Les étoiles montantes de Gaza révèlent leur potentiel artistique grâce au théâtre

Les actions de l'UNESCO visant à mettre en œuvre la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles contribuent à encourager l'économie créative dans le monde entier.

Il s'agit d'une série d'articles en ligne mettant en avant les voix des bénéficiaires des projets de l'UNESCO.

 

L'UNESCO renforce l'autonomie des jeunes de Gaza grâce au Fonds International pour la Diversité Culturelle (FIDC)

palestine-img1.jpg

© BASMA Society for Culture and Arts
Reham rencontre le Ministre de la Culture de Palestine, Dr. Atef ©Basma Society for Culture and Arts

La pièce est vaste et les grandes baies vitrées illuminent la pièce. Plusieurs personnes sont là, à distance les unes des autres, déclamant en arabe standard, révélant les vibrations élégantes de cette langue. Les sifflements et bruissements, les voyelles longues et courtes s'entremêlent et produisent des messages lyriques saisissants. Les sons mélodiques fusionnent avec les rayons indolents du soleil, alors que les comédiens et comédiennes se plongent dans les personnages qu'ils incarnent. Les arabophones eux-mêmes parlent de leur langue comme de la plus éloquente des langues. Et à juste titre, l'éloquence est l'une des compétences clé du jeu théâtral.


Mais ce n'est pas seulement l'éloquence qui a permis à Reham Fathi Ibrahim Hamad de devenir la comédienne de théâtre qu'elle est aujourd'hui. Le travail acharné, la persévérance et la ténacité ont également été nécessaires pour accéder à la profession de ses rêves. Déterminée à se faire une place sur la scène théâtrale de Gaza, Reham ne connaît que trop bien les raisons de son engagement sans faille :

J'ai pu réaliser mon rêve en me positionnant avec assurance sur la scène théâtrale et en incarnant chaque mot que je prononce ou que je joue. 

C'est d’ailleurs son caractère bien trempé qui l'a poussée à saisir l'occasion qui s'est présentée sous la forme d'un projet financé par le FIDC de l'UNESCO, intitulé « Renforcer l'autonomie des jeunes de Gaza grâce au théâtre ». En effet, si elle n'avait pas eu cette chance unique, elle n'aurait jamais su que sa véritable passion était le théâtre.

La formation que j'ai reçue de la part de professeurs qualifiés dans le domaine du théâtre a été la porte d'entrée qui m'a fait découvrir le métier de comédienne et qui m’a permis d’obtenir une présence remarquée sur la scène artistique de la bande de Gaza

affirme-t-elle avec enthousiasme. Reham, ainsi que d’autres, a été sélectionnée avec succès pour suivre une formation dans le domaine du théâtre dispensée par l'ONG locale BASMA Society for Culture and Arts.

Sous l'égide de l'UNESCO, le FIDC a apporté un soutien nécessaire pour que BASMA devienne un lieu accueillant et pour que les comédiens et comédiennes de Gaza puissent s'exprimer librement. C’est au sein de cette ONG que la passion de Reham pour le jeu théâtral s'est développée. « L’épanouissement de mon talent en a grandement été favorisé, et faire la connaissance du Directeur du théâtre a été bénéfique pour moi », remarque-t-elle.

palestine-img2.jpg

© BASMA Society for Culture and Arts
Reham pose pour un journaliste de nationalité suédoise après avoir joué Doll’s House dans le grand hall de l'Université Al-Aqsa à Gaza. ©Basma Society for Culture and Arts

Un rêve devient réalité : La plus grande actrice de théâtre de Gaza vise les étoiles.
Le projet a permis de la carrière de comédienne de Reham mais cela ne représente que la partie visible de l'iceberg. En effet, les enseignements précieux qu'elle en a tirés sont devenus des atouts essentiels dans ses efforts pour ouvrir la voie à d'autres comédiennes en Palestine.

Le projet a été une occasion en or d'apprendre sur le monde du théâtre et de développer mon talent de comédienne

reconnait-elle. Le projet, qui a accueilli de nombreux étudiants d’universités locales de la bande de Gaza, a permis à Reham d’acquérir des connaissances précieuses auprès de ses pairs et de tisser des liens d'amitié forts, notamment avec les jeunes comédiennes Asmaa Al-Feraá et Basima Masoud, qui « ont perduré jusqu'à aujourd’hui ».

De plus, axer le travail auprès de jeunes comédiens et comédiennes en herbe répondait à un objectif clé du projet : renforcer le Réseau de la Jeunesse Palestinienne (PYN). En effet, le projet a élargi les horizons professionnels de ces jeunes. Comme l'explique Reham, « le projet de l'UNESCO est arrivé à un moment propice, révélant la passion de nombreuses personnes talentueuses et ambitieuses qui ont le rêve et le désir de travailler dans le domaine du théâtre. »

Ce qui est d’autant plus important c’est que ces synergies fructueuses ont dépassé le cadre du théâtre pour atteindre des interlocuteurs puissants. La renommée de Reham en tant que nouvelle comédienne de la scène de Gaza s'est répandue dans tout le pays. Le Ministre Palestinien de la Culture, le Dr Atef Abu Seif, l'a d’ailleurs félicitée personnellement, un moment important pour Reham qui s'est sentie

fière que le projet de l'UNESCO, en particulier la pièce Doll’s House (La Maison de Poupée en anglais), ait eu un grand succès et une grande répercussion à Gaza, en Cisjordanie et à l'étranger.

Par conséquent, le projet a permis de renforcer la place du théâtre au sein des communautés, en tant que lieu de libre créativité et de développement professionnel pour les jeunes, et de faciliter l’accès aux expressions artistiques théâtrales. En abordant avec audace des questions sociétales importantes pour les communautés locales, « le projet a permis une avancée qualitative dans le secteur du théâtre dans la bande de Gaza », souligne Reham. En ce sens, l'impact transformateur du projet, non seulement pour Reham mais aussi pour les communautés de Gaza, est le témoignage éloquent de la complémentarité des objectifs atteints par le projet.

Comme tous les soirs, Reham s’occupe de préparer le dîner pour son mari et ses quatre enfants. La préparation de sa journée commence la veille, et elle s’efforce de remplir ses obligations familiales tout menant sa carrière. Alors que le ciel se pare de son manteau crépusculaire, sombre et parsemé de lumières scintillantes, Reham lève les yeux vers les étoiles scintillantes, les yeux brillants de ferveur. Son ambition est de devenir « la comédienne de théâtre Numéro un de la bande de Gaza », confiante en « son talent et ses compétences ». Mais surtout, elle avoue avoir senti que « ce projet est le bon choix ». Grâce à l'UNESCO elle a découvert sa passion, et espère briller sur la scène et inspirer d'autres artistes en herbe à Gaza et au-delà.

Le Fonds International pour la Diversité Culturelle (FIDC) de l'UNESCO est un mécanisme de financement de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005 visant à soutenir l'émergence d'industries culturelles et créatives dynamiques dans les pays en développement. Pour plus d'informations sur le FIDC et les projets qu'il soutient, veuillez consulter le site : https://fr.unesco.org/creativity/ifcd 

palestine-img3.png

© BASMA Society for Culture and Arts
Des logos BASMA ont été créés pour les vêtements afin de sensibiliser à la diversité culturelle à Gaza. ©Basma Society for Culture and Arts

Liens

ODD
Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO
Domaine(s) de suivi