La culture en crise – Une nouvelle publication de l'UNESCO propose des pistes pour rendre les industries créatives plus résilientes après la crise de la COVID-19

La crise sanitaire a eu un impact dévastateur sur le secteur de la culture et ses travailleurs. En raison de la nature souvent informelle des emplois, les professionnels de la culture sont souvent exclus des dispositifs conventionnels de protection sociale et économique. Le recours à des mesures de soutien adaptées aux travailleurs du secteur créatif s’avère ainsi vital à leur survie. Dans la nouvelle publication La culture en crise : guide de politiques pour un secteur créatif résilient, l'UNESCO fournit des orientations pratiques aux décideurs pour inclure efficacement la culture dans les plans de relance face à la COVID-19 et rétablir des industries créatives plus fortes.

Dès le début de la pandémie, l'UNESCO a commencé à collecter de bonnes pratiques et des réponses innovantes venant du monde entier en vue d'élaborer un guide complet d'intervention en situation de crise à l'intention des décideurs. La publication qui en résulte, La culture en crise, propose des conseils pratiques et des mesures modulables pour répondre aux besoins les plus pressants des artistes et des professionnels de la culture. Ces mesures contribuent également à induire des changements structurels sur le long terme pour une plus grande résilience des industries créatives de demain.

Les exemples concrets sont classés en trois catégories d’interventions : 1) soutien direct aux artistes et professionnels de la culture, 2) aides aux filières des industries culturelles et créatives, et 3) renforcement de la compétitivité des industries culturelles et créatives. Les lecteurs noteront que des pays tels que l'Allemagne et les Émirats arabes unis ont passé des commandes et acheté des œuvres d’art pour soulager les artistes et leur offrir une source de revenus. Le Brésil, le Canada et le Sénégal ont accéléré le versement d’aides et de subventions afin de remédier au manque de liquidité de nombreux créateurs et d’organismes culturels.

En outre, cette publication présente les actions à envisager pour mettre en œuvre les mesures répertoriées afin que les États puissent en suivre les étapes essentielles et les adapter à leur contexte national. Un prêt préférentiel destiné au secteur de la culture peut être, par exemple, accompagné de formations ou d’efforts de sensibilisation des acteurs du secteur bancaire. Le nouveau guide de l'UNESCO invite également les décideurs à éviter des pièges potentiels en examinant les implications possibles de ces mesures pour en minimiser les risques et les optimiser sur l’ensemble de la chaîne de valeur culturelle. Certaines recommandations incluent la gestion des attentes, la définition claire des critères d'éligibilité et la planification des projets à moyen ou long terme car la crise pourrait se prolonger.

Les analyses présentées dans La culture en crise révèlent également que certains défis auxquels sont confrontés les professionnels de la culture n’ont pas été occasionnés par la pandémie, mais que celle-ci les a simplement amplifiés : l'augmentation fulgurante de la numérisation et de la consommation en ligne de biens culturels est l’une des préoccupations qui en découle. En l’absence de contenus culturels « hors ligne » tels que des concerts, des spectacles et des festivals, Internet se situe en 2020 en première ligne des efforts pour protéger et promouvoir une diversité d'expressions culturelles. Un nombre restreint de plateformes puissantes dominent le marché et exercent une grande influence sur ce que nous regardons et nous écoutons. Les autres acteurs du secteur se voient ainsi contraints de s'adapter d'urgence afin de rester compétitifs tandis que les décideurs doivent mettre en œuvre des mesures nécessaires pour sauvegarder la diversité des formes sous lesquelles la culture et la créativité s’expriment durant et après la crise.

Si l'urgence sanitaire a menacé le tissu même de notre vie culturelle, tout n’est pas perdu pour autant. Ces temps extraordinaires ont également démontré la vitalité de la culture pour la résilience et le bien-être individuels et collectifs. Comme en témoigne ce guide, les États ont fait preuve d’ingéniosité dans leurs efforts pour minimiser l'impact des mesures de confinement sur le secteur créatif. La crise a le potentiel de déclencher des changements systémiques sur le long terme permettant aux artistes et aux professionnels de la culture de continuer à nous inspirer pour les années à venir. La culture en crise devrait offrir aux décideurs les outils nécessaires pour reconstruire le secteur culturel de demain, un secteur qui, fort de mesures prêtes à être appliquées en cas de nouvelle catastrophe, survive et prospère au-delà des crises.

 

Cette publication a été réalisée avec le soutien du Ministère de la culture, des sports et du tourisme de la République de Corée.