La République de Djibouti lance les travaux d’élaboration de sa première politique culturelle nationale

L’UNESCO accompagne le Ministère des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Waqfs de la République de Djibouti pour le développement d'une politique culturelle nationale, qui vise, d’une part à exploiter le potentiel des industries culturelles et créatives, du patrimoine culturel et naturel et du patrimoine culturel immatériel, et d’autre part à contribuer au développement durable dans le cadre de la Vision 2035 de Djibouti, de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et des Objectifs du développement durable des Nations Unies.

Le 24 janvier 2019, la Direction de la Culture du Ministère des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Waqfs, avec l'appui du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est, a invité 80 parties prenantes nationales au Palais du Peuple de Djibouti pour participer au lancement national du développement de la première politique culturelle nationale de Djibouti. Elles sont composées des représentants de 13 ministères, des autorités locales, des experts, des ONG, des représentants des communautés locales et des médias.

M. Moumin Hassan Barreh, Ministre des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Waqfs, a ouvert l'atelier aux côtés du Ministre de l'Education (également Président de la Commission nationale de l’UNESCO pour Djibouti) et du Ministre du Budget. Dans son allocution d'ouverture, le Ministre Barreh a souligné l'engagement du Président de la République de Djibouti dans la promotion de la culture pour le renforcement de l'identité nationale et de la cohésion sociale. « L'élaboration de la première politique culturelle nationale de Djibouti constitue ma priorité numéro un en tant que Ministre de la culture », a déclaré M. Barreh. « Je vous invite tous ici aujourd'hui, en particulier les différents ministères, à participer activement à la formulation de cette politique, afin qu'elle reflète l'intersectorialité de la culture, qui est au cœur du développement économique et durable de Djibouti», a-t-il ajouté.

« Tout au long de ce processus, n'oublions pas le rôle primordial que les langues jouent dans notre culture, a déclaré M. Idriss Moussa Ahmed, Conseiller technique auprès du Ministre des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Waqfs. « Les langues sont les réceptacles de nos savoirs traditionnels, de nos cultures indigènes et assurent la transmission de notre culture de génération en génération. Elles sont l'âme de nos peuples », a-t-il ajouté. Durant l’atelier, les participants ont souligné le besoin d’assurer que la politique culturelle inclut toutes les cultures et les langues de Djibouti, c’est à dire : Somali, Afar et Arabes.

« La politique culturelle de Djibouti est en cours d'élaboration conformément aux directives de la Convention de l'UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles », a déclaré M. Hassan Doualeh, Directeur de la Culture, « et bénéficiera des enseignements tirés du Rapport mondial de l'UNESCO de 2018 : repenser les politiques culturelles », a-t-il ajouté.

« Nous sommes reconnaissants à l'UNESCO pour son soutien permettant à Djibouti de s'acquitter de cette tâche. Cependant, il appartient à chacun d’entre nous aujourd’hui - en tant que Djiboutiens – d’enrichir cette politique avec nos connaissances et nos expériences personnelles touchant divers domaines de la culture et de ses besoins ainsi qu’avec notre vision sur la manière dont la culture peut contribuer au développement économique et social du pays », a déclaré M. Mohamed Houssein Doualeh, Directeur des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de Djibouti, dont l'inauguration est prévue en septembre 2019.

Les participants ont invité le Ministre du Budget à augmenter les ressources nationales destinées au secteur de la culture. Par ailleurs, ils ont aussi appelé le Ministre de l’Education d’assurer que l’éducation culturelle et artistique et la formation professionnelle dans le secteur culturel et créatif soient renforcées.

Mme Tojo Yharimanana, experte internationale en politique culturelle et en économie créative, engagée par l'UNESCO pour accompagner Djibouti dans l'élaboration de sa politique culturelle, a souligné l'importance de collecter les indicateurs et les statistiques culturelles susceptibles de démontrer la part de l'emploi et les revenus générés par le secteur de la culture.

Au cours des six prochains mois, Mme Yharimanana guidera l'équipe nationale et les groupes de travail thématiques dans l'inventaire du secteur de la culture et dans l'identification des réalisations et des défis liés aux industries culturelles et créatives, au patrimoine culturel et naturel ainsi qu'au patrimoine culturel immatériel. La jeunesse, le genre et la religion seront des sous-thèmes transversaux de chaque groupe de travail, qui rédigeront divers volets de la politique culturelle nationale ainsi que son plan d'action biennal.

La Direction de la Culture prévoit l'achèvement du projet de politique nationale d'ici juin 2019, qui sera ensuite soumis par le Ministre des Affaires Musulmanes, de la Culture et de Biens Waqfs au Conseil des Ministres pour validation.