L'UNESCO présente l'impact du Fonds international pour la diversité culturelle et lance un appel pour un financement urgent

Pour marquer la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement, l'UNESCO a organisé un événement spécial le 20 mai 2022 en présence de Sir David Khalili, Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO et Président de la Fondation Khalili, pour souligner l'important potentiel de l'économie créative mondiale et l'impact du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) de l'UNESCO. Le FIDC est le mécanisme de financement de la Convention de l'UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

La culture et la créativité sont au cœur de la vie sociale et économique partout dans le monde. Le Rapport mondial de 2022 de l'UNESCO, « Re|penser les politiques en faveur de la créativité : La culture, un bien public mondial », indique que les industries créatives représentent actuellement 3,1 % du PIB mondial et 6,2 % de tous les emplois, et que l'économie créative a le potentiel de stimuler le développement durable et inclusif en générant des emplois décents, en particulier pour les femmes, les jeunes et les groupes vulnérables. Les industries créatives favorisent la diversification économique, surtout dans les pays qui se remettent encore des effets de la COVID-19. L'économie créative a également divers impacts sociaux, notamment le renforcement de la résilience communautaire, la cohésion sociale et le sentiment d'appartenance.

 L'événement d'aujourd'hui est un appel à l'action. Un appel à investir dans la créativité et à mieux reconstruire l'économie créative.

 

A déclaré Ernesto Ottone R., sous-directeur général pour la culture, en réfléchissant à l'impact dévastateur de la COVID-19 sur les industries culturelles et créatives (ICC), mais aussi à l'énorme potentiel des ICC pour favoriser un développement inclusif et durable.

Les femmes occupent 45 % des emplois culturels dans le monde et 20 % des personnes employées dans les industries culturelles et créatives sont des jeunes (15-29 ans). 

UNESCO, Re|penser les politiques en faveur de la créativité : La culture, un bien public mondial

 

Depuis 2010, le FIDC a investi un total de 9,4 millions de dollars des États-Unis dans 129 projets culturels à travers 65 pays en développement pour renforcer les politiques pour la créativité, en offrant des formations professionnelles et entrepreneuriales à des personnes ou à des communautés qui, autrement, n'en auraient pas eu l'opportunité.

 

 

L'événement a mis en lumière des témoignages de Tanzanie, du Mexique, d'Équateur, du Cambodge et d'Argentine, ainsi que des performances exclusives de bénéficiaires du FIDC.

En Tanzanie, par exemple, le FIDC a soutenu Muda Africa, une ONG locale engagée à soutenir le progrès culturel, social et économique des jeunes en renforçant la scène de la danse contemporaine en Afrique de l'Est. Le projet construit actuellement un portail Web qui présente les meilleurs danseurs d'Afrique de l'Est provenant de la Tanzanie, du Rwanda et de l'Ouganda afin qu'ils puissent se connecter non seulement les uns aux autres, mais aussi avec des opportunités régionales et internationales pour découvrir des festivals, des résidences et des opportunités d'enseignement.

L'un des principaux objectifs [du projet du FIDC] est de renforcer la confiance des danseuses d'Afrique de l'Est, car elles sont encore très peu nombreuses dans cette région… Nous leur offrons du renforcement des capacités dans le domaine de la chorégraphie [parce qu’] un chorégraphe est un poste de pouvoir et un poste de décision en danse, et c'est là que nous avons besoin de plus de femmes.

 

Mme Rachel Kessi, directrice de Muda Africa

Grâce au travail du FIDC, l'UNESCO crée un réseau de professionnels de la culture et de la création qui non seulement met en œuvre la Convention de 2005, mais qui promeut également le dialogue et la coopération Sud-Sud et Nord-Sud-Sud. Ce travail est d'autant plus urgent que le monde fait face à de multiples crises mondiales. Le moment est venu d'investir dans la créativité.

Sir David Khalili a clôturé l'événement en lançant un appel aux dons pour le FIDC et en présentant la nouvelle initiative de la Fondation Khalili, le Festival mondial de la diversité culturelle.

 L'art est l'un des plus grands outils de l'humanité pour nous rassembler et nous permettre de nous voir vraiment. Son influence sur nos cœurs, nos corps et nos esprits, individuellement ou collectivement, peut être une puissante force unificatrice pour l'humanité. C'est pourquoi je sais, sans aucun doute, qu'investir dans l'économie créative est une mission extrêmement importante que nous devons entreprendre afin de préserver notre avenir... En tant que philanthrope culturel et Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO, je voudrais encourager tous les gouvernements, partenaires et individus à s'engager à soutenir le FIDC.

 

Pour faire un don pour protéger la diversité culturelle, veuillez cliquer sur ce lien.

 

ODD
Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO