You are here

L'Éthiopie, la Jamaïque, la Namibie, la Palestine et le Panama renforcent leurs industries créatives grâce à la Banque d’expertise UE/UNESCO

Aujourd'hui, les industries culturelles et créatives (ICC) emploient près de 30 millions de personnes dans le monde et contribuent de plus en plus à la croissance économique et au développement de leurs sociétés. En reconnaissance de l'impact positif et des opportunités offertes par les ICC, les gouvernements du monde entier renforcent leur soutien aux secteurs créatifs grâce à l'amélioration de leurs politiques et mécanismes culturels. Dans le cadre de l'initiative UE/UNESCO « Appui aux nouveaux cadres réglementaires visant à renforcer les industries culturelles et créatives et la promotion de la coopération Sud-Sud », le Comité directeur UE/UNESCO a approuvé de nouvelles candidatures : celles de l'Éthiopie, de la Jamaïque, de la Namibie, de la Palestine et du Panama. Ces pays rejoignent en tant que partenaires sept autres bénéficiaires dont les candidatures ont été approuvées en 2019 et qui ont déjà débuté leurs activités : le Costa Rica, le Gabon, la Géorgie, le Mexique, le Soudan du Sud, l’Ouganda et le Zimbabwe. Le projet soutient l'élaboration et la mise en œuvre de cadres réglementaires pour les secteurs créatifs des pays en développement. Les projets seront également adaptés pour tenir compte de l'impact de la crise du COVID-19 et de la réorganisation post-crise, en offrant des outils et une expertise aux pays bénéficiaires pour entreprendre rapidement des actions de restructuration et des réformes.

Éthiopie : Élaboration de cadres institutionnels et structurels solides pour l'industrie cinématographique

Au cours des dernières années, le secteur cinématographique éthiopien a connu une croissance régulière ; on estime qu'en 2018 seulement, 57 longs métrages ont été produits dans le pays. Par conséquent, l'industrie cinématographique a été identifiée comme un secteur stratégique capable de jouer un rôle significatif dans la promotion de la démocratie, de la paix et de l'unité. Compte tenu des contributions multisectorielles de l'industrie cinématographique au développement de l'Éthiopie, le gouvernement éthiopien a pour objectif de renforcer les contributions et l'importance économiques du secteur.

Pour réaliser cette vision, l'Éthiopie a adopté sa politique cinématographique en 2017, en mettant un accent particulier sur la création d'emplois pour les jeunes ainsi que l'égalité des genres. Cependant, la mise en œuvre de cette politique n'a pas commencé faute de cadres pour mettre en œuvre les mesures envisagées. Le projet UE/UNESCO assiste donc l'Éthiopie dans la conception d'un cadre structurel et institutionnel permettant au pays de démarrer la mise en œuvre de sa politique cinématographique. Le projet mettra également l'accent sur la nécessité de renforcer les mécanismes de protection et d'application des droits d'auteur.

Jamaïque : Elaboration d'une loi sur l'économie créative pour rationaliser les politiques et l'administration des ICC

La culture et la créativité de la Jamaïque ont permis aux artistes nationaux de conquérir une audience mondiale. Les ICC de la Jamaïque sont parmi les plus reconnues au monde, contribuant à hauteur de 5,2% au PIB du pays, générant des revenus de 15 à 20 millions de dollars américains par an et représentant 3% de l'emploi total.

Le gouvernement jamaïcain reconnaît le potentiel de ce secteur et s'est engagé à stimuler davantage sa croissance grâce à une gouvernance culturelle efficace. Le projet soutient la Jamaïque dans l’élaboration d’une loi sur l'économie créative pour rationaliser les politiques culturelles et l'administration des ICC, en rassemblant divers acteurs des ICC, notamment des ministères, la société civile et le secteur privé. Le projet soutiendra également le renforcement des mécanismes d'application des droits d'auteur.

Namibie : Renforcement de la production de contenu local et de la protection des droits d'auteur

Les industries créatives, grâce à leur capacité à contribuer au développement social et à la croissance économique, figurent parmi les priorités de développement national de la Namibie, qui cherche à exploiter leur potentiel. L’objectif du pays est de promouvoir et de protéger les créateurs namibiens en les soutenant à travers la création d’un environnement propice leur permettant de devenir un moteur majeur de l’économie du pays.

Le projet soutient la Namibie dans la conception d’une mesure visant à soutenir la production de contenu local et dans la révision d’une législation sur le droit d'auteur permettant de relever les nouveaux défis liés à l'environnement numérique.

Palestine : Conception d'une feuille de route pour la création d’un institut du film

Au cours des 10 dernières années, les films palestiniens ont obtenu de plus en plus de succès et de reconnaissance dans les grandes salles internationales, comme en témoigne le tout premier pavillon officiel de la Palestine au Festival de Cannes en 2018. Bien que le pays n'ait jamais manqué de cinéastes talentueux ou de récits à partager, le secteur a le besoin urgent de créer un environnement juridique plus solide pour aider l'industrie cinématographique nationale à se développer et à prospérer.

Le projet aide la Palestine à développer le cadre juridique nécessaire pour ouvrir la voie à la création d'un institut cinématographique. Il est envisagé que l'institut gère et soutienne l'industrie cinématographique nationale par le biais de financement ainsi que la préservation et la promotion des productions cinématographiques nationales. Une attention particulière sera accordée à la protection du droit d'auteur, à la liberté d'expression et à l'autonomisation des femmes et des filles, aussi bien devant que derrière la caméra.

Panama : Conception de mesures visant à établir un système de gouvernance participatif et transparent pour la culture

Le Panama a récemment renforcé son engagement envers la culture en créant un ministère dédié en 2019. Le nouveau ministère de la Culture a été créé dans le cadre du plan du gouvernement visant à réduire les inégalités en développant et en respectant les droits culturels au Panama. La création de cette nouvelle autorité s'accompagne également de nouveaux défis : la nécessité de créer un paysage institutionnel solide pour permettre au gouvernement panaméen d'exploiter le potentiel des ICC pour aider à réaliser le programme de développement durable de l'ONU à l'horizon 2030.

Le projet UE/UNESCO soutient le Panama dans la conception de mesures pour développer un organe de consultation pour le ministère de la Culture. Cet organe sera responsable des programmes culturels et des fonds qui seront mis à disposition dans le cadre du programme « Créer au Panama 2030 », un programme national stratégique très attendu pour l’économie créative, et visant à contribuer au développement durable du pays. Le projet aidera également le Panama à conceptualiser un système de gouvernance participatif et transparent pour la culture, en prenant en compte notamment les défis liés aux droits d’auteur.

Appel à projet pour une assistance à la demande

L'initiative UE/UNESCO fournit une expertise et un soutien à l'apprentissage entre pairs à la demande aux pays en développement sélectionnés du monde entier, contribuant ainsi au développement d'ICC dynamiques. Avec l'approbation de ces cinq pays supplémentaires, le projet a achevé sa phase actuelle en sélectionnant 12 pays bénéficiaires. La sélection de nouveaux pays dépendra des futures disponibilités budgétaires. Pour consulter toutes les mises à jour concernant cette initiative liée à la Banque d’expertise UE/UNESCO, veuillez consulter la page Web y étant dédiée ici.