Appel à propositions : collecte et analyse de données mondiales sur les politiques culturelles

L’UNESCO invite des instituts et organismes de recherche professionnels à soumettre une proposition de collecte et d’analyse de données pour la troisième édition de la publication phare de l’UNESCO Re|penser les politiques culturelles qui traite de l’état des secteurs culturels et créatifs contemporains et de la gouvernance culturelle mondiale. Le rapport sera publié en juin 2021.

 

Le Rapport mondial de l’UNESCO, Re | penser les politiques culturelles, est publié tous les quatre ans. Il examine les tendances actuelles en matière de politiques pour les secteurs culturels et créatifs, évalue les progrès en matière de gestion culturelle et met en évidence les défis communs dans des domaines politiques émergents. Il s’agit d’un outil unique de suivi et de plaidoyer pour la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005), ratifiée par 145 pays et l’Union européenne. La mise en œuvre effective de cette Convention repose sur une gouvernance culturelle informée, transparente et participative.

Depuis la publication de sa première édition en 2015, le paysage culturel mondial a progressivement évolué. L’édition 2021 cherchera donc à comprendre en quoi les principes de la Convention ont inspiré de nouvelles législations et à souligner leurs contributions à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030.

Le rapport se structure autour des 11 domaines de suivi de la Convention : les secteurs culturels et créatifs, la diversité des médias, l’environnement numérique, les partenariats avec la société civile, la mobilité des artistes et des professionnels de la culture, l’échange des biens et services culturels, les traités et accords, les politiques et plans nationaux de développement durable, la coopération internationale pour le développement durable, l’égalité des genres et la liberté artistique. Ensemble, ils constituent une référence mondiale en matière de gouvernance culturelle et servent de « boussole » aux décideurs politiques et aux professionnels de la culture.

L’entité sélectionnée procédera à la collecte de données, fournira une analyse des données et produira de nouvelles connaissances relatives aux secteurs créatifs dans les 11 domaines de suivi, en fonction d’indicateurs et de moyens de vérification sélectionnés. Parmi les tâches demandées figureront notamment l’analyse statistique, l’examen de sources, l’édition de code et la mise à jour des données inclues dans les éditions 2015 et 2018 des Rapports mondiaux.

Les données obtenues devront être provenir de sources d’informations gouvernementales et non gouvernementales. Elles s’appuieront notamment sur l’analyse des rapports de suivi quadriennaux (RPQ) soumis tous les quatre ans par les Parties à la Convention de 2005, détaillant des initiatives politiques, des mesures novatrices, et les défis constatés. Ces rapports périodiques requièrent une contribution importante de la part des organisations de la société civile et des praticiens de la culture, afin de donner une image riche et multiforme du paysage culturel et créatif de chaque pays. Ces soumissions sont rendues accessibles par l’intermédiaire de la Plateforme de suivi des politiques de l’UNESCO, qui offre ainsi à la communauté des politiques culturelles une opportunité de co-apprentissage et sert de source d’inspiration pour de futures initiatives politiques.

La série des Rapports mondiaux est réalisée avec le soutien financier du gouvernement suédois, dans le cadre du projet « Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles ». Ce projet vise à renforcer les capacités humaines et institutionnelles d’acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux afin de concevoir et d’évaluer des initiatives novatrices en matière de politique culturelle, et fait du Rapport mondial un cadre de référence pour aider les gouvernements et la société civile à concevoir des politiques informées, ainsi qu’un outil de plaidoyer pour la reconnaissance de la culture comme moteur du développement durable.

 

Conditions pour l’envoi d’une proposition :

Les organismes ou entités intéressés sont invités à soumettre leurs propositions au plus tard le lundi 28 novembre 2019.

Les informations nécessaires relatives à l’appel sont disponibles à l’adresse suivante :  https://www.ungm.org/Public/Notice/99549.

Le dossier de sollicitation peut être obtenu auprès de l.cotton@unesco.org

Nous avons besoin, plus que jamais, de la Convention de 2005 en tant que cadre pour élaborer des politiques qui promeuvent les libertés artistiques et pour nourrir, protéger et défendre la créativité qui fait de nous des êtres humains.

Deeyah KHAN

Réalisatrice et ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour la liberté artistique et la créativité