Prolongation de l'appel à propositions : Note de politiques « Les organismes culturels et la diversité des expressions culturelles »

Cet appel s'adresse aux institutions ou aux personnes morales (c’est-à-dire aux organisations à but lucratif ou non lucratif)

 

Introduction

Cet appel à manifestation d'intérêt a pour objectif d'identifier un organisme ou une institution pour rédiger la première édition d'une nouvelle série de « Notes de politiques » qui sera publiée numériquement par l'entité de Diversité des expressions culturelles de l'UNESCO. Cette première édition se concentrera sur le rôle joué par les organisations culturelles dans la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Contexte

Avant que ne survienne la pandémie de la COVID-19, les industries culturelles et créatives comptaient parmi les secteurs à la croissance la plus rapide au monde. Générant des revenus annuels de 2 250 milliards de dollars et près de 30 millions d'emplois dans le monde, elles employaient plus de personnes âgées de 15 à 29 ans que tout autre secteur. Au cours de la dernière décennie, il est devenu évident que les industries culturelles et créatives sont des moteurs de la croissance économique inclusive, de la réduction des inégalités et de la réalisation des objectifs fixés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies.

En tant que la seule agence des Nations Unies ayant un mandat dans le domaine de la culture, l'UNESCO s'engage à mobiliser le potentiel des industries culturelles et créatives pour le développement durable. La Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et la Recommandation de 1980 relative à la condition de l'artiste sont les principaux instruments normatifs de l'Organisation pour encadrer la conception et la mise en œuvre de politiques et de mesures qui soutiennent la création, la production, la distribution et l'accès aux biens et services culturels dans le monde.

Depuis l'entrée en vigueur de la Convention de 2005 il y a quinze ans, ses Parties ont été à l'avant-garde des tendances et des questions émergentes qui affectent les secteurs de la culture et de la création. Du traitement préférentiel des biens et services culturels à l'impact des technologies numériques sur le secteur créatif, les décisions et résolutions des Parties ont contribué à créer un nouveau cadre pour des systèmes de gouvernance de la culture informés, transparents et participatifs.

Afin d'alimenter davantage et d'inspirer les discussions des Parties à la Convention de 2005, l'UNESCO s'apprête à lancer une nouvelle série de « Notes de politique », qui identifiera les tendances émergentes dans le secteur de la culture, discutera des développements récents dans des domaines thématiques spécifiques et fournira une vue d'ensemble analytique des perspectives futures aux organes directeurs de la Convention.

Dans le cadre des activités de recherche de l'Entité de la Diversité des expressions culturelles dans le domaine de la culture et de la créativité, l’organisme ou l'institution consultante sera responsable de la rédaction d'une « Note de politiques » sur un sujet émergent dans les secteurs culturel et créatif. L’organisme ou l'institution fournira une vue d'ensemble complète et concise de ce sujet sur la base de données qualitatives et quantitatives existantes. Dans la mesure du possible, la « Note de politiques » doit fournir une perspective géographiquement équilibrée.

Les objectifs principaux des « Notes de politiques » sont de :

  • fournir aux États membres de l'UNESCO, et en particulier aux Parties à la Convention de 2005, un aperçu des tendances émergentes et des développements récents dans le secteur de la culture et de la créativité ;

 

  • fournir un aperçu analytique des perspectives futures aux organes directeurs de la Convention de 2005 afin de les aider à identifier les domaines d'intervention prioritaires à moyen et long terme et à planifier la séquence de leurs interventions futures.

Objectif

Les organismes culturels, appartenant à la fois au secteur public et au secteur privé, peuvent être considérés comme ceux dont la spécialité est la diffusion ou la distribution de biens et de services culturels, ou, dans certains cas, leur production ou co-production. Ils comprennent, entre autres, les centres culturels, les théâtres, les cinémas, les festivals, les bibliothèques et les galeries d'art. Les organismes culturels jouent un rôle clé dans l’écosystème créatif, permettant aux publics d'accéder à des expressions culturelles diverses provenant de leur territoire ainsi que d'autres pays et régions du monde, comme le demande l’article 7.b de la Convention de 2005. Ces organismes sont donc des piliers fondamentaux pour renforcer la conscience culturelle de soi et des autres et pour améliorer les connaissances, compétences et aptitudes interculturelles. Ils remplissent ce rôle principalement en soutenant et promouvant un éventail riche et diversifié de contenus culturels dans leur programmation. Dans la poursuite de leurs objectifs, les organismes culturels sont confrontés à une multitude de compromis complexes, notamment entre le libre accès et la génération de revenus, la vision créative et la réponse aux attentes du public, l'expérimentation artistique et la maximisation des profits.

La première édition de la série de «Notes de politiques » se concentrera sur les organismes culturels et la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. L’organisme/l’institution retenu(e) examinera comment les organismes culturels du monde entier encouragent la distribution et l'accès à une grande variété de contenus culturels par le biais de leurs programmations, initiatives et projets.

