Développer l’entrepreneuriat culturel à travers la formation en technologie numérique au Guatemala

« La technologie numérique est de moins en moins coûteuse et de plus en plus présente. Elle devient donc aujourd’hui l’une des technologies les plus démocratiques», dit Diego Padilla, directeur de l’Institut de Relaciones Internacionales e Investigaciones para la Paz (IRIPAZ), ONG engagée à promouvoir la diversité culturelle au Guatemala à travers les moyens audiovisuels.

 

Il n’est donc pas surprenant que la technologie numérique ait toujours été un élément fondamental du projet d’IRIPAZ intitulé « Communication sociale et interculturelle à travers la création audiovisuelle».

 

Déjà au cours de la première phase du projet, de jeunes étudiants autochtones ont côtoyé le monde numérique, en apprenant le maniement des appareils numériques et l’utilisation des logiciels de création graphique, comme Photoshop et Illustrator, des logiciels d’édition vidéo, comme Final Cut Pro et After Effects, et des logiciels de production audio, comme Logic Pro.

 

La deuxième et actuelle phase du projet, appelée INCREA Lab, remporte un plus vif succès. Enseignants et étudiants acquièrent des compétences en entrepreneuriat dans le secteur audiovisuel créatif. Compétences associées à la technologie numérique, surtout quand il s’agit d’établir des entreprises créatives et innovantes.

 

Ainsi, pour encourager les jeunes du Guatemala à forger leur esprit d’entreprise à travers la technologie numérique, IRIPAZ a invité le cinéaste espagnol Nicolás Alcalá qui leur a présenté son expérience dans la levée d’un demi-million de dollars pour produire et réaliser son long métrage « Le Cosmonaute », en utilisant les plates-formes « crowdfunding* » en ligne.

 

Les compétences et la formation offertes par le projet INCREA Lab, avec le soutien du Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO (FIDC), ont permis à de nombreux étudiants de suivre les traces de M. Alcalá et devenir eux-mêmes des entrepreneurs dans le secteur audiovisuel. L’un d’entre eux, Carlos Julian Arana Baltazar, Garifuna de Livingston  de 27 ans : « Avant le programme INCREA Lab, j’étais déjà impliqué dans le secteur audiovisuel, mais je le faisais d’une façon plus expérimentale. Après le programme, tout est devenu plus professionnel. Je pense que la technologie numérique contribue grandement au succès de ce programme car elle rend tout plus facile, pratique et accessible ».

 

M. Arana a déjà ouvert deux entreprises : Tamalito Producciones et LB Productions. A propos de la Tamalito, il dit avec fierté qu’elle est « la première et la seule entreprise interculturelle du Guatemala » ; elle a produit une vidéo musicale appelée Pueblos Unidos. La LB Productions est un projet individuel qui, espère-t-il, va l’aider à réaliser un rêve personnel : celui de produire une encyclopédie audiovisuelle du peuple Garifuna.

 

L’histoire de M. Arana est l’illustration positive du projet INCREA Lab. Parmi les autres réalisations significatives, on note un partenariat avec le Centre Culturel Espagnol et aussi une participation accrue des étudiants au projet dans le premier Festival de Stop Motion.

 

M. Padilla, cependant, souhaite aller plus loin : « nous avons renforcé notre relation avec l’Universidad de San Carlos et nous négocions l’introduction de notre module de formation dans le système universitaire. Nous travaillons pour que ce module de INCREA Lab puisse faire partie intégrante du programme de l’Université ».

 

* Crowdfunding : Mécanisme de financement participatif