Colombie: investir dans la créativité

L'UNESCO, en coopération avec le ministère de la Culture, la Commission nationale de Colombie et le Centre régional pour le développement du livre en Amérique latine et Caraïbes (CERLALC) a lancé la version espagnole du Rapport mondial 2018 "Re|Penser les politiques culturelles" à Bogota le 14 juin. L'événement a souligné les efforts et les défis politiques les plus récents pour promouvoir la diversité des expressions culturelles aux niveaux national et international.

Les industries culturelles et créatives (ICC) progressent en Colombie. Depuis plus d'une décennie, le pays mis en place plusieurs textes législatifs traitant de l'industrie cinématographique avec des résultats positifs. L'objectif est maintenant de développer davantage de mesures pour aborder d'autres industries créatives. L'adoption récente de la « loi orange » en avril 2017 une avancée prometteuse vers le développement de toutes les ICC. Actuellement, l'économie créative représente environ 1,5% du PIB du pays et plus de 300 millions de dollars d'exportations.

À l'échelle mondiale, les ICC génèrent des revenus annuels de 2,250 milliards de dollars et des exportations mondiales de plus de 250 milliards de dollars. De plus, ces secteurs emploient plus de personnes âgées de 15 à 29 ans que tout autre secteur. Dans le contexte de l'Amérique latine et des Caraïbes, l'économie créative est également devenue une opportunité prometteuse de sortir de la volatilité des économies tributaires des produits de base.

Faire le bilan des progrès

L'événement de lancement du Rapport, qui a réuni 150 participants, a été ouvert par M. Santiago Ulises Jara, Secrétaire général de la Commission nationale colombienne et M. Argemiro Cortés Buitrago, Directeur de la communication au Ministère de la culture.

« Il y a des cas réussis de politiques culturelles en provenance de Colombie, par exemple dans l'industrie cinématographique, qui sont partagées internationalement grâce au rapport. Ceux-ci contribuent à faire du pays un point de référence important pour la culture au niveau régional », a déclaré Argemiro Cortés Buitrago. « La culture et son rôle pour le développement durable et le processus de paix du pays continueront d'être une priorité dans l'agenda du prochain gouvernement », a-t-il ajouté.

Santiago Ulises Jara a également présenté le rapport périodique quadriennal colombien soumis à l'UNESCO en avril 2017, qui comprend des exemples de pratiques politiques innovantes identifiées dans la plateforme de suivi des politiques de l'UNESCO.

Mettre en évidence la diversité des medias

L'événement comprenait deux tables rondes sur la mise en œuvre des quatre objectifs de la Convention de 2005 de l'UNESCO pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles au niveau national et le rôle des médias dans ce processus.

En tant que distributeurs, diffuseurs et médiateurs d'un large éventail de contenus culturels et artistiques, les médias et surtout leur diversité, sont cruciaux pour la promotion de la diversité de l'expression culturelle.

 

Parallèlement à l'événement de lancement, l'UNESCO a également organisé un atelier de formation sur la diversité des médias le 13 juin sous la direction de M. Charles Vallerand, membre de la banque d'experts de la Convention de 2005. L'atelier, rassemblant quelques 45 fonctionnaires des ministères concernés, des professionnels des médias privés, publics et communautaires, ainsi que des représentants de la société civile, a abordé des sujets liés à la propriété des médias, à la diversité des contenus et à la liberté des médias.

En outre, une réunion intersectorielle a été organisée à la suite du lancement du Rapport mondial réunissant des représentants de différents ministères ainsi que des professionnels de la culture et des responsables des médias publics et privés. Cette réunion a permis un dialogue politique inclusif et stratégique pour définir des lignes de travail communes potentielles destinées à promouvoir la diversité des expressions culturelles dans un environnement numérique en évolution.

Toutes les activités ont été organisées dans le cadre du projet «Renforcer les libertés fondamentales par la promotion de la diversité des expressions culturelles» soutenu par l'Agence suédoise de développement international (Asdi).