Maroc: soutenir le développement de politique culturelles avec le FIDC

Parler d’industries créatives, c’est avant tout comprendre les modes de consommation du public. Entre décembre 2015 et juin 2016, dans le cadre du projet « Elaborer une politique efficace pour la promotion des industries culturelles au Maroc », l’association Racines (Maroc) a effectué une enquête sur les pratiques culturelles au Maroc. Cette enquête financée par le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), dont les résultats ont été publiés en 17.000 exemplaires, a permis de mettre en lumière plusieurs éléments.

Ainsi, en terme de loisirs durant les weekends et le soir, seuls 1.4% vont au cinéma et 2.3% assistent à un spectacle et 30.7% y vont en famille. Toutefois, 56.4% des Marocains ont assisté au cours de l’année à un événement culturel ou festival, dont 25.4% ont assisté à un festival de musique et 7% à un festival du rire.

Dans le secteur de la musique, 51.4% des Marocains écoutent de la musique quotidiennement et 42.2% d’entre eux l’écoutent sur leurs portables et seulement 7.5% ont acheté des CD, DVD originaux. Par contre, 22.7% affirment télécharger de la musique et 7.9% regardent Youtube, Dailymotion et Vimeo.

Mais si la musique semble être une pratique bien ancrée chez les Marocains, c’est loin d’être le cas pour la littérature et le cinéma. Ainsi 64.3% n’ont pas acheté de livre au cours de l’année et seuls 15.5% sont inscrits dans une bibliothèque. De même 79.5% des Marocains ne sont pas allés au cinéma au cours de l’année et 70.6% ne savent pas s’il existe une salle de cinéma près de chez eux. Par contre, 12.9% affirment télécharger des films et des séries.

Collaboration régionale sur les politiques culturelles

Financée par le FIDC, l’enquête représente une base de réflexion qualitative et quantitative sur la mise en place d’une politique culturelle du Maroc. Les résultats de cette enquête ont ainsi été présentés en novembre 2016 lors de la 2ème édition des Etats Généraux de la Culture notamment au Ministre de la Culture, Mr. Mohamed Amine Sbihi. Cet événement a aussi vu la participation de 1500 personnes venant de 17 pays : Sénégal, Mauritanie, Mali, Egypte, Tunisie, Turquie, Liban, Palestine, France, Allemagne, République Démocratique du Congo, Burundi, Burkina Faso, Afrique du Sud, Rwanda, Gabon et Zimbabwe.   

Ce projet « Elaborer une politique efficace pour la promotion des industries culturelles au Maroc » a facilité le dialogue entre les pays sur la politique culturelle et a favorisé la coopération régionale entre les organisations de la société civile. Inspirés par cette expérience, la Tunisie et le Liban ont lancé une enquête similaire. Le Rwanda a, quant à lui, présenté un plan d’action pour la Culture avec la collaboration de l’association Racines.

Aujourd’hui, près de deux ans après la publication des résultats, l’association Racines continue d’œuvrer pour la mise en place d’une politique culturelle au Maroc. Le 8 novembre prochain, se tiendra la 3ème édition des Etats généraux de la Culture au Maroc avec pour thème « Politiques culturelles en régions ».