Concevoir de nouvelles politiques pour soutenir les arts numériques - L'UNESCO présente sa vision au Sommet mondial sur les arts et la culture à Malte

La réforme des politiques culturelles et la conception de nouveaux modèles pour la production et la distribution de l'art à l'ère numérique sont essentiels pour renforcer les industries créatives. Tel est le message que l'UNESCO a présenté lors d'une session du 7e Sommet mondial sur les arts et la culture à Malte, qui a eu lieu du 18 au 21 octobre dernier.

Cette année, le thème du Sommet mondial était « Au carrefour ? Le leadership culturel au 21e siècle ». L’évènement a rassemblé des dizaines d’experts en matière de politique culturelle venus du monde entier. Ils se sont interrogés sur les perceptions changeantes du leadership culturel et sur la définition qu’on peut donner à ce concept selon les différentes cultures, ainsi que sur les manières de soutenir la collaboration entre les gouvernements et la société civile.

Mme Danielle Cliche, Chef de la Section de la diversité des expressions culturelles et Secrétaire de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO, a souligné l'importance du leadership culturel lors de sa présentation. Elle a mis l’accent sur la nécessité d'avoir une vision à long terme de la création et de l’adaptation des politiques afin de faire face aux nouveaux besoins.

« Le changement ne se fait pas du jour au lendemain. Ainsi, les preneurs de décisions doivent avoir une vision à long terme pour assurer un développement durable dans leur pays. Cette vision doit inclure les besoins de toutes les parties prenantes, y compris la société civile et les professionnels des industries créatives,'' a déclaré Mme Cliche.

Mme Cliche a expliqué que les politiques mises en œuvre en conformité avec les principes de la Convention de 2005 contribueraient à renforcer les industries créatives à travers le monde et à soutenir le développement économique et social des pays en développement en particulier.

Le Sommet mondial arrive à un moment où les industries artistiques et culturelles sont profondément touchées par les technologies numériques, ce qui affecte également toute la chaîne de création de la création à la production, à l'accès et à la participation, tel que présenté dans le Rapport mondial de l’UNESCO « Re|Penser les politiques culturelles », publié en 2015.

« La culture et les technologies numériques sont beaucoup plus imbriquées que nous le pensons. En fait, la scène culturelle est déjà régie par des données et des métadonnées – peu importe que le produit fini soit physique ou numérique, » a expliqué M. Octavio Kulesz, expert international, lors de sa présentation au Sommet.

Pour orienter les politiques qui favorisent un accès accru à la vie culturelle et aux nouvelles formes de créativité numérique, ainsi que les droits des artistes, un avant-projet de directives opérationnelles sur les questions numériques sera présenté à la prochaine session du Comité intergouvernemental de la Convention de 2005 (12-15 décembre 2016).

Dans ce contexte, une étude comparative régionale sur les questions numériques en Argentine, en Colombie, en Equateur, en Espagne et au Mexique, financée par le gouvernement de l'Espagne et réalisée par Octavio Kulesz, sera également présentée à cette session du Comité. Cette étude porte une attention particulière aux industries du livre, de la musique et du cinéma, et examine comment les changements liés au numérique ont apporté à la fois des avantages et des défis dans la chaîne créative sous quatre angles : l'accès à la culture, la créativité, les industries culturelles et la participation de la société civile.

Les autres sessions du Sommet ont abordé un éventail de questions, y compris la liberté d'expression pour les artistes et l'inclusion de dispositions sur les biens et services culturels dans les accords commerciaux internationaux. Neuf experts de la la Banque d’expertise de la Convention de 2005 ont participé à ces différentes sessions : Nina Obuljen Korzinek, Jordi Baltà, Milena Dragičević Sesic, Octavio Kulesz, Christine M. Merkel, Robert Palmer, Anupama Sekhar, Carlos Carlos Villaseñor, Garry Neil.

Le Sommet mondial a été organisé par la Fédération internationale des conseils des arts et agences culturelles (FICAAC), un réseau mondial de conseils des arts et des ministères de la Culture qui compte des membres dans 70 pays.

 Suivez-nous sur Twitter: #supportcreativity

Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO