Made in Uganda: relever le potentiel économique des industries créatives

Les participants du projet de l'UNESCO «Renforcement de la pérennité des industries créatives en Ouganda» se sont réunis le 26 avril pour célébrer la Journée mondiale de la propriété intellectuelle (JMPI) lors d'un événement organisé à Kampala, en Ouganda. L'événement a souligné l'importance des droits de propriété intellectuelle pour soutenir les femmes dans les domaines créatifs. Il a également marqué la conclusion du projet de renforcement des capacités, qui avait débuté en juillet 2016.

Récemment, l'accent a été mis sur l'économie créative en Ouganda. En 2009, un premier exercice de cartographie des industries culturelles et créatives (ICC) entrepris par la Commission nationale de l'UNESCO en Ouganda a montré que le secteur culturel du pays favorise la croissance économique, la création d'emplois, les exportations, l'inclusion sociale, la diversité culturelle et le développement de ressources humaines.

Selon le Rapport mondial de l'UNESCO de 2018 «Re|Penser les politiques culturelles», les ICC représentent 2 250 milliards de dollars US et emploient 30 millions de personnes dans le monde. De plus, les ICC emploient généralement plus de personnes âgées de 15 à 20 ans que tout autre secteur en Europe.

En Ouganda, l'industrie artisanale a acquis une reconnaissance particulière en tant que moteur du développement économique.

Promouvoir l'autonomisation économique

À la suite de campagnes de sensibilisation, «Buy Uganda», l'importance de la production artisanale a connu une reprise. Elle est aujourd’hui aperçue comme une opportunité commerciale pour générer des revenus durables attirant ainsi plus d'artisans, commerçants et exportateurs.

Le projet mis en œuvre dans le cadre de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et financé par le Ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme de la République de Corée vise à renforcer les compétences artistiques et de commercialisation dans le secteur de l'artisanat avec l'objectif final d'améliorer la qualité de leurs produits et ouvrir l'accès aux marchés.

Comme indiqué dans le Rapport mondial de l'UNESCO «Re|Penser les politiques culturelles», l'accès limité aux marchés représente l'un des principaux défis auxquels sont confrontés les artistes et professionnels de la culture du Sud

Favoriser l'innovation

Dans le cadre de la dernière phase du projet, six femmes professionnelles ayant participé aux ateliers ont assisté à l'événement organisé par le Bureau ougandais des services d'enregistrement à Kampala. L'événement a fourni une occasion de réseautage avec d'autres professionnels de la culture et a permis de mettre en valeur leurs produits. Un corridor a été mis en place pour permettre aux femmes professionnelles de présenter leur travail et de discuter avec les différents participants, notamment Amelia Kyambadde, ministre du commerce, de l'industrie et des coopératives de l'Ouganda.

L'événement a souligné le rôle central que jouent les droits de propriété intellectuelle dans le soutien des professionnels de la culture.

« Être innovant et créatif est au cœur de l'industrie artisanale. Je veux que mes produits reflètent cela tout en disant que ceci vient d’Ouganda », a déclaré Francesa Onek Lakot, une designer multidisciplinaire du nord de l'Ouganda qui a participé au projet.

L'importance des droits de propriété intellectuelle est également soulignée dans le préambule de la Convention de 2005.