Mettre en place des plateformes de coopération pour les secteurs créatifs en Asie du Nord-Est et au-delà

Le Bureau de l’UNESCO à Beijing, le Secrétariat de la Convention de 2005 et la Commission nationale de la République populaire de Chine pour l’UNESCO ont uni leurs forces pour organiser une réunion de consultation sur la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en Asie du Nord-Est du 20 au 22 juin 2017 à Qingdao, Chine. L’objectif de cette réunion de consultation était de fournir une plateforme pour la communication et la coopération intergouvernementale, le partage d’expériences et présenter les politiques innovantes et les bonnes pratiques.

La ville de Qingdao a accueilli 21 participants de 11 pays, 62% d’entre eux étaient des femmes. Ces divers acteurs provenaient d’organisations gouvernementales et de la société civile d’Etats-Parties à la Convention, mais aussi d’État non-Parties à la Convention. Ainsi, parmi les pays représentés ont peu citer la Chine, le Japon, la Mongolie et la République de Corée pour la sous-région de l’Asie du Nord-Est couvert par le Bureau de Beijing, et l’Indonésie, la Malaisie, le Pakistan, les Philippines, Samoa, la Thaïlande et le Timor-Leste pour la région Asie-Pacifique. À ceci s’ajoutaient 7 participants provenant de villes chinoises, ayant fixé la créativité comme objectif stratégique, qui ont participé à cette réunion à titre d’observateur.

Suite à une visite des studios de cinéma et d’un club de cinéma culturel de Qingdao – ville qui a beaucoup investi dans l’industrie du film ces dernières années -, la réunion consultative intensive a débuté animée par M. Charles Vallerand, consultant international de la Banque d’expertise de la Convention de 2005

La réunion a été ouverte par M. Li Ming, Directeur général du Bureau municipal de Qingdao pour la culture, la radio, la télévision, la presse et la publication, M. Shen Yubiao, Directeur de la division des sciences, de la culture et de la communication et de l’information de la Commission nationale de la République populaire de Chine pour l’UNESCO et Dr Marielza Oliveira, Directrice et représentante de l’UNESCO du Bureau de Beijing.

 « Impliquer une variété d’acteurs et de parties prenantes des secteurs créatifs et au-delà pour l’élaboration de politiques est non seulement important en tant que principe, mais est aussi indispensable pour s’assurer que les politiques répondent aux besoins et aspirations des artistes, créateurs, professionnels culturels et citoyens en général » a souligné Dr Oliveira dans ses remarques introductives. « L’élaboration participative de politiques requiert l’engagement d’une variété de parties prenantes non seulement au niveau national, mais aussi au niveau régional et international. Ainsi, nous espérons sincèrement que cette réunion sera le début d’un dialogue, d’une mise en réseau et d’une coopération culturelle régionale qu’il vous sera possible de  développer dans le futur. »

Cette réunion, la première en son genre dans la région Asie-Pacifique, a été perçue par les participants comme l’occasion de partager de l’information, des bonnes pratiques, des réussites ainsi que les défis et incertitudes concernant la ratification et la mise en œuvre de la Convention de 2005, ainsi que le développement des industries culturelles et créatives. Le dialogue interactif établit par l’expert ainsi que le partage de son expérience ont aidé à clarifier les doutes entourant les principes et les avantages de cette Convention, notamment les problématiques entourant le traitement préférentiel pour les pays en développement, la participation de la société civile et l’implication des secteurs autres que celui de la culture pour traiter de questions transversales.

La présentation par chaque participant d’une politique ou mesure provenant de leur pays respectif, jugée fructueuse pour la promotion de la diversité des expressions culturelles et dirigée vers différentes étapes de la chaine de valeur culturelle (de la création et la production à la distribution et à la jouissance), s’est avéré particulièrement utile. Ces présentations ont stimulé des dialogues informatifs et efficaces entre les pays participants et ont permis de mieux faire comprendre la Convention parmi les participants, ce qui a été particulièrement bénéfique notamment pour les États non-Parties.

Cette réunion a également donné lieu à la création de réseaux parmi les participants constituant des éléments clefs dans le soutien pour la diversité des expressions culturelles en Asie-Pacifique. Ceci permettra de mettre en place un plus grand partage de l’information et des échanges sur la politique culturelle et la gouvernance de la culture parmi les 11 pays et au-delà.