Le Niger présente son premier rapport périodique de la Convention 2005 de l'UNESCO

L'atelier de restitution du premier rapport périodique du Niger s'est tenu jeudi 19 avril au Centre culturel Oumarou Ganda de Niamey en présence de l'Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance culturelle. L'événement a permis à toutes les parties prenantes de réfléchir au travail ambitieux accompli ces derniers mois.

Le premier rapport périodique quadriennal (RPQ) du Niger sur la mise en œuvre de la Convention 2005 de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expression culturelles vient à la suite d'un processus entamé en août 2017. Au cours de cette période, les acteurs de la société civile et les responsables gouvernementaux au sein de l'équipe nationale ont participé activement à la rédaction du rapport, renforçant le dialogue entre les différentes parties prenantes.

Valeria Marcolin et Francisco D'Almeida, membres de la Banque d’experts de la Convention de 2005 qui ont précédemment aidé à préparer les rapports périodiques du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire, ont également apporté leur soutien à l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport.

La culture au cœur de l'agenda du Niger

Les mesures et politiques contenues dans ce premier rapport témoignent l'engagement proactif du Niger à mettre en œuvre la Convention de 2005. Les résultats des actions entreprises par le gouvernement mettent en évidence un réel engagement technique et financier pour soutenir les artistes et les industries culturelles avec la création d'agences dédiées, le développement d’une loi sur le statut de l'artiste et la réglementation du droit d'auteur. Des cadres de coopération interministériels commencent également à être développés.

Comme l'a souligné Francisco D'Almeida, une importance particulière a été accordée à l'élargissement de l'accès à la culture: « L’éducation artistique et culturelle et l'aménagement culturel du territoire ont également représenté des objectifs clés de l'action ministérielle et gouvernementale afin de promouvoir la participation culturelle du plus grand nombre, notamment à travers l’implantation d’un réseau national d’infrastructures socio-culturelles en région ».

Cependant, si l'engagement à promouvoir et renforcer la force créative contemporaine du pays est clairement attesté, de nombreux défis subsistent, notamment en ce qui concerne la circulation internationale des produits culturels et la meilleure inclusion de la culture dans d'autres domaines politiques tels que les technologies numériques et l’égalité de genre.

Préparent le terrain

Ce premier rapport servira de base à toutes les parties prenantes pour planifier conjointement les futures actions politiques pour les quatre prochaines années. Comme l'a noté Tahirou Ganda, point focal de l'équipe nationale du RPQ, « le processus d’élaboration du rapport périodique quadriennal, nous aura permis de découvrir combien le programme de renaissance culturelle qui prône le changement pour un développement durable s’intègre harmonieusement aux principes de la convention 2005. En effet, l’une et l’autre s’appuient sur les domaines prioritaires conduisant au progrès social »

Le Niger a ratifié la Convention de 2005 en 2007. Le RPQ du Niger sera bientôt publié sur la plateforme de suivi des politiques de la Convention 2005.

Liens

Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO