Prolongation de l'appel à propositions : Note de politiques « Diversité et représentation dans les contenus audiovisuels »

Cet appel s'adresse aux institutions ou aux personnes morales (c’est-à-dire aux organisations à but lucratif ou non lucratif)

 

Introduction

Cet appel à manifestation d'intérêt a pour objectif d'identifier un organisme ou une institution pour rédiger la deuxième édition d'une nouvelle série de « Notes de politiques » qui sera publiée numériquement par l'Entité de Diversité des expressions culturelles de l'UNESCO. Cette première édition se concentrera sur la diversité et la représentation dans les contenus audio-visuels.

Contexte

Avant que ne survienne la pandémie de la COVID-19, les industries culturelles et créatives comptaient parmi les secteurs à la croissance la plus rapide au monde. Générant des revenus annuels de 2 250 milliards de dollars et près de 30 millions d'emplois dans le monde, elles employaient plus de personnes âgées de 15 à 29 ans que tout autre secteur. Au cours de la dernière décennie, il est devenu évident que les industries culturelles et créatives sont des moteurs de la croissance économique inclusive, de la réduction des inégalités et de la réalisation des objectifs fixés dans le Programme de développement durable 2030 des Nations Unies.

En tant que la seule agence des Nations Unies ayant un mandat dans le domaine de la culture, l'UNESCO s'engage à mobiliser le potentiel des industries culturelles et créatives pour le développement durable. La Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et la Recommandation de 1980 relative à la condition de l'artiste sont les principaux instruments normatifs de l'Organisation pour encadrer la conception et la mise en œuvre de politiques et mesures qui soutiennent la création, la production, la distribution et l'accès aux biens et services culturels dans le monde.

Depuis l'entrée en vigueur de la Convention de 2005 il y a quinze ans, ses Parties ont été à l'avant-garde des tendances et des questions émergentes qui affectent les secteurs de la culture et de la création. Du traitement préférentiel des biens et services culturels à l'impact des technologies numériques sur le secteur créatif, les décisions et résolutions des Parties ont contribué à créer un nouveau cadre pour des systèmes de gouvernance de la culture informés, transparents et participatifs.

Afin d'alimenter et d'inspirer les discussions des Parties à la Convention de 2005, l'UNESCO s'apprête à lancer une nouvelle série de « Notes de politiques», qui identifiera les tendances émergentes dans le secteur de la culture, discutera des développements récents dans des domaines thématiques spécifiques et fournira une vue d'ensemble analytique des perspectives futures aux organes directeurs de la Convention.

Dans le cadre des activités de recherche de l'Entité de la Diversité des expressions culturelles dans le domaine de la culture et de la créativité, l’organisme ou l'institution consultante sera responsable de la rédaction d'une « Note de politiques » sur un sujet émergent dans les secteurs culturel et créatif. L’organisme ou l'institution fournira une vue d'ensemble complète et concise de ce sujet sur la base de données qualitatives et quantitatives existantes. Dans la mesure du possible, la « Note de politiques » doit fournir une perspective géographiquement équilibrée.

Les objectifs principaux de la « Note de politiques » sont de :

  • fournir aux États membres de l'UNESCO, et en particulier aux Parties à la Convention de 2005, un aperçu des tendances émergentes et des développements récents dans le secteur de la culture et de la créativité ;
  • fournir un aperçu analytique des perspectives futures aux organes directeurs de la Convention de 2005 afin de les aider à identifier les domaines d'intervention prioritaires à moyen et long terme et à planifier la séquence de leurs interventions futures.

Objectif

Reconnaissant que la diversité culturelle est une caractéristique essentielle de l'humanité, la Convention de 2005 affirme que la diversité des expressions culturelles, y compris des expressions culturelles traditionnelles, est un facteur important qui permet aux individus et aux peuples de s’exprimer et de partager avec d'autres leurs idées et leurs valeurs. La Convention reconnaît que la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles présupposent la reconnaissance de l'égale dignité et du respect de toutes les cultures, y compris celles des personnes appartenant à des minorités et aux peuples autochtones. Cette vision est conforme à celle du Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations-Unies, dans lequel les États « envisagent un monde où sont universellement respectés les droits de l'homme et de la dignité humaine, l'état de droit, la justice, l'égalité et la non-discrimination, le respect de la race, de l'origine ethnique et de la diversité culturelle, et l'égalité des chances permettant la pleine réalisation du potentiel humain et contribuant à une prospérité partagée ».

La diversité culturelle se manifeste de multiples façons, notamment par la liberté des individus de créer, diffuser, distribuer et accéder à leurs expressions culturelles. Dans les médias audiovisuels en particulier, les contenus culturels envoient des messages puissants, conscients ou subconscients, concernant les questions identitaires. L'absence de représentation visible ou la représentation stéréotypée dans les produits culturels, tels que la télévision, le cinéma, le théâtre et la musique, peuvent jouer un rôle important dans la perpétuation de dispositions discriminatoires à l'égard de groupes ou d’identités marginalisés. La promotion de la représentation dans les médias et le renforcement de la voix des personnes issues de groupes minoritaires sont donc essentiels pour favoriser l'inclusion et la compréhension mutuelle ainsi que pour garantir la jouissance pleine et égale de la culture par tous. En définitive, en donnant une voix aux individus et aux communautés, la diversité et la représentation peuvent être des outils efficaces pour lutter contre la discrimination systémique et renforcer les droits fondamentaux.

Dans ce contexte, cette « Note de politiques » portera sur la diversité et la représentation des minorités dans les expressions culturelles audiovisuelles du monde entier. L’organisme/l’institution retenu(e) fournira une évaluation critique des initiatives mises en place par les diffuseurs, producteurs et éditeurs publics et privés dont l’objectif est de remédier à la sous-représentation des communautés marginalisées dans les contenus culturels audiovisuels, notamment les émissions de télévision, les films, les pièces de théâtre et les jeux vidéo, en raison de facteurs tels que la race ou l'origine ethnique, le genre, la situation d’handicap, le statut migratoire, etc.

L’organisme/l’institution retenu(e) devra examiner les études et informations existantes, incluant les rapports périodiques des Parties à la Convention de 2005, rassembler des données probantes et réaliser une cartographie de bonnes pratiques mises en place pour promouvoir la diversité, la représentation et l'inclusion dans les expressions culturelles audio-visuelles à travers le monde. À partir de ces données, l’organisme/l’institution retenu(e) mettra en évidence les résultats prometteurs et décrira les mesures ou initiatives qui ont amélioré de manière significative la représentation et la diversité. Ce travail aboutira en une analyse des impacts structurels plus larges, des approches mises en place et l’identification des actions/étapes communes qui peuvent servir d'inspiration pour promouvoir la diversité.

La « Note de politiques », qui est envisagée comme un document stratégique, doit être concise et rédigée dans un langage accessible pour un public avisé composé de décideurs politiques, de chercheurs et de professionnels de la culture.

Champ d’application

L’organisme/l’institution retenu(e) sera chargé de :

  1. Réaliser une étude documentaire des travaux existants menés par des organisations intergouvernementales, des gouvernements, des centres de recherche, des institutions culturelles, des universités ou des sociétés de conseil sur la diversité, la représentation et l'inclusion dans les arts audiovisuels, en veillant à l'équilibre géographique des sources consultées/analysées et à l'équilibre des sous-secteurs examinés.
  2. Sur la base des données qualitatives et quantitatives recueillies auprès de diverses sources, fournir une analyse approfondie mais concise, en identifiant les bonnes pratiques et les pratiques inspirantes.
  3. Offrir un aperçu des possibilités de contribuer à une meilleure mise en œuvre de la Convention de 2005, en identifiant les domaines d'intervention possibles et en suggérant des mécanismes de collaboration, y compris avec les organes directeurs de la Convention.

Critères de sélection

L’organisme ou l'institution doit posséder une expérience solide et des réalisations pertinentes dans le domaine de la recherche et l'analyse des politiques et mesures culturelles. Une expertise démontrable du sujet, y compris une expérience de recherche et des publications sur la diversité culturelle et la représentation, sera considérée comme un atout.

L'équipe doit être capable de consulter des sources d'information en anglais et en français. La capacité à consulter des sources d'information dans d'autres langues, notamment en espagnol et en arabe, sera considérée comme un atout.

Manifestation d’intérêt

La manifestation d’intérêt devrait comprendre :

  • Une proposition concernant la composition et la structure de l'équipe avec des CV récents, y compris une liste de publications et de réalisations de recherche. L'équipe doit posséder des compétences diversifiées et comprendre au moins un chef d'équipe et un expert.
  • Une présentation détaillée de l'approche, la stratégie et la méthodologie proposées.
  • Un plan de travail détaillé pour le projet, y compris un calendrier précis.
  • Une proposition financière, ventilée par activité, en dollars américains. Si un montant est prévu pour l'achat de données, veuillez indiquer les sources envisagées.

Les propositions doivent être soumises en anglais ou en français.

Livrables

  1. Un projet complet de « Note de politiques » en anglais ou en français, pour révision par le Secrétariat de l'UNESCO.
  2. La version finale de la « Note de politiques », d'un maximum de 15 pages standard de l'UNESCO, et un résumé exécutif de moins d'une page. La note de synthèse doit être rédigée de manière claire et concise pour un public averti, en évitant le jargon ou la terminologie spécialisée, et inclure un minimum d'infographies illustratives.

Calendrier

Le consultant soumettra les livrables à l’UNESCO en format électronique :

  1. Le ou avant le 3 Mai 2021, un projet de « Note de politiques »
  2. Le ou avant le 18 Mai 2021, la « Note de politiques » finale

Les manifestations d'intérêt doivent être soumises par courrier électronique, en indiquant clairement « Note de politiques sur la diversité et la représentation dans les expressions culturelles audiovisuelles » à convention2005@unesco.org.

Date limite:  6 Avril 2021

 

Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO