Madagascar 2016 report

Politiques et mesures
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
Nom de la mesure Périmètre de la mesure Nature
Encouragement des jeunes à la création littéraire National institutional
Intégration d'un programme scolaire d'éducation citoyenne civique et culturelle National institutional
Festival International du Jazz à Madagascar National, International institutional
Valorisation des artistes et de leurs oeuvres National institutional
Professionnalisation de l'industrie du livre Regional, National institutional
Education et sensibilisation du public sur le droit d'auteur National institutional
Adoption d'une loi spécifique à l'artisanat d'art National regulatory
Sensibilisation à la lecture aux niveaux national, régional et communal Local, Regional, National institutional
Redynamisation de la vie culturelle en milieu universitaire National institutional
Remise de distinction honorifique à l’Ordre des Arts, des Lettres et de la Culture National institutional
COOPÉRATION CULTURELLE INTERNATIONALE
Nom de la mesure Périmètre de la mesure Nature
Soutenir la participation de Madagascar au marché des Musiques de l’Océan Indien (IOMMA) Regional, International institutional
TRAITEMENT PRÉFÉRENTIEL
Nom de la mesure Périmètre de la mesure Nature
Appui à la filière design mode; mobilité des artistes Regional, International institutional
INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
Nom de la mesure Périmètre de la mesure Nature
Intégration du volet culture dans les cadres de développement nationaux National regulatory, institutional
Promotion des artistes locaux dans le cadre de la mise en œuvre de la politique culturelle nationale Regional, National institutional
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
Nom de la mesure Périmètre de la mesure Nature
Dialogue culturel "Voilà des femmes" National institutional
Rencontres professionnelles "Afrika 2.0" International institutional
Structuration des artistes et renforcement du dialogue culturel Regional, National regulatory
JEUNESSE
Nom de la mesure Périmètre de la mesure Nature
Rencontre avec des jeunes talents dans la filière littéraire Regional institutional
Programme Youth Cultural Leadership Training National institutional
Projection de film malgache suivie d’échanges entre les professionnels et le public Regional institutional
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Remise de distinction honorifique à l’Ordre des Arts, des Lettres et de la Culture

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif de cette mesure est d’encourager la créativité et reconnaître les talents et les artistes malgaches.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Dans le cadre de ces actions de promotion des artistes et de leurs oeuvres, le Ministère en charge de la culture a procédé à la remise de distinction honorifique à l’Ordre des Arts, des Lettres et de la Culture entre 2012 et 2013 aux artistes de renommés malgaches.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Entre 2012 et 2013, 54 artistes sont élevés au grade de commandeurs dont 18 femmes, 93 officiers dont 5 femmes et 153 chevaliers. En commémoration, des salles dédiées ont été construites au nom des écrivains de renoms nationaux et internationaux malgaches.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et du Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure a été prise en charge par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Encouragement des jeunes à la création littéraire

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit de développer les écrits, encourager la créativité, renforcer la connaissance et l’appréciation du public sur la nouvelle et la poésie et renforcer la capacité des jeunes à la production littéraire.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

L’encouragement des jeunes à la création littéraire est initié par le Ministère en charge de la Culture, en collaboration avec les célèbres écrivains malgaches. Cette mesure s'adresse en particulier aux jeunes. Ils sont sensibilisés à participer à un concours de poésie en 2011, puis nouvelles en 2013. Les oeuvres ont fait l'objet d'une édition sous forme d'un recueil et les lauréats sont formés en matière de création littéraire.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : éveiller l’intéressement des jeunes aux nouvelles littéraires et à la poésie, rehausser la qualité des œuvres littéraires, éditer et publier un recueil comportant les œuvres en compétition. Au niveau national, un concours de poésie a été organisé en 2011, puis nouvelles en 2013. La spécificité de cette mesure est l’édition, la publication et la diffusion d’un recueil des poésies et des nouvelles reçues en compétition.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et de Sauvegarde du Patrimoine
Écrivains de renommés malgaches et la Résidence des écrivains
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

L'action est prise en charge financièrement par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Intégration d'un programme scolaire d'éducation citoyenne civique et culturelle

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif visé est de valoriser le patrimoine culturel au bénéfice des communautés, de manière particulière, la créativité des enfants et des jeunes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Il s'agit d'élaborer un nouveau programme scolaire sur l'éducation citoyenne et civique qui sert d'outils performants aux écoles à tous les niveaux, en collaboration avec le Ministère de l'Education nationale. A l’issue de plusieurs séances de dialogue culturel avec le Ministère en charge de l’éducation, le Ministère de la culture a produit et transmis au Ministère de l’éducation un document de référence applicable au niveau national renfermant les programmes d’éducation citoyenne civique et culturelle visant les élèves, les lycéens et les étudiants. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus en exploitant ce document sont la visibilité et le développement sur le long terme de la culture malgache, le renforcement de capacités des acteurs culturels, surtout dans le système éducatif et la multiplication des responsables pédagogiques aptes à prendre en charge la sauvegarde et la promotion des expressions culturelles dans le pays.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et de Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

L'action est assurée financièrement par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Festival International du Jazz à Madagascar

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit de relancer le jazz malgache, promouvoir les rencontres professionnelles et les jeunes artistes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Une initiative est née d’organiser chaque année le Festival International du Jazz à Madagascar afin de relancer le jazz malgache. Un évènement culturel devenu incontournable dans le pays et l’Indianocéanie. Les objectifs sont de vulgariser et promouvoir le jazz, nouer la coopération entre musiciens malgaches et étrangers et former les jeunes talents ou les futurs musiciens du jazz. Dans ce cadre, plusieurs activités sont réalisées, autre autres : a) une formation d’une durée de un mois est tenue à l’Alliance Française d’Antananarivo, avec le soutien du Ministère en charge de la culture, à Toamasina et Antsirabe, b) une coopération avec le conservatoire de Lille et la Conservatoire Royale de Belgique est instaurée, c) 15 concerts et cabarets avec des musiciens étrangers sont organisés avec l’appui des ambassades de France, Suisse, Allemagne, Belgique et France/Réunion, Maurice, ainsi que le partenariat avec la Commune Urbaine d’Antananarivo et l’Office National du Tourisme, d) des ateliers de musiciens, réunissant les artistes et les professionnels du milieu, c) une coopération régionale entre l’Afrique du Sud, Maurice, France/Réunion, Zimbabwe et Madagascar est établie. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

26 éditions de Festival international du jazz sont organisées à Madagascar, 200 jeunes musiciens en jazz sont formés depuis 2012, 2 films sur Madajazzcar et 70 000 spectateurs sont attirés.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Comité d'organisation du Festival international du Jazz à Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Le Festival du Jazz est financé sur des fonds propres du Comité d’organisation du Festival, des produits de sponsors et des appuis financiers divers directs ou indirects.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Oui
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
National
i.2 Quelles ont été les principales conclusions?: 

Le Festival a effectivement contribué à la relance de la musique jazz à Madagascar. Il a pu faire connaître les jeunes artistes et confirmer la créativité et le professionnalisme des artistes malgaches. Il est important d'encourager le soutien actif du Ministère, développer le partenariat autour de l'évènement et saisir réellement son impact culturel, économique et social.

i.3 Quels ont été les indicateurs utilisés pour déterminer son impact ?: 

Nombre d'éditions organisées, nombre de participants, nombre de spectateurs, nombre de formés.

❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Valorisation des artistes et de leurs oeuvres

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif de cette mesure est de faciliter le contact direct entre les artistes et le public.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Il s'agit de produire un catalogue des artistes peintres plasticiens malgaches, pour les faire connaître du public.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Le résultat attendu est la production d'un catalogue des artistes peintres plasiticiens malgaches et de leurs oeuvres.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Fédération des Arts Visuels à Madagascar (FAVI)
Ministère de la Culture
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est soutenue par la Fondation Benetton.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Professionnalisation de l'industrie du livre

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Les objectifs visés sont : soutenir le développement de l’édition de qualité qui correspond aux besoins des lecteurs malgaches, renforcer les capacités des éditeurs malgaches, professionnaliser le secteur de l'édition au niveau national en faveur des éditeurs et les auteurs malgaches. 

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour soutenir le développement de l’édition de qualité qui correspond aux besoins des lecteurs malgaches et renforcer les capacités des éditeurs, l’Association des Editeurs de Madagascar (AEDIM) a mis en œuvre une mesure de professionnalisation du secteur au niveau national en faveur des éditeurs et les auteurs malgaches. Il s’agit de fournir des appuis à l’équipement pour les éditeurs, mettre en place un site web de l’Association afin d’améliorer la visibilité de la production locale, récompenser l’auteur le plus lu en jeunesse, favoriser la production de livres et développer les relations entre les professionnels du livre de la Région.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont :

  • les productions augmentent et sont mieux connues de la population
  • les compétences des éditeurs sont renforcées à travers les sessions de formation. 
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Association des Editeurs de Madagascar (AEDIM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure a reçu le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et l’Institut Français de Madagascar.

g. Nom des organisations non gouvernementales et/ou le secteur privé engagés dans la mise en œuvre de la mesure?: 
Nom: 
Organisation internationale de la Francophonie
Type d’entité: 
NGO
Type d’implication: 

Appui technique et financier.

Nom: 
Institut Français de Madagascar
Type d’entité: 
Private company
Type d’implication: 

Appui technique et financier.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Oui
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
National
i.2 Quelles ont été les principales conclusions?: 

L'édition malgache en général a augmenté de 7,5% par rapport à 2005. Entre 2007 et 2013, la production en jeunesse a triplé car les éditeurs se sont concentrés sur la publication en jeunesse pour promouvoir la lecture. 

i.3 Quels ont été les indicateurs utilisés pour déterminer son impact ?: 

Les publications des membres et leur qualité.

Le nombre de visites sur le site web de l'association a beaucoup augmenté.

Une nouvelle maison d'édition a adhéré à l'association et une demande est en cours.

❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Education et sensibilisation du public sur le droit d'auteur

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

La mesure vise la promotion de la culture du droit d'auteur par le public et le respect du droit d'auteur.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour promouvoir la culture du droit d’auteur, l’Office Malagasy du Droit d’Auteur (OMDA) entreprend l’éducation et la sensibilisation des acteurs et du public. Ainsi, il organise chaque année auprès des écoles supérieures des conférences sur le droit d’auteur. Le public touché concerne les élèves-magistrats de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes ainsi que les élèves-officiers de l’Ecole Nationale Supérieure de la Police. Aussi, l’OMDA réalise également des missions de sensibilisation sur tout le territoire en faveur des autorités publiques, des usagers ou utilisateurs d’œuvres, des artistes et du grand public. Ces séries de conférence et de sensibilisation, complétées par des émissions télévisées et radiodiffusées, visent surtout une meilleure connaissance du droit d’auteur pour qu’il soit respecté.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont la connaissance du droit d'auteur et son observation par le public.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Office Malagasy du Droit d'Auteur (OMDA)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La réalisation de cette mesure est assurée par l'OMDA.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Adoption d'une loi spécifique à l'artisanat d'art

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit de promouvoir l’artisanat d’art, améliorer le cadre de travail de l’ensemble des artisans, développer les capacités nationales, régionales et locales afin d’encourager la participation de tous les artisans aux évènements économiques (tels que foire, atelier, vente, exposition, formation) ainsi que la coopération sous-régionale et internationale. 

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
regulatory
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Le Ministère en charge de l'Artisanat, en collaboration avec la société civile et les professionnels du secteut, a formulé et adopté une nouvelle loi régissant l'artisant d'art dans le pays. Cette loi contribue à l'instauration d'un environnement favorable à la création, la production, la distribution et la jouissance des biens et services de l'industrie de l'artisanat d'art. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les principaux résultats attendus sont l'implication des acteurs du secteur dans le processus et l'adoption de la loi.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et du Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure est assurée par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Sensibilisation à la lecture aux niveaux national, régional et communal

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Cette action a pour objectifs d’encourager la lecture, sensibiliser le public sur l’importance du livre, en ciblant de manière spécifique les enfants et les jeunes, et promouvoir les livres.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Local
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Les différentes activités entreprises sont :

  • Organiser des foires du livre dans 3 grandes villes, braderies du livre, rencontres interprofessionnelles, communications dans les médias, soutien à l'émissions sur le livre «Loharano tsy ritra » sur la TVM, les débats thématiques avec les acteurs de l’éducation ;
  • Participer aux salons régionaux et internationaux grâce à des partenariats avec le service culturel français et l’Association La Réunion des livres via le fonds de coopération régionale;
  • Etablir une convention de partenariat avec la Paositra Malagasy en octobre 2013, permettant de baisser le coût d’envoi des livres en province et faire la promotion des livres dans tout Madagascar à travers les 226 bureaux de poste ;
  • Organiser la 9è Foire du livre d'Antananarivo avec la FMBM ;
  • Mettre en place une liste de livres de lecture agréés en primaire au Ministère de l'Education Nationale pour encourager la lecture dès le plus jeune âge, aider les élèves à la maîtrise des deux langues d'enseignement, le malgache et le français et instaurer une habitude de lecture durable.
  • Organiser de rencontres d’auteurs dans les écoles primaires publiques depuis 2010 et dans les classes de soutien scolaires organisées par l’association KOZAMA en 2015/2016 pour encourager la lecture. L’action est soutenue par l’Association Touraine Madagascar ; elle concerne deux maisons d’édition ettrois auteurs avec constitution d'une malle de livres.
  • Créer une bibliothèque ambulante en 2016 dans les
  • dans les quartiers défavorisés pour l'accès aux livres pour les enfants des rues et les enfants déscolarisés, par 6 associations qui travaillent en direction de ces enfants et soutenue par l'Association Le livre aux mille zébus.
d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les actions visent à améliorer l'accès aux savoir et aux connaissances, à inculquer une culture littéraire et instaurer une habitude de lecture durable.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Association des Editeurs de Madagascar (AEDIM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure a bénéficié de l'appui de l'Institut français de Madagascar, l'Association Touraine Madagascar et l'Association La Réunion des livres. 

g. Nom des organisations non gouvernementales et/ou le secteur privé engagés dans la mise en œuvre de la mesure?: 
Nom: 
Institut Français de Madagascar
Type d’entité: 
Private company
Type d’implication: 

Soutien à la lecture.

Nom: 
Association Tourraine Madagascar
Type d’entité: 
NGO
Type d’implication: 

Soutien à la lecture

Nom: 
Association Le livre aux milles zébus
Type d’entité: 
NGO
Type d’implication: 

Soutien à l'édition.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Oui
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
National
i.2 Quelles ont été les principales conclusions?: 

L'édition malgache se développe mais des écueils restent à franchir. On peut citer entre autres les problèmes de diffusion et la lutte contre les dons de livres venant de l'extérieur.

Le Minisière de l'éducation a commencé à acheter les livres dans la liste de livres de lecture agréés en primaire pour les écoles en milieu rural et cela va renforcer l'amélioration de l'éducation et l'accès aux savoirs et aux connaissances.

i.3 Quels ont été les indicateurs utilisés pour déterminer son impact ?: 

Nombre d'adheteurs de livres lors de la foire du livre d'Antananarivo

Nombre de visiteurs au stand lecture sur place dédié aux personnes souhaitant lire

Nombre de bibliothèques ouvertes en milieu rural

Nombre d'éditions malgaches dans les dons

Les médias publient régulièrement des articles sur l'édition et travaillent avec l'association des éditeurs de Madagascar pour relayer la foire du livre d'Antananarivo

❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Redynamisation de la vie culturelle en milieu universitaire

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L’objectif visé est de démocratiser l’accès à la culture et stimuler la créativité des jeunes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

A l’Université d’Antananarivo, se trouvant dans la Capitale de Madagascar, l’Association des Médiateurs Culturels (ADMC) promeut la dynamisation de la vie culturelle en milieu universitaire, depuis 2010. Ces jeunes médiateurs regroupés en association sont issus de la Filière Médiation et Management Culturels de l’Université. Dans le cadre d’un projet de coopération culturelle franco-malgache, appelé Projet ART MADA 2 « Appui au développement culturel de Madagascar » et d’un programme dénommé Dinika « Appui à la société civile malagasy » soutenu par l’Union Européenne, les jeunes étudiants de l’ADMC a organisé des manifestations culturelles diverses touchant toutes les disciplines artistiques, destinés aux jeunes, surtout aux étudiants d’Antananarivo et Toliara (au sud du pays). Il s’agit de spectacles, ateliers artistiques, expositions, conférences-débats, journées thématiques, émissions radiophoniques, concours. Diverses thématiques sont mises à l’honneur avec l’implication des artistes et des professionnels des expressions culturelles.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont :

  • Savoir-faire des jeunes universitaires en médiation culturelle renforcé
  • Vie culturelle universitaire est redynalisée
  • Des spectacles, ateliers artistiques, expositions, conférences-débats, journées thématiques, émissions radiophoniques, concours organisés par les jeunes universitaires de l'Association.
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Association des Médiateurs Culturels au sein du Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

L'action inscrite dans le cadre d’un projet de coopération culturelle franco-malgache, appelé Projet ART MADA 2 « Appui au développement culturel de Madagascar » a reçu l'appui de la Coopération Française et de l'Union Européenne à travers le programme dénommé Dinika « Appui à la société civile malagasy ».

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
Local
❭ COOPÉRATION CULTURELLE INTERNATIONALE

Soutenir la participation de Madagascar au marché des Musiques de l’Océan Indien (IOMMA)

a. 2 Contexte de la mesure: 
COOPÉRATION CULTURELLE INTERNATIONALE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Cette mesure vise la promotion des échanges entre les professionnels de l'industrie musicale de l'Océan Indien.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Mise en oeuvre par le Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar, de l’Université d’Antananarivo, l’intégration de l’industrie musicale dans le réseau professionnel de l’Indianocéanie favorise les échanges, les rencontres, la collaboration et les opportunités entre les artistes et les professionnels, avec un pont vers l’industrie musicale d’Europe, Asie et Amérique. De ce fait, les principales actions entreprises sont : (i) faire participer les artistes et les professionnels malgaches (y compris la société civile) à ces rencontres, (ii) mettre en place des programmes de renforcement de capacités des acteurs culturels nationaux en montage de projets culturels transnationaux, appui à la communication, technique de son, régie, journalisme culturel.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont :

  • La production des artistes sur les différentes scènes de spectacles dans l'Océan Indien; plus de 25 artistes se sont ainsi produits.
  • Des activités de renforcement de capacités entreprises; 5 ateliers de formation sur la filière musicale ayant formé une centaine d’opérateurs culturels malgaches sont organisés de 2012 à 2013, par des opérateurs culturels réunionnais.
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure est appuyée par le Projet ART MADA 2 qui est une coopération franco-malgache, pour la partie malgache, puis l’Union Européenne et la Région Réunion, pour la partie réunionnaise.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ TRAITEMENT PRÉFÉRENTIEL

Appui à la filière design mode; mobilité des artistes

a. 2 Contexte de la mesure: 
TRAITEMENT PRÉFÉRENTIEL
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif de ces mesures est de soutenir la création, la production et la diffusion des biens culturels et promouvoir les artistes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Le Projet ART MADA 2 est soutenu par la Coopération française et mis en œuvre au cours de la période 2009-2013. Il est constitué de deux composantes, à savoir : (i) développement du secteur économique culturel, (ii) renforcement des opérateurs culturels malgaches. Dans le cadre de cette dernière, une formation d’appui à la filière design de mode est organisée en faveur de 16 stylistes, en partenariat avec les entreprises de confection textile en zone franche, la France/Réunion et la Région Île-de-France. Aussi, le Projet a permis d’accorder une allocation à un réalisateur en audiovisuel pour une formation à l’ESAV-Marrakech pour une durée de trois ans.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : 

  • 16 stylistes sont formés et soutenus dans leurs créativités
  • Les compétences des professionnels sont renforcées; une allocation est accordée à un réalisateur en audiovisuel pour une formation à l’ESAV-Marrakech pour une durée de trois ans.
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Les mesures sont soutenues à travers le Projet ART MADA 2 financé par la Coopération Française.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Intégration du volet culture dans les cadres de développement nationaux

a. 2 Contexte de la mesure: 
INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L’objectif principal est de valoriser la culture en tant que levier de développement.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
regulatory
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

La culture fait partie des défis inscrits dans la Politique Générale de l’Etat ; il s’agit de la « Renaissance culturelle », en « valorisant toutes les formes d’identités culturelles, artisanat, littérature, théâtre, chants » ainsi qu’en « intégrant la dimension culture » dans le processus de développement en vue d’assurer la cohésion sociale. Un programme axé sur « la culture et le patrimoine, expression des valeurs et de l’identité nationale » est inscrit dans le Plan National de Développement, qui est l’instrument de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat. Néanmoins, une action politique et programmatique spécifique mérite d’être entreprise pour intégrer dans la planification nationale du développement le domaine des industries culturelles et créatives.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

La culture est intégrée dans les cadres de developpement, mais la programmation existante porte essentiellement sur le patrimoine immatériel.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Gouvernement de Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est assurée par le Gouvernement de Madagascar ainsi que le Ministère en charge de la culture.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Non
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Promotion des artistes locaux dans le cadre de la mise en œuvre de la politique culturelle nationale

a. 2 Contexte de la mesure: 
INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif est de soutenir le secteur de la culture à Madagascar.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Afin de soutenir le secteur de la culture, le réseau des Alliances Françaises à Madagascar entreprend un programme de promotion des artistes locaux dans le cadre de la mise en œuvre de la politique culturelle nationale, conformément à ses lignes d’actions. En intervenant sur l’ensemble des chaînes des industries culturelles et créatives, ces actions portent sur un appui aux initiatives locales orientées vers les festivals, les formations et la résidence de création ; une diffusion aux niveaux local et national des biens culturels, comme les tournées d’exposition d’arts plastiques et thématiques ; diverses animations culturelles et des tournées musicales nationales, entre autres ateliers de dessin, théâtre, musique, cinéma, etc. Par ailleurs, les Alliances Françaises à Madagascar s’activent aussi dans la promotion de la lecture, à travers les 29 établissements répartis dans tout le pays.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats de l’action culturelle des Alliances Françaises en 2015 sont 592 évènements culturels, 219 868 spectateurs, 288 ateliers et clubs, 63 000 spectateurs de la Fête de la Musique, 29 bibliothèques avec 40 764 inscrits, 302 919 prêts, 426 130 visites et une bibliothèque numérique accessible à tous les adhérents (source : Alliance Française de Madagascar).

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Alliances Françaises à Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Les ressources financières allouées sont assurées par les Alliances Françaises et reçoivent le concours de ses différents partenaires.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b

Dialogue culturel "Voilà des femmes"

a. 2 Contexte de la mesure: 
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'évènement est organisé pour mettre à l’honneur l’implication et la participation des femmes dans le secteur de la culture.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour mettre à l’honneur l’implication et la participation des femmes dans le secteur de la culture, le Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar, en collaboration avec la Direction des Arts et de la Promotion Artistique du Ministère en charge de la culture, l’Université d’Antananarivo et le Programme Dinika Appui à la société civile malagasy, soutenu par l’Union Européenne, a organisé un dialogue culturel sur « Voilà des femmes » pour tout public à l’Université d’Antananarivo le 15 mai 2015.

Cette journée est consacrée à la découverte et aux échanges sur les mille et un univers des femmes travaillant dans le secteur artistique et culturel. Quatre thématiques ont illustré le programme : les femmes et les institutions culturelles ; les femmes et l’art ; les femmes et le plaisir/l’audace de créer ; les femmes et le monde médiatique. La Convention de 2005 a été abordée au cours de cette rencontre par une représentante de la Commission Nationale Malgache pour l’UNESCO.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : connaissance des femmes dynamiques et professionnels du secteur de la culture; échanges sur les savoir-faire des femmes artistes; échanges sur les pistes de réflexions de promotion des professionnelles et des femmes dans le secteur de la culture.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM) et Direction des Arts et de la Promotion Artistique du Ministère de la culture
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure a reçu le soutien de l’Université d’Antananarivo, le Programme Dinika Appui à la société civile malagasy de l’Union Européenne.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b

Rencontres professionnelles "Afrika 2.0"

a. 2 Contexte de la mesure: 
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'évènement a pour objectif d'aborder les contours et les effets du numérique dans le cinéma africain.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour aborder les contours et les effets du numérique dans le cinéma africain, l’Institut Français de Madagascar a organisé un évènement dénommé « Afrika 2.0 » à Madagascar les 12 et 13 novembre 2013, dans les locaux de l’IFM. Il s’agit de rencontres professionnelles, à caractère international, dédiées à échanger et débattre sur l’innovation et le numérique, touchant l’ensemble de la chaîne de cette filière en Afrique, y compris l’Indianocéanie.

Plus précisément, l’évènement a fait « le point sur les nouvelles formes et pratiques cinématographiques existantes ou en devenir en Afrique et dans l’Océan Indien ». Le programme proposé a été varié et vu la participation des intervenants malgaches et internationaux. A titre de résumé, il est composé de projections de films nationaux et africains, présentations, échanges et débats thématiques (« keynote ou La nouvelle donne technologique abordant les changements apportés par le numérique dans la cinématographie et la place des femmes dans les cinématographies africaines ; « Gagner sa vie dans le cinéma » évoquant la question du piratage en lien avec les outils numériques ; « Les Etats : Chaînons manquants » abordant le rôle des Etats dans le processus de numérisation du secteur en Afrique, y compris l’Indianocéanie ; « Nouvel outil, nouvelles possibilités : formations et nouveaux métiers » touchant la question des métiers et l’employabilité dans l’industrie du cinématographique avec l’apparition du numérique). Les panels ont été diffusés en ligne sur www.institutfrançais-madagascar.com/antananariv/cinema-afrika-2.0.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : des échanges et des débats ont lieu autour de l'innovation et du numérique touchant l'industrie cinématographique; des films nationaux et africains sont diffusés; des pistes de recommandations collectés.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Institut Français de Madagascar (IFM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est prise en charge par l'IFM et ses partenaires.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b

Structuration des artistes et renforcement du dialogue culturel

a. 2 Contexte de la mesure: 
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit d'assurer une meilleure coordination des relations et des actions du Ministère en charge de la culture avec les organisations d’acteurs culturels de différentes disciplines culturelles, et lui servant d’interface.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
regulatory
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Sur le plan législatif, le Ministère en charge de la culture a adopté un décret n°2011-029 portant statut des artistes, un décret n°2012-810 fixant les missions, les attributions, l’organisation et le fonctionnement des groupements des Arts (tels que Confédération, Fédération, Sections et Sous-sections). Les disciplines couvertes sont les arts littéraires, les arts musicaux, les arts visuels, les arts du spectacle. C’est dans ce contexte qu’un atelier de formation sur le statut socioprofessionnel des artistes, de dialogue social et de principes et droits fondamentaux au travail est organisé en faveur des artistes avec l’appui du Bureau international du Travail, ainsi que des ateliers participatifs soutenus par IRMA-Paris et l’UFISC-Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles/Réseau 92 sur le rôle et le fonctionnement des fédérations et syndicats d’artistes.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Comme résultats, des structures d’acteurs culturels sont créées : Fédération des artistes, Fédération des Arts Visuels (FAVI), Fédération des Arts littéraires, Syndicats des Arts Musicaux, Confédération des « Mpihira gasy » et un statut des artistes adopté.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et du Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est prise en charge par le Ministère et a bénéficié des concours des partenaires au développement (Bureau international du Travail, IRMA-Paris et l’UFISC-Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles/Réseau 92).

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ JEUNESSE

Projection de film malgache suivie d’échanges entre les professionnels et le public

a. 2 Contexte de la mesure: 
JEUNESSE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Cette activité a pour objectif d’initier le public, en particulier les jeunes, à la promotion et la valorisation du cinéma malgache.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Afin d’initier le public, en particulier les jeunes, à la promotion et la valorisation du cinéma malgache, l’Office Malagasy du Cinéma (OMACI) organise à chaque mercredi du mois une projection de film malgache suivie d’échanges entre les professionnels de cette filière artistique et le public depuis le début de l’année 2016. Cette activité se déroule encore à Antananarivo, capitale de Madagascar. Sa principale caractéristique est cette culture d’échanges et d’éducation cinématographique à caractère gratuit en faveur des jeunes lycéens.  Le Ministère de la Culture, par le biais de l’OMACI, a procédé à l’aménagement de la salle et l’acquisition des matériels de projection nécessaires.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les principaux résultats attendus sont l’intérêt des jeunes aux œuvres cinématographiques malgaches, la promotion de la créativité et l’émergence d’un collectif de cinéphiles axés sur les œuvres nationales.

De manière volontaire, une centaine de professionnels et acteurs du monde du cinéma participent aux diverses séances d’échanges et d’éducation cinématographique. Depuis le lancement de la projection, celle-ci a attiré une centaine de public composé de jeunes lycéens, d’étudiants, d’artistes divers, des professionnels du cinéma et des jeunes amateurs.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Office Malagasy du Cinéma (OMACI)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est prise en charge par le Ministère en charge de la culture.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
Local
❭ JEUNESSE

Rencontre avec des jeunes talents dans la filière littéraire

a. 2 Contexte de la mesure: 
JEUNESSE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif est de promouvoir l’éducation artistique auprès des jeunes talents.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Dans le but de promouvoir l’éducation artistique auprès des jeunes talents, l’Office Malagasy du Droit d’Auteur (OMDA) a organisé une rencontre avec des jeunes talents dans la filière littéraire en 2012. Cette rencontre s’est faite à Antananarivo avec la participation des jeunes talents, des artistes et de célèbres écrivains. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultat sont l’échange de conseils et des pistes de recommandations pour la normalisation des créations. Plus d’une cinquantaine de jeunes talents ont assisté à cette rencontre.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Office Malagasy du Droit d'Auteur (OMDA)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est assurée financièrement par l'OMDA.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ JEUNESSE

Programme Youth Cultural Leadership Training

a. 2 Contexte de la mesure: 
JEUNESSE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Les objectifs du Programme sont de renforcer les compétences en leadership des étudiants ou jeunes évoluant dans ce secteur, identifier et préparer les jeunes leaders émergeants, assurer l’épanouissement des jeunes dans le secteur de la culture..

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Afin de promouvoir des jeunes entrepreneurs dans le secteur de la culture et assurer le développement de leurs compétences, l’ONG Saint Raphaël de Madagascar met en œuvre un Programme Youth Cultural Leadership Training. Différentes thématiques associées à la culture sont abordées, à savoir la démocratie, l’éducation, l’entrepreneuriat et l’environnement. Ciblant les jeunes de 18 à 30 ans, les activités du Programme portent sur la formation, la rencontre avec des professionnels de la culture, la pratique sur terrain, la visite des lieux culturels et l’organisation des évènements annuels. L’ONG Saint Raphaël de Madagascar collabore avec une quinzaine de formateurs extérieurs et des bénévoles.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

30 jeunes de 18 à 30 ans ont bénéficié du Programme Youth Cultural Leadership Training de l’ONG Saint Raphaël de Madagascar ; des festivals sont créés et organisés par les jeunes.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
ONG Saint Raphaël Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est assurée par l'ONG Saint Raphaël Madagascar.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
Nom du responsable chargé de signer le rapport
Titre:
Mme
Nom de famille:
RAHARIMANANA
Prénom:
EMELINE
Position:
DIRECTEUR GENERAL DE LA CULTURE ET DE LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE
Organisation:
MINISTERE DE LA CULTURE, DE LA PROMOTION DE L 'ARTISANAT ET DE LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Remise de distinction honorifique à l’Ordre des Arts, des Lettres et de la Culture

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif de cette mesure est d’encourager la créativité et reconnaître les talents et les artistes malgaches.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Dans le cadre de ces actions de promotion des artistes et de leurs oeuvres, le Ministère en charge de la culture a procédé à la remise de distinction honorifique à l’Ordre des Arts, des Lettres et de la Culture entre 2012 et 2013 aux artistes de renommés malgaches.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Entre 2012 et 2013, 54 artistes sont élevés au grade de commandeurs dont 18 femmes, 93 officiers dont 5 femmes et 153 chevaliers. En commémoration, des salles dédiées ont été construites au nom des écrivains de renoms nationaux et internationaux malgaches.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et du Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure a été prise en charge par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Encouragement des jeunes à la création littéraire

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit de développer les écrits, encourager la créativité, renforcer la connaissance et l’appréciation du public sur la nouvelle et la poésie et renforcer la capacité des jeunes à la production littéraire.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

L’encouragement des jeunes à la création littéraire est initié par le Ministère en charge de la Culture, en collaboration avec les célèbres écrivains malgaches. Cette mesure s'adresse en particulier aux jeunes. Ils sont sensibilisés à participer à un concours de poésie en 2011, puis nouvelles en 2013. Les oeuvres ont fait l'objet d'une édition sous forme d'un recueil et les lauréats sont formés en matière de création littéraire.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : éveiller l’intéressement des jeunes aux nouvelles littéraires et à la poésie, rehausser la qualité des œuvres littéraires, éditer et publier un recueil comportant les œuvres en compétition. Au niveau national, un concours de poésie a été organisé en 2011, puis nouvelles en 2013. La spécificité de cette mesure est l’édition, la publication et la diffusion d’un recueil des poésies et des nouvelles reçues en compétition.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et de Sauvegarde du Patrimoine
Écrivains de renommés malgaches et la Résidence des écrivains
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

L'action est prise en charge financièrement par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Intégration d'un programme scolaire d'éducation citoyenne civique et culturelle

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif visé est de valoriser le patrimoine culturel au bénéfice des communautés, de manière particulière, la créativité des enfants et des jeunes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Il s'agit d'élaborer un nouveau programme scolaire sur l'éducation citoyenne et civique qui sert d'outils performants aux écoles à tous les niveaux, en collaboration avec le Ministère de l'Education nationale. A l’issue de plusieurs séances de dialogue culturel avec le Ministère en charge de l’éducation, le Ministère de la culture a produit et transmis au Ministère de l’éducation un document de référence applicable au niveau national renfermant les programmes d’éducation citoyenne civique et culturelle visant les élèves, les lycéens et les étudiants. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus en exploitant ce document sont la visibilité et le développement sur le long terme de la culture malgache, le renforcement de capacités des acteurs culturels, surtout dans le système éducatif et la multiplication des responsables pédagogiques aptes à prendre en charge la sauvegarde et la promotion des expressions culturelles dans le pays.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et de Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

L'action est assurée financièrement par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Festival International du Jazz à Madagascar

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit de relancer le jazz malgache, promouvoir les rencontres professionnelles et les jeunes artistes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Une initiative est née d’organiser chaque année le Festival International du Jazz à Madagascar afin de relancer le jazz malgache. Un évènement culturel devenu incontournable dans le pays et l’Indianocéanie. Les objectifs sont de vulgariser et promouvoir le jazz, nouer la coopération entre musiciens malgaches et étrangers et former les jeunes talents ou les futurs musiciens du jazz. Dans ce cadre, plusieurs activités sont réalisées, autre autres : a) une formation d’une durée de un mois est tenue à l’Alliance Française d’Antananarivo, avec le soutien du Ministère en charge de la culture, à Toamasina et Antsirabe, b) une coopération avec le conservatoire de Lille et la Conservatoire Royale de Belgique est instaurée, c) 15 concerts et cabarets avec des musiciens étrangers sont organisés avec l’appui des ambassades de France, Suisse, Allemagne, Belgique et France/Réunion, Maurice, ainsi que le partenariat avec la Commune Urbaine d’Antananarivo et l’Office National du Tourisme, d) des ateliers de musiciens, réunissant les artistes et les professionnels du milieu, c) une coopération régionale entre l’Afrique du Sud, Maurice, France/Réunion, Zimbabwe et Madagascar est établie. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

26 éditions de Festival international du jazz sont organisées à Madagascar, 200 jeunes musiciens en jazz sont formés depuis 2012, 2 films sur Madajazzcar et 70 000 spectateurs sont attirés.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Comité d'organisation du Festival international du Jazz à Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Le Festival du Jazz est financé sur des fonds propres du Comité d’organisation du Festival, des produits de sponsors et des appuis financiers divers directs ou indirects.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Oui
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
National
i.2 Quelles ont été les principales conclusions?: 

Le Festival a effectivement contribué à la relance de la musique jazz à Madagascar. Il a pu faire connaître les jeunes artistes et confirmer la créativité et le professionnalisme des artistes malgaches. Il est important d'encourager le soutien actif du Ministère, développer le partenariat autour de l'évènement et saisir réellement son impact culturel, économique et social.

i.3 Quels ont été les indicateurs utilisés pour déterminer son impact ?: 

Nombre d'éditions organisées, nombre de participants, nombre de spectateurs, nombre de formés.

❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Valorisation des artistes et de leurs oeuvres

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif de cette mesure est de faciliter le contact direct entre les artistes et le public.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Il s'agit de produire un catalogue des artistes peintres plasticiens malgaches, pour les faire connaître du public.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Le résultat attendu est la production d'un catalogue des artistes peintres plasiticiens malgaches et de leurs oeuvres.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Fédération des Arts Visuels à Madagascar (FAVI)
Ministère de la Culture
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est soutenue par la Fondation Benetton.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Professionnalisation de l'industrie du livre

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Les objectifs visés sont : soutenir le développement de l’édition de qualité qui correspond aux besoins des lecteurs malgaches, renforcer les capacités des éditeurs malgaches, professionnaliser le secteur de l'édition au niveau national en faveur des éditeurs et les auteurs malgaches. 

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour soutenir le développement de l’édition de qualité qui correspond aux besoins des lecteurs malgaches et renforcer les capacités des éditeurs, l’Association des Editeurs de Madagascar (AEDIM) a mis en œuvre une mesure de professionnalisation du secteur au niveau national en faveur des éditeurs et les auteurs malgaches. Il s’agit de fournir des appuis à l’équipement pour les éditeurs, mettre en place un site web de l’Association afin d’améliorer la visibilité de la production locale, récompenser l’auteur le plus lu en jeunesse, favoriser la production de livres et développer les relations entre les professionnels du livre de la Région.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont :

  • les productions augmentent et sont mieux connues de la population
  • les compétences des éditeurs sont renforcées à travers les sessions de formation. 
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Association des Editeurs de Madagascar (AEDIM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure a reçu le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et l’Institut Français de Madagascar.

g. Nom des organisations non gouvernementales et/ou le secteur privé engagés dans la mise en œuvre de la mesure?: 
Nom: 
Organisation internationale de la Francophonie
Type d’entité: 
NGO
Type d’implication: 

Appui technique et financier.

Nom: 
Institut Français de Madagascar
Type d’entité: 
Private company
Type d’implication: 

Appui technique et financier.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Oui
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
National
i.2 Quelles ont été les principales conclusions?: 

L'édition malgache en général a augmenté de 7,5% par rapport à 2005. Entre 2007 et 2013, la production en jeunesse a triplé car les éditeurs se sont concentrés sur la publication en jeunesse pour promouvoir la lecture. 

i.3 Quels ont été les indicateurs utilisés pour déterminer son impact ?: 

Les publications des membres et leur qualité.

Le nombre de visites sur le site web de l'association a beaucoup augmenté.

Une nouvelle maison d'édition a adhéré à l'association et une demande est en cours.

❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Education et sensibilisation du public sur le droit d'auteur

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

La mesure vise la promotion de la culture du droit d'auteur par le public et le respect du droit d'auteur.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour promouvoir la culture du droit d’auteur, l’Office Malagasy du Droit d’Auteur (OMDA) entreprend l’éducation et la sensibilisation des acteurs et du public. Ainsi, il organise chaque année auprès des écoles supérieures des conférences sur le droit d’auteur. Le public touché concerne les élèves-magistrats de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes ainsi que les élèves-officiers de l’Ecole Nationale Supérieure de la Police. Aussi, l’OMDA réalise également des missions de sensibilisation sur tout le territoire en faveur des autorités publiques, des usagers ou utilisateurs d’œuvres, des artistes et du grand public. Ces séries de conférence et de sensibilisation, complétées par des émissions télévisées et radiodiffusées, visent surtout une meilleure connaissance du droit d’auteur pour qu’il soit respecté.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont la connaissance du droit d'auteur et son observation par le public.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Office Malagasy du Droit d'Auteur (OMDA)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La réalisation de cette mesure est assurée par l'OMDA.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Adoption d'une loi spécifique à l'artisanat d'art

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit de promouvoir l’artisanat d’art, améliorer le cadre de travail de l’ensemble des artisans, développer les capacités nationales, régionales et locales afin d’encourager la participation de tous les artisans aux évènements économiques (tels que foire, atelier, vente, exposition, formation) ainsi que la coopération sous-régionale et internationale. 

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
regulatory
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Le Ministère en charge de l'Artisanat, en collaboration avec la société civile et les professionnels du secteut, a formulé et adopté une nouvelle loi régissant l'artisant d'art dans le pays. Cette loi contribue à l'instauration d'un environnement favorable à la création, la production, la distribution et la jouissance des biens et services de l'industrie de l'artisanat d'art. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les principaux résultats attendus sont l'implication des acteurs du secteur dans le processus et l'adoption de la loi.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et du Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure est assurée par le Ministère.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Sensibilisation à la lecture aux niveaux national, régional et communal

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Cette action a pour objectifs d’encourager la lecture, sensibiliser le public sur l’importance du livre, en ciblant de manière spécifique les enfants et les jeunes, et promouvoir les livres.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Local
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Les différentes activités entreprises sont :

  • Organiser des foires du livre dans 3 grandes villes, braderies du livre, rencontres interprofessionnelles, communications dans les médias, soutien à l'émissions sur le livre «Loharano tsy ritra » sur la TVM, les débats thématiques avec les acteurs de l’éducation ;
  • Participer aux salons régionaux et internationaux grâce à des partenariats avec le service culturel français et l’Association La Réunion des livres via le fonds de coopération régionale;
  • Etablir une convention de partenariat avec la Paositra Malagasy en octobre 2013, permettant de baisser le coût d’envoi des livres en province et faire la promotion des livres dans tout Madagascar à travers les 226 bureaux de poste ;
  • Organiser la 9è Foire du livre d'Antananarivo avec la FMBM ;
  • Mettre en place une liste de livres de lecture agréés en primaire au Ministère de l'Education Nationale pour encourager la lecture dès le plus jeune âge, aider les élèves à la maîtrise des deux langues d'enseignement, le malgache et le français et instaurer une habitude de lecture durable.
  • Organiser de rencontres d’auteurs dans les écoles primaires publiques depuis 2010 et dans les classes de soutien scolaires organisées par l’association KOZAMA en 2015/2016 pour encourager la lecture. L’action est soutenue par l’Association Touraine Madagascar ; elle concerne deux maisons d’édition ettrois auteurs avec constitution d'une malle de livres.
  • Créer une bibliothèque ambulante en 2016 dans les
  • dans les quartiers défavorisés pour l'accès aux livres pour les enfants des rues et les enfants déscolarisés, par 6 associations qui travaillent en direction de ces enfants et soutenue par l'Association Le livre aux mille zébus.
d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les actions visent à améliorer l'accès aux savoir et aux connaissances, à inculquer une culture littéraire et instaurer une habitude de lecture durable.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Association des Editeurs de Madagascar (AEDIM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure a bénéficié de l'appui de l'Institut français de Madagascar, l'Association Touraine Madagascar et l'Association La Réunion des livres. 

g. Nom des organisations non gouvernementales et/ou le secteur privé engagés dans la mise en œuvre de la mesure?: 
Nom: 
Institut Français de Madagascar
Type d’entité: 
Private company
Type d’implication: 

Soutien à la lecture.

Nom: 
Association Tourraine Madagascar
Type d’entité: 
NGO
Type d’implication: 

Soutien à la lecture

Nom: 
Association Le livre aux milles zébus
Type d’entité: 
NGO
Type d’implication: 

Soutien à l'édition.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Oui
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
National
i.2 Quelles ont été les principales conclusions?: 

L'édition malgache se développe mais des écueils restent à franchir. On peut citer entre autres les problèmes de diffusion et la lutte contre les dons de livres venant de l'extérieur.

Le Minisière de l'éducation a commencé à acheter les livres dans la liste de livres de lecture agréés en primaire pour les écoles en milieu rural et cela va renforcer l'amélioration de l'éducation et l'accès aux savoirs et aux connaissances.

i.3 Quels ont été les indicateurs utilisés pour déterminer son impact ?: 

Nombre d'adheteurs de livres lors de la foire du livre d'Antananarivo

Nombre de visiteurs au stand lecture sur place dédié aux personnes souhaitant lire

Nombre de bibliothèques ouvertes en milieu rural

Nombre d'éditions malgaches dans les dons

Les médias publient régulièrement des articles sur l'édition et travaillent avec l'association des éditeurs de Madagascar pour relayer la foire du livre d'Antananarivo

❭ POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES

Redynamisation de la vie culturelle en milieu universitaire

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L’objectif visé est de démocratiser l’accès à la culture et stimuler la créativité des jeunes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

A l’Université d’Antananarivo, se trouvant dans la Capitale de Madagascar, l’Association des Médiateurs Culturels (ADMC) promeut la dynamisation de la vie culturelle en milieu universitaire, depuis 2010. Ces jeunes médiateurs regroupés en association sont issus de la Filière Médiation et Management Culturels de l’Université. Dans le cadre d’un projet de coopération culturelle franco-malgache, appelé Projet ART MADA 2 « Appui au développement culturel de Madagascar » et d’un programme dénommé Dinika « Appui à la société civile malagasy » soutenu par l’Union Européenne, les jeunes étudiants de l’ADMC a organisé des manifestations culturelles diverses touchant toutes les disciplines artistiques, destinés aux jeunes, surtout aux étudiants d’Antananarivo et Toliara (au sud du pays). Il s’agit de spectacles, ateliers artistiques, expositions, conférences-débats, journées thématiques, émissions radiophoniques, concours. Diverses thématiques sont mises à l’honneur avec l’implication des artistes et des professionnels des expressions culturelles.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont :

  • Savoir-faire des jeunes universitaires en médiation culturelle renforcé
  • Vie culturelle universitaire est redynalisée
  • Des spectacles, ateliers artistiques, expositions, conférences-débats, journées thématiques, émissions radiophoniques, concours organisés par les jeunes universitaires de l'Association.
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Association des Médiateurs Culturels au sein du Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

L'action inscrite dans le cadre d’un projet de coopération culturelle franco-malgache, appelé Projet ART MADA 2 « Appui au développement culturel de Madagascar » a reçu l'appui de la Coopération Française et de l'Union Européenne à travers le programme dénommé Dinika « Appui à la société civile malagasy ».

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
Local
❭ COOPÉRATION CULTURELLE INTERNATIONALE

Soutenir la participation de Madagascar au marché des Musiques de l’Océan Indien (IOMMA)

a. 2 Contexte de la mesure: 
COOPÉRATION CULTURELLE INTERNATIONALE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Cette mesure vise la promotion des échanges entre les professionnels de l'industrie musicale de l'Océan Indien.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Mise en oeuvre par le Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar, de l’Université d’Antananarivo, l’intégration de l’industrie musicale dans le réseau professionnel de l’Indianocéanie favorise les échanges, les rencontres, la collaboration et les opportunités entre les artistes et les professionnels, avec un pont vers l’industrie musicale d’Europe, Asie et Amérique. De ce fait, les principales actions entreprises sont : (i) faire participer les artistes et les professionnels malgaches (y compris la société civile) à ces rencontres, (ii) mettre en place des programmes de renforcement de capacités des acteurs culturels nationaux en montage de projets culturels transnationaux, appui à la communication, technique de son, régie, journalisme culturel.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont :

  • La production des artistes sur les différentes scènes de spectacles dans l'Océan Indien; plus de 25 artistes se sont ainsi produits.
  • Des activités de renforcement de capacités entreprises; 5 ateliers de formation sur la filière musicale ayant formé une centaine d’opérateurs culturels malgaches sont organisés de 2012 à 2013, par des opérateurs culturels réunionnais.
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure est appuyée par le Projet ART MADA 2 qui est une coopération franco-malgache, pour la partie malgache, puis l’Union Européenne et la Région Réunion, pour la partie réunionnaise.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ TRAITEMENT PRÉFÉRENTIEL

Appui à la filière design mode; mobilité des artistes

a. 2 Contexte de la mesure: 
TRAITEMENT PRÉFÉRENTIEL
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif de ces mesures est de soutenir la création, la production et la diffusion des biens culturels et promouvoir les artistes.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Le Projet ART MADA 2 est soutenu par la Coopération française et mis en œuvre au cours de la période 2009-2013. Il est constitué de deux composantes, à savoir : (i) développement du secteur économique culturel, (ii) renforcement des opérateurs culturels malgaches. Dans le cadre de cette dernière, une formation d’appui à la filière design de mode est organisée en faveur de 16 stylistes, en partenariat avec les entreprises de confection textile en zone franche, la France/Réunion et la Région Île-de-France. Aussi, le Projet a permis d’accorder une allocation à un réalisateur en audiovisuel pour une formation à l’ESAV-Marrakech pour une durée de trois ans.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : 

  • 16 stylistes sont formés et soutenus dans leurs créativités
  • Les compétences des professionnels sont renforcées; une allocation est accordée à un réalisateur en audiovisuel pour une formation à l’ESAV-Marrakech pour une durée de trois ans.
f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Les mesures sont soutenues à travers le Projet ART MADA 2 financé par la Coopération Française.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Intégration du volet culture dans les cadres de développement nationaux

a. 2 Contexte de la mesure: 
INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L’objectif principal est de valoriser la culture en tant que levier de développement.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
regulatory
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

La culture fait partie des défis inscrits dans la Politique Générale de l’Etat ; il s’agit de la « Renaissance culturelle », en « valorisant toutes les formes d’identités culturelles, artisanat, littérature, théâtre, chants » ainsi qu’en « intégrant la dimension culture » dans le processus de développement en vue d’assurer la cohésion sociale. Un programme axé sur « la culture et le patrimoine, expression des valeurs et de l’identité nationale » est inscrit dans le Plan National de Développement, qui est l’instrument de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat. Néanmoins, une action politique et programmatique spécifique mérite d’être entreprise pour intégrer dans la planification nationale du développement le domaine des industries culturelles et créatives.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

La culture est intégrée dans les cadres de developpement, mais la programmation existante porte essentiellement sur le patrimoine immatériel.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Gouvernement de Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est assurée par le Gouvernement de Madagascar ainsi que le Ministère en charge de la culture.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Non
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Non
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Oui
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Promotion des artistes locaux dans le cadre de la mise en œuvre de la politique culturelle nationale

a. 2 Contexte de la mesure: 
INTÉGRATION DE LA CULTURE DANS LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif est de soutenir le secteur de la culture à Madagascar.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Afin de soutenir le secteur de la culture, le réseau des Alliances Françaises à Madagascar entreprend un programme de promotion des artistes locaux dans le cadre de la mise en œuvre de la politique culturelle nationale, conformément à ses lignes d’actions. En intervenant sur l’ensemble des chaînes des industries culturelles et créatives, ces actions portent sur un appui aux initiatives locales orientées vers les festivals, les formations et la résidence de création ; une diffusion aux niveaux local et national des biens culturels, comme les tournées d’exposition d’arts plastiques et thématiques ; diverses animations culturelles et des tournées musicales nationales, entre autres ateliers de dessin, théâtre, musique, cinéma, etc. Par ailleurs, les Alliances Françaises à Madagascar s’activent aussi dans la promotion de la lecture, à travers les 29 établissements répartis dans tout le pays.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats de l’action culturelle des Alliances Françaises en 2015 sont 592 évènements culturels, 219 868 spectateurs, 288 ateliers et clubs, 63 000 spectateurs de la Fête de la Musique, 29 bibliothèques avec 40 764 inscrits, 302 919 prêts, 426 130 visites et une bibliothèque numérique accessible à tous les adhérents (source : Alliance Française de Madagascar).

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Alliances Françaises à Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Les ressources financières allouées sont assurées par les Alliances Françaises et reçoivent le concours de ses différents partenaires.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b

Dialogue culturel "Voilà des femmes"

a. 2 Contexte de la mesure: 
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'évènement est organisé pour mettre à l’honneur l’implication et la participation des femmes dans le secteur de la culture.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour mettre à l’honneur l’implication et la participation des femmes dans le secteur de la culture, le Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar, en collaboration avec la Direction des Arts et de la Promotion Artistique du Ministère en charge de la culture, l’Université d’Antananarivo et le Programme Dinika Appui à la société civile malagasy, soutenu par l’Union Européenne, a organisé un dialogue culturel sur « Voilà des femmes » pour tout public à l’Université d’Antananarivo le 15 mai 2015.

Cette journée est consacrée à la découverte et aux échanges sur les mille et un univers des femmes travaillant dans le secteur artistique et culturel. Quatre thématiques ont illustré le programme : les femmes et les institutions culturelles ; les femmes et l’art ; les femmes et le plaisir/l’audace de créer ; les femmes et le monde médiatique. La Convention de 2005 a été abordée au cours de cette rencontre par une représentante de la Commission Nationale Malgache pour l’UNESCO.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : connaissance des femmes dynamiques et professionnels du secteur de la culture; échanges sur les savoir-faire des femmes artistes; échanges sur les pistes de réflexions de promotion des professionnelles et des femmes dans le secteur de la culture.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM) et Direction des Arts et de la Promotion Artistique du Ministère de la culture
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Cette mesure a reçu le soutien de l’Université d’Antananarivo, le Programme Dinika Appui à la société civile malagasy de l’Union Européenne.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b

Rencontres professionnelles "Afrika 2.0"

a. 2 Contexte de la mesure: 
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'évènement a pour objectif d'aborder les contours et les effets du numérique dans le cinéma africain.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
International
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Pour aborder les contours et les effets du numérique dans le cinéma africain, l’Institut Français de Madagascar a organisé un évènement dénommé « Afrika 2.0 » à Madagascar les 12 et 13 novembre 2013, dans les locaux de l’IFM. Il s’agit de rencontres professionnelles, à caractère international, dédiées à échanger et débattre sur l’innovation et le numérique, touchant l’ensemble de la chaîne de cette filière en Afrique, y compris l’Indianocéanie.

Plus précisément, l’évènement a fait « le point sur les nouvelles formes et pratiques cinématographiques existantes ou en devenir en Afrique et dans l’Océan Indien ». Le programme proposé a été varié et vu la participation des intervenants malgaches et internationaux. A titre de résumé, il est composé de projections de films nationaux et africains, présentations, échanges et débats thématiques (« keynote ou La nouvelle donne technologique abordant les changements apportés par le numérique dans la cinématographie et la place des femmes dans les cinématographies africaines ; « Gagner sa vie dans le cinéma » évoquant la question du piratage en lien avec les outils numériques ; « Les Etats : Chaînons manquants » abordant le rôle des Etats dans le processus de numérisation du secteur en Afrique, y compris l’Indianocéanie ; « Nouvel outil, nouvelles possibilités : formations et nouveaux métiers » touchant la question des métiers et l’employabilité dans l’industrie du cinématographique avec l’apparition du numérique). Les panels ont été diffusés en ligne sur www.institutfrançais-madagascar.com/antananariv/cinema-afrika-2.0.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultats attendus sont : des échanges et des débats ont lieu autour de l'innovation et du numérique touchant l'industrie cinématographique; des films nationaux et africains sont diffusés; des pistes de recommandations collectés.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Institut Français de Madagascar (IFM)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est prise en charge par l'IFM et ses partenaires.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b

Structuration des artistes et renforcement du dialogue culturel

a. 2 Contexte de la mesure: 
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Il s'agit d'assurer une meilleure coordination des relations et des actions du Ministère en charge de la culture avec les organisations d’acteurs culturels de différentes disciplines culturelles, et lui servant d’interface.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
National
c.2. la nature de la mesure: 
regulatory
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Sur le plan législatif, le Ministère en charge de la culture a adopté un décret n°2011-029 portant statut des artistes, un décret n°2012-810 fixant les missions, les attributions, l’organisation et le fonctionnement des groupements des Arts (tels que Confédération, Fédération, Sections et Sous-sections). Les disciplines couvertes sont les arts littéraires, les arts musicaux, les arts visuels, les arts du spectacle. C’est dans ce contexte qu’un atelier de formation sur le statut socioprofessionnel des artistes, de dialogue social et de principes et droits fondamentaux au travail est organisé en faveur des artistes avec l’appui du Bureau international du Travail, ainsi que des ateliers participatifs soutenus par IRMA-Paris et l’UFISC-Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles/Réseau 92 sur le rôle et le fonctionnement des fédérations et syndicats d’artistes.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Non
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Comme résultats, des structures d’acteurs culturels sont créées : Fédération des artistes, Fédération des Arts Visuels (FAVI), Fédération des Arts littéraires, Syndicats des Arts Musicaux, Confédération des « Mpihira gasy » et un statut des artistes adopté.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Ministère de la Culture, de la Promotion de l'Artisanat et du Sauvegarde du Patrimoine
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est prise en charge par le Ministère et a bénéficié des concours des partenaires au développement (Bureau international du Travail, IRMA-Paris et l’UFISC-Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles/Réseau 92).

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ JEUNESSE

Projection de film malgache suivie d’échanges entre les professionnels et le public

a. 2 Contexte de la mesure: 
JEUNESSE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Cette activité a pour objectif d’initier le public, en particulier les jeunes, à la promotion et la valorisation du cinéma malgache.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Afin d’initier le public, en particulier les jeunes, à la promotion et la valorisation du cinéma malgache, l’Office Malagasy du Cinéma (OMACI) organise à chaque mercredi du mois une projection de film malgache suivie d’échanges entre les professionnels de cette filière artistique et le public depuis le début de l’année 2016. Cette activité se déroule encore à Antananarivo, capitale de Madagascar. Sa principale caractéristique est cette culture d’échanges et d’éducation cinématographique à caractère gratuit en faveur des jeunes lycéens.  Le Ministère de la Culture, par le biais de l’OMACI, a procédé à l’aménagement de la salle et l’acquisition des matériels de projection nécessaires.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les principaux résultats attendus sont l’intérêt des jeunes aux œuvres cinématographiques malgaches, la promotion de la créativité et l’émergence d’un collectif de cinéphiles axés sur les œuvres nationales.

De manière volontaire, une centaine de professionnels et acteurs du monde du cinéma participent aux diverses séances d’échanges et d’éducation cinématographique. Depuis le lancement de la projection, celle-ci a attiré une centaine de public composé de jeunes lycéens, d’étudiants, d’artistes divers, des professionnels du cinéma et des jeunes amateurs.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Office Malagasy du Cinéma (OMACI)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est prise en charge par le Ministère en charge de la culture.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
i.1 À quel niveau l’évaluation a-t-elle été conduite?: 
Local
❭ JEUNESSE

Rencontre avec des jeunes talents dans la filière littéraire

a. 2 Contexte de la mesure: 
JEUNESSE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

L'objectif est de promouvoir l’éducation artistique auprès des jeunes talents.

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
Regional
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Dans le but de promouvoir l’éducation artistique auprès des jeunes talents, l’Office Malagasy du Droit d’Auteur (OMDA) a organisé une rencontre avec des jeunes talents dans la filière littéraire en 2012. Cette rencontre s’est faite à Antananarivo avec la participation des jeunes talents, des artistes et de célèbres écrivains. 

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Les résultat sont l’échange de conseils et des pistes de recommandations pour la normalisation des créations. Plus d’une cinquantaine de jeunes talents ont assisté à cette rencontre.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
Office Malagasy du Droit d'Auteur (OMDA)
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est assurée financièrement par l'OMDA.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non
❭ JEUNESSE

Programme Youth Cultural Leadership Training

a. 2 Contexte de la mesure: 
JEUNESSE
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Les objectifs du Programme sont de renforcer les compétences en leadership des étudiants ou jeunes évoluant dans ce secteur, identifier et préparer les jeunes leaders émergeants, assurer l’épanouissement des jeunes dans le secteur de la culture..

c. Quel(le) est: 
c.1. le périmètre de la mesure: 
National
c.2. la nature de la mesure: 
institutional
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Afin de promouvoir des jeunes entrepreneurs dans le secteur de la culture et assurer le développement de leurs compétences, l’ONG Saint Raphaël de Madagascar met en œuvre un Programme Youth Cultural Leadership Training. Différentes thématiques associées à la culture sont abordées, à savoir la démocratie, l’éducation, l’entrepreneuriat et l’environnement. Ciblant les jeunes de 18 à 30 ans, les activités du Programme portent sur la formation, la rencontre avec des professionnels de la culture, la pratique sur terrain, la visite des lieux culturels et l’organisation des évènements annuels. L’ONG Saint Raphaël de Madagascar collabore avec une quinzaine de formateurs extérieurs et des bénévoles.

d. Cible-t-elle spécifiquement des individus et/ou des groupes sociaux tels que définis par l’article 7 de la Convention ?: 
Oui
e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

30 jeunes de 18 à 30 ans ont bénéficié du Programme Youth Cultural Leadership Training de l’ONG Saint Raphaël de Madagascar ; des festivals sont créés et organisés par les jeunes.

f.1 Nom de l’agence chargée de la mise en œuvre de la mesure: 
ONG Saint Raphaël Madagascar
f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

La mesure est assurée par l'ONG Saint Raphaël Madagascar.

h. Cette mesure a-t-elle été introduite ou révisée pour:: 
h.1. Mettre en œuvre les dispositions de la Convention ?: 
Oui
h.2. Soutenir/nourrir le débat politique inspiré par la Convention ?: 
Oui
h.3. D’autres raisons non relatives à la Convention ?: 
Non
i. La mise en œuvre de la mesure a-t-elle fait l’objet d’une évaluation ?: 
Non