L'objectif principal de cette « Note de politiques » est, d’une part, d'explorer la manière dont les organismes culturels utilisent leur programmation, leurs partenariats et d'autres initiatives pour promouvoir une plus grande diversité d'expressions culturelles et, s’autre part, de présenter des études de cas qui offrent des perspectives aux décideurs politiques, professionnels de la culture et autres partenaires intéressés par le développement de mesures et politiques visant à créer des espaces où de multiples voix artistiques peuvent être entendues. Afin d'aborder ce sujet, l’organisme/institution retenu(e) réalisera une cartographie de bonnes pratiques mises en place par les organismes culturels du monde entier pour promouvoir l’accès à diverses expressions culturelles ainsi que leur visibilité. Sur la base de ces sources de données et d’informations diverses, y compris les rapports périodiques des Parties à la Convention de 2005, l’organisme/institution retenu(e) mettra en évidence les résultats prometteurs et mettra en lumière les mesures qui ont manifestement amélioré la distribution d'un large éventail de contenus culturels. L’organisme/l’institution retenu(e) devra également analyser les approches mises en place par les organismes culturels et identifier les actions/étapes communes qui peuvent servir d'inspiration à d'autres organisations souhaitant s'engager dans la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Il serait souhaitable que l’organisme/l’institution retenu(e) porte une attention particulière à la diversité des biens et services culturels ainsi qu'à la diversité de leurs créateurs et producteurs, en particulier dans une perspective de genre.

La « Note des politiques », envisagé comme un document stratégique, doit être concise et rédigée dans un langage accessible pour un public avisé composé de décideurs politiques, de chercheurs et de professionnels de la culture.

Champ d’application

L’organisme/l’institution retenu(e) sera chargé de :

  1. Rassembler des données probantes en effectuant des recherches à l'aide de ressources en ligne, en menant des entretiens et en analysant la programmation d'une sélection d'organismes culturels, dans le respect de l'équilibre géographique et de l'équilibre des sous-secteurs dans lesquels elles se spécialisent ;
  2. Réaliser une cartographie des mesures et initiatives mises en place par les organismes culturels pour promouvoir la diversité des expressions culturelles ;
  3. Fournir une analyse à la fois approfondie et concise des données qualitatives et quantitatives obtenues de diverses sources, en identifiant les bonnes pratiques et les pratiques inspirantes ;
  4. Offrir un aperçu de la manière dont les organismes culturels contribuent à la mise en œuvre de la Convention de 2005, en identifiant les domaines d'intervention possibles et en suggérant des mécanismes de collaboration innovants entre eux et avec les organes directeurs de la Convention.

Critères de sélection

L’organisme ou l'institution doit posséder une expérience solide et reconnue et démontrer des réalisations pertinentes dans le domaine de la recherche et l'analyse des politiques et mesures culturelles et/ou de la programmation culturelle. Une expertise démontrable du sujet, y compris une expérience de recherche et des publications sur la diversité des expressions culturelles et les organisations culturelles, sera considérée comme un atout.

L'équipe doit être capable de consulter des sources d'information en anglais et en français. La capacité à consulter des sources d'information dans d'autres langues, notamment en espagnol et en arabe, sera considérée comme un atout.

Manifestation d’intérêt

La manifestation d’intérêt devrait comprendre :

  • Une proposition concernant la composition et la structure de l'équipe avec des CV récents, y compris une liste de publications et de réalisations de recherche. L'équipe doit posséder des compétences diversifiées et comprendre au moins un chef d'équipe et un expert.
  • Une présentation détaillée de l'approche, la stratégie et la méthodologie proposées.
  • Un plan de travail détaillé pour le projet, y compris un calendrier précis.
  • Une proposition financière, ventilée par activités, en dollars américains. Si un montant est prévu pour l'achat de données, veuillez indiquer les sources envisagées.

Les propositions doivent être soumises en anglais ou en français.

Livrables

  1. Un projet complet de la « Note de politiques » en anglais ou en français, pour révision par le Secrétariat de l'UNESCO.
  2. La version finale de la « Note de politiques », d'un maximum de 15 pages standard de l'UNESCO, et un résumé exécutif de moins d'une page. La note de synthèse doit être rédigée de manière claire et concise pour un public averti, en évitant le jargon ou la terminologie spécialisée, et inclure un minimum d'infographies illustratives.

Calendrier

Le consultant soumettra les livrables à l’UNESCO en format électronique :

  1. Le ou avant le 3 mai 2021, un projet de « Note de politiques »
  2. Le ou avant le 18 mai 2021, la « Note de politiques » finale

Les manifestations d'intérêt doivent être soumises par courrier électronique, en indiquant clairement « Note de politiques sur les organismes culturels et la diversité des expressions culturelles » à convention2005@unesco.org.

Date limite:  6 Avril 2021

Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO