Attention aux écarts: l’égalité des genres dans l’industrie cinématographique

Les discussions sur l’égalité des genres dans l’industrie cinématographique se sont intensifiées l’année dernière avec les réflexions suscitées par le mouvement mondial contre le harcèlement sexuel #metoo et la campagne hollywoodienne Time’s Up. Les politiques et initiatives innovantes visant à lutter contre les disparités de genre dans ce secteur sont maintenant mieux identifiées grâce à la Plateforme de suivi des politiques de l’UNESCO.

Le respect des libertés fondamentales et des droits de l’homme, incluant l’égalité des genres, est un prérequis à la création et à la distribution d’expressions culturelles diverses. L’égalité des genres est l’un des 11 domaines de suivi de la Convention de l’UNESCO pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005) et constitue le cœur de l’objectif 5 du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

L’industrie cinématographique est sans doute la plus importante de toutes les industries créatives, compte tenu de son poids culturel, social et économique considérable. Le cinéma est un puissant medium qui reflète et façonne la société et la culture de bien des manières. La diversité et la parité sont donc cruciales au processus de création cinématographique afin que le cinéma puisse incarner les expériences et le point de vue de groupes sociaux variés.

Des disparités persistantes

Les disparités de genre et les stéréotypes dans le cinéma ont fait l’objet d’une attention particulière ses dernières décennies. Plus récemment, l’attention s’est portée sur les inégalité des genres au sein de l’industrie. Selon l’édition 2018 du rapport mondial de l’UNESCO Re|Penser les politiques culturelles, les femmes sont sévèrement sous-représentées dans le milieu du travail, ont un accès plus limité aux ressources et font face à des écarts de salaires substantiels.

Les données recueillies dans le rapport montrent qu’en Europe, seulement un film sur cinq est réalisé par une femme et seulement 16% des financements vont à des films réalisés par des femmes. De plus, une autre étude paneuropéenne citée dans le rapport révèle la sous-représentation marquée des femmes dans les rôles créatifs clés, notamment au poste de réalisatrices, bien que le nombre de femmes et d’hommes diplômés des écoles de cinéma soit presque équivalent (European Women’s Audiovisual Network, 2016).

Comme l’exprime l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie dans le rapport mondial, “Nous devons créer un monde où une femme est aussi susceptible qu’un homme de prendre des décisions. Nous devons créer un monde où regarder des films écrits par des femmes, dirigés par des femmes et produits par des femmes est complètement commun et répandu.”

 

Pratiques innovantes

La Plateforme de suivi des politiques de l’UNESCO fournit des exemples de politiques et mesures culturelles mises en œuvre dans le monde pour atteindre les objectifs de la Convention. Cet outil unique permet d’effectuer des recherches sur la base de critères géographiques et thématiques. Il rassemble également des pratiques innovantes portant sur des enjeux tels que l’égalité de genres dans les secteurs culturels et créatifs, y compris dans l’industrie cinématographique. Le Brésil et la Suède ont lancé des initiatives inspirantes à ce sujet.

En 2013, le Secrétariat aux activités audiovisuelles du Ministère de la Culture et le Secrétariat chargé des affaires des femmes de la Présidence de la République du Brésil ont lancé le « Prix Carmen Santos – Cinéma par les femmes ». Cette mesure a pour objectif de donner une plus grande visibilité au travail cinématographique des réalisatrices et des techniciennes, afin de promouvoir l’égalité des chances entre les hommes et les femmes dans le secteur audiovisuel brésilien. Un intérêt particulier est accordé aux femmes autochtones, aux femmes noires et aux femmes appartenant à des groupes vulnérables.

Simultanément, la société civile brésilienne se mobilise pour renforcer la contribution des femmes à l’industrie audiovisuelle. L’ONG Mulheres no Audiovisual soutient la création, la production et la distribution de contenus artistiques et audiovisuels réalisés par des femmes. Inspirée par Netflix, la plateforme fournit des services de lecture vidéo en continu, rassemblant non seulement des productions audiovisuelles créées par des femmes, mais aussi des informations pertinentes relatives à l'histoire des femmes dans le cinéma, et encourageant la participation de nouvelles cinéastes dans les productions nationales.

La même année, l’Institut suédois du film (ISF) a conclu un accord afin de répartir les aides financières à la production accordées aux réalisateurs, scénaristes et producteurs de façon équitable – 50/50 – entre hommes et femmes d’ici à 2016. L’objectif a été rempli, et la Suède est ainsi devenue le premier pays du monde à atteindre la parité des sexes dans le financement public des films. Cette politique a permis de dissiper les préjugés sexistes et de contrer les arguments souvent invoqués pour s’opposer à l’égalité de genres. Plusieurs autres initiatives ont été mises en place en parallèle pour lutter contre les stéréotypes de genre, notamment le site web « Les femmes nordiques dans le cinéma », dont l’objectif est de rendre plus visible les femmes cinéastes de la région, et le programme de tutorat « Moviement », destiné à aider les réalisatrices à perfectionner leurs compétences en matière de leadership et à définir des stratégies de carrière. Pour poursuivre ce travail et sensibiliser la communauté internationale à l’égalité de genres dans la production cinématographique, l’évènement « 50/50 à l’horizon 2020 » a été lancé au Festival de Cannes en 2016.

Ces initiatives reconnaissent et promeuvent la contribution des femmes à la vie culturelle, contribuant à soutenir la mise en œuvre de l’objectif 4 de la Convention et l’ODD 5 sur l’autonomisation des femmes.

*La création de la plateforme a été rendue possible grâce au financement de l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida).