Les Parties à la Convention de 2005 penchent sur l’impact de la COVID-19 sur les industries culturelles et créatives et le rôle de l’économie créative dans la sortie de crise

Sous la présidence de Son Excellence M. Park Yang-woo, Ministre de la culture, des sports et du tourisme de la République de Corée, la 14e session du Comité intergouvernemental s’est déroulée en ligne du 1er au 5 février 2021, conformément aux mesures sanitaires mises en place dans le monde entier pour contrer pandémie de la COVID-19.

M. Ernesto Ottone R., Sous-Directeur général de l'UNESCO pour la culture, a salué le format « inclusif et durable » de ce premier Comité en ligne. Dans son discours d’ouverture, il a remarqué qu’ « en dépit des contraintes, cette session permettrait à des organisations non gouvernementales du monde entier de participer gratuitement en tant qu'observateurs. Ces nouvelles méthodes de travail offrent une occasion prometteuse d'explorer différentes possibilités de collaboration et de dialogue multilatéraux ».

Le Comité s'est félicité de la proposition d’établir un programme d'assistance pour la mise en œuvre de la Convention dans l'environnement numérique et a vivement encouragé les Parties à y apporter un soutien par le biais de contributions volontaires. Les membres du Comité ont partagé des pratiques innovantes mises en œuvre afin de protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles en ligne. Beaucoup ont constaté les nouveaux défis que les technologies environnement numériques posent à cette diversité, défis aggravés par l’accélération de la plateformisation et la numérisation de la culture déclenchée par la pandémie. Les Parties sont par ailleurs invitées à partager des informations sur les progrès accomplis et les défis rencontrés dans l’élaboration et/ou mise en œuvre de leur feuille de route nationale pour la mise en œuvre de la Convention dans l’environnement numérique en vue d’offrir un état des lieux le plus complet possible à la 8e session de la Conférence des Parties qui se réunira du 1er au 4 juin 2021.

Une grande partie de cette session du Comité a été consacrée au Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), mécanisme de coopération de la Convention pour soutenir l’émergence de secteurs culturels dynamiques dans les pays en développement. Le Comité a approuvé le financement de six nouveaux projets, sur les 1027 demandes de financement reçues en 2020. Afin de combler l’écart croissant entre les ressources du Fonds et le nombre grandissant de demandes de financement reçues chaque année, le Comité a adopté une nouvelle stratégie de collecte de fonds et de communication pour le FIDC, pour la période 2021-2023.

Pour la première fois, un organe intergouvernemental de l’UNESCO a été saisi d’une analyse préliminaire du mouvement ResiliArt, lancé par l'UNESCO lors de la Journée mondiale de l'art (le 15 avril 2020) pour mettre en lumière les effets de la crise sanitaire sur la culture . Les membres du Comité ont noté que ResiliArt, impliquant désormais plus de 110 pays dans le monde, a fortement contribué aux consultations multipartites et à l'autonomisation des femmes artistes et professionnelles de la culture, et ont demandé au Secrétariat de poursuivre ses efforts pour recueillir des données et des témoignages sur l'impact de la crise de la COVID-19 sur les industries culturelles et créatives.

Le Comité a examiné 79 rapports périodiques quadriennaux sur les mesures visant à protéger et à promouvoir la diversité des expressions culturelles soumis par les Parties à la Convention en 2020. Tout en saluant ce taux de soumission remarquable, compte tenu des difficultés auxquelles les Parties ont été confrontées en 2020, le Comité a noté avec satisfaction que 19 Parties ont soumis leur tout premier rapport cette année, en grande partie grâce au programme de renforcement des capacités du Secrétariat pour le suivi participatif des politiques.

Plusieurs évènements parallèles ont également eu lieu en ligne pour mettre en contexte les discussions du Comité. Le 2 février, le débat « ResiliArt : À travers l’objectif des réalisatrices asiatiques » a réuni Bora Kim (réalisatrice du film « House of Hummingbird ») et Naomi Kawase (réalisatrice du film « True Mothers ») pour une conversation approfondie sur l’industrie du cinéma. Un événement intitulé « Making of 'Parasite' : Dialogue avec le producteur » abordant les processus de création et de production du film primé aux Oscars a été diffusé le 3 février.

La 14e session du Comité a également été marquée par la célébration de l'Année internationale de l'économie créative au service du développement durable. La mise en œuvre des activités dans le cadre de l’Année internationale est menée par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, en coopération avec l'UNESCO et d'autres agences concernées des Nations Unies. Dans ce contexte,  un débat « ResiliArt en célébration de l'Année internationale de l'économie créative au service du développement durable : Reconstruire en mieux grâce à l’économie créative » a eu lieu le 4 février. Le débat a abordé les moyens de reconstruire les industries créatives et culturelles au lendemain de la pandémie de la COVID-19 et la manière dont les artistes ont pu utiliser l’environnement numérique pour poursuivre leurs activités.

Au cours de ce débat, Jean-Michel Jarre, musicien et ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO, a souligné que : « Durant cette pandémie, nous avons regardé des films, écouté de la musique et lu des livres. Nos musées et nos théâtres sont des services publics. Ces biens de première nécessité pour la vie humaine sont en danger et nous devons nous demander, ainsi qu'à nos gouvernements, si nous voulons sauver la culture. La pandémie devrait nous unir pour travailler ensemble ».

Cette session du Comité s'est terminée par l'élection de S.Exc. Dr. Nasser Hamad Hinzab, Ambassadeur de l'État du Qatar auprès de l'UNESCO à la présidence de la 15e session du Comité intergouvernemental, qui se tiendra du 8 au 11 février 2022.