Pour un accès plus large à la musique de la communauté San

 

Si la musique ne représente que 4% des revenus des industries culturelles et créatives en Afrique, elle n’en reste pas moins un des secteurs les plus dynamiques.

Malgré les différents efforts mis en place, aujourd’hui, l’accès au marché de la musique reste déséquilibré. Afin de promouvoir un accès équitable aux biens et services culturels et accroître la mobilité des artistes, le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) investit dans des projets intervenant sur la chaîne de valeur des industries créatives. Parmi ces projets, « Namibia Tales : Engager les communautés défavorisées de la Namibie international de la musique » mené par le Museum Association of Namibia.

Ce projet, qui s’est achevé en décembre 2018, a considérablement contribué à la promotion de l’expression musicale de la communauté San de l’Afrique australe mais a aussi permis de structurer l’industrie musicale pour pouvoir atteindre le marché international.

Afin d’atteindre cet objectif, quatre formations ont été dispensées à la communauté //xao/oba sur l’industrie musicale, le marketing musical international. Des formations qui ont, dans un premier temps, démontré la valeur économique de la musique et comment la musique traditionnelle s’insérait dans ce schéma. Puis, les participants ont pu bénéficier d’une formation spécifique sur le marketing en vue de s’exporter sur le marché international.

« Les communautés San de la Namibie mais aussi les artistes namibiens (quelle que soit leur origine ethnolinguistique), ont appris à comprendre le modèle économique de la musique afin qu’elle puisse générer des revenus dans l'économie créative mondiale. » explique Jeremy Silver, directeur du Museum Association of Namibia.

Six concerts – trois pays

Afin d’illustrer ces formations, un groupe de chanteuses de la communauté San a collaboré avec Shishani Vranckx & Namibian Tales. Une collaboration musicale qui a conduit à la sortie d’un album « Kalahari encounters » en 2017. L’album a reçu en 2017 le prix de du Meilleur Album de Musique du Monde des Pays Bas.

Suite à cette nomination, le groupe composé de musiciens néerlandais et de chanteuses San, a entamé en juillet 2018, une tournée européenne en Allemagne, Autriche et Pays Bas. Ils ont notamment été programmé au festival Rudolstadt qui est des plus grands festivals de musique du monde en Allemagne et qui accueille chaque année près de 90.000 spectateurs.

« Ce projet est un exemple concret que les énergies créatives peuvent surmonter les différences culturelles. Mais la tournée a surtout permis à la communauté San de démontrer que leur culture est dynamique. Ces chanteuses ont ainsi inspiré, à long terme, les communautés San des pays voisins du Botswana et de l'Afrique du Sud qui pourront voir des représentations positives et des artistes internationaux de grande qualité basés sur leurs traditions » conclut Jeremy Silver.

Mais au-delà de cet album, le Museum Association of Namibia entend bien valoriser la culture des populations appartenant aux minorités telles que la communauté San du désert du Kalahari. Ainsi, au cours du projet, près d’une cinquantaine de chants et musique ont été archivés afin de constituer une Archive nationale de la musique namibienne. Cette initiative, en collaboration avec la Namibia Broadcasting Corporation (NBC), la National Archives of Namibia (NAN) et la Namibian Society of Composers and Musicians (NASCAM) rendra ainsi accessible cette expression culturelle qui tend à être éludée.