Débattre des politiques pour la créativité en Egypte et au Soudan

Plus de 40 participants ont pris part à un atelier organisé par le Bureau de l'UNESCO au Caire, du 24 au 26 février 2019, afin de discuter des politiques pour la créativité dans la région arabe et des mécanismes nécessaires pour soutenir l'émergence de secteurs créatifs forts et dynamiques, à travers la mise en œuvre de la Convention de 2005 pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Cet événement de renforcement des capacités de trois jours au Caire a compté parmi ses participants des représentants des ministères de la Culture égyptien et soudanais et les commissions nationales pour l'UNESCO concernées, ainsi que des représentants du Gouvernorat du Caire, du Conseil national chargé des questions de handicap, des artistes et des organisations de la société civile œuvrant dans le secteur des industries culturelles, tels que des organisateurs de festivals d’art et des promoteurs culturels.

L’atelier, ouvert par Dr Ghaith Fariz, Directeur du Bureau régional de l’UNESCO au Caire, et Dr Ghada Abdelbary, Secrétaire générale de la Commission nationale égyptienne, a été animé par Basma El Husseiny et Hanane Hajj Ali, membres de la Banque d’Expertise de l’UNESCO. Les participants ont discuté des perspectives et des défis pour la mise en œuvre de la Convention de 2005, ratifiée par l'Égypte dès 2007 et par le Soudan en 2008.

Parmi les sujets abordés : l'entrepreneuriat culturel, les politiques culturelles pour les industries culturelles et créatives, le commerce et la distribution de biens et services culturels, le numérique, la liberté artistique, et l'égalité des genres. Des mécanismes d'assistance internationale, tels que le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), ont également été présentés. Le 10ème appel à demandes de financement du FIDC a été lancé récemment.

« Grâce à la Convention de 2005, les pays peuvent concevoir de nouveaux environnements réglementaires permettant aux industries culturelles et créatives de prospérer. Cet atelier a également aidé les institutions et les partenaires travaillant dans les secteurs créatifs à créer des réseaux et à travailler ensemble à la mise en œuvre de la Convention et de certains objectifs de développement durable clés des Nations Unies relatifs à l'égalité des genres, à la croissance économique et à la réduction des inégalités”, a indiqué Basma El Husseiny.

Cet atelier a eu lieu en marge du lancement par l'UNESCO et l'Union européenne d’un appel à projets pour apporter une expertise et un soutien à l'apprentissage entre pairs visant à concevoir et mettre en œuvre des cadres réglementaires pour renforcer les industries culturelles et créatives et promouvoir la coopération Sud-Sud (voir Actualités et Appel à projets).

L’Égypte et le Soudan doivent soumettre à l’UNESCO, au plus tard le 30 avril 2020, leur prochain rapport périodique quadriennal sur les résultats et les défis rencontrés dans la mise en œuvre de la Convention de 2005. Ces rapports serviront à collecter des données et des informations, par le biais d’un processus participatif, sur les politiques visant à soutenir la créativité, et à nourrir la Plateforme de suivi des politiques de l'UNESCO.

Documents Généraux