Cinéma africain : l’UNESCO lance une étude

L’industrie du cinéma et de l’audiovisuel présente un fort potentiel économique pour les États et constitue un puissant levier de promotion de la diversité culturelle du continent. Si des pays comme le Nigéria, l’Afrique du Sud, le Kenya ou l’Égypte ont pu asseoir les bases d’une industrie structurée et d'une distribution à l’internationale, la plupart de pays africains peinent encore à développer ce secteur stratégique.

Dans ce contexte, l’UNESCO lance une étude exploratoire sur l’industrie cinématographique et audiovisuelle en Afrique afin de disposer de données statistiques et d’informations éclairées lui permettant de mieux appréhender les défis et les besoins du secteur, d’une part, et de proposer une feuille de route pour accompagner les États dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques adéquates, d’autre part.

Pour mener à bien cette étude, l’UNESCO entreprend à une consultation auprès des gouvernements africains et des professionnels du secteur à travers un questionnaire en ligne. Le questionnaire porte sur l’environnement légal et règlementaire, le financement, la formation, mais également sur les données quantitatives et économiques de l’industrie dans chaque pays. Des consultations individuelles complémentaires seront menées au cours des six prochains mois par une équipe de consultants auprès des professionnels, entreprises et représentants d’organisations internationales intervenants dans le secteur du cinéma et de l’audiovisuel en Afrique.

 

Les conclusions de l'étude seront partagées avec les États concernés et présentées à l'occasion de la Conférence des Parties à la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en juin 2021.

 

Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO