée mondiale de la liberté de la presse l'année dernière, dans laquelle les ministres des pays nordiques se sont unis pour soutenir la promotion de la diversité des expressions culturelles et de la liberté artistique à l'ère numérique.

À la suite du panel de haut niveau, les artistes aborderont la question de la liberté d'expression à l'ère de la mondialisation. Ole Reitov, ancien directeur exécutif de Freemuse et modérateur de la session, introduire la session du point de vue d'une organisation de la société civile qui fait le suivi des violations des libertés artistiques. Le débat entre le photographe Shahidul Alam, le réalisateur Garin Nugroho, le PDG de AsiaNOW Productions et le réalisateur et producteur Rahul Chittela - tous des artistes de la région Asie-Pacifique - apporteront une perspective régionale.

Une action international stratégique

Farida Shaheed modérera l'une des sessions parallèles le 4 mai consacrée à la question de savoir quelle action stratégique est nécessaire au niveau international. L'ancienne Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits culturels et auteur du rapport intitulé "Le droit à la liberté d'expression artistique et de créativité" (2013) se demandera comment faire appliquer le droit international dans ce domaine.

Elle sera accompagnée dans ce panel d'experts par Hilmar Farid, Directeur général du Ministère indonésien de la culture et de l'éducation; Anupama Sekhar, directrice du Département de la culture de la Fondation Asie-Europe; Khadija El Bennaoui, directrice artistique et conseillère pour Art Moves Africa; et Sara Whyatt, ancienne directrice adjointe, PEN International, pour approfondir les thèmes de la liberté artistique en tant que droit fondamental, et réfléchir aux mesures pour soutenir les artistes menacés et faire le suivi de la liberté artistique.

Casper Klynge, Ambassadeur du Danemark en Indonésie, interviendra dans la session en évoquant les politiques de soutien aux libertés fondamentales grâce à la mise en œuvre de la Convention de 2005 sur la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles.

Après Jakarta

Alors que la Journée mondiale de la liberté de la presse rassemble de nombreux experts et praticiens du monde entier travaillant dans le domaine de la liberté artistique, celle-ci sera aussi l'occasion de discuter des orientations futures.

Le 3 mai, l'UNESCO organisera donc une séance de travail informelle avec les principaux réseaux professionnels internationaux (tels que such as Freemuse, Index on Censorship, Arts Rights Justice Working Group, Artswatch Africa, Asia-Europe Foundation, Art Moves Africa, etc) pour commencer à concevoir de nouvelles ressources pédagogiques sur les instruments juridiques internationaux tels que la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et la Recommandation de 1980 concernant le Statut des artistes. Bien que plusieurs outils aient été développés par des universitaires et des groupes de la société civile, aucun n'a été directement lié à ces instruments normatifs internationaux. Aussi l’UNESCO cherche-t-elle à travailler avec des partenaires pour développer des matériels de formation pour aider à développer les capacités dans ce domaine.

Lien du webcast de l'événement: http://fr.unesco.org/journee-mondiale-liberte-presse-2017/retransmission-direct