La version Swahili de la Convention de 2005 est maintenant disponible

Alors que de plus en plus de pays d'Afrique de l'Est se tournent vers les industries culturelles et créatives comme vecteurs du développement durable, l'UNESCO met à leur disposition davantage d'outils et de ressources à travers la Convention de 2005 de l'UNESCO comme cadre pour une gouvernance des industries culturelles et créatives qui soit informée, transparente et participative.

Avec le soutien du Fonds-en-dépôt coréen, l'UNESCO a publié la Convention de 2005 pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en swahili - langue d'Afrique de l'Est. La publication en format passeport, permettra la diffusion du texte de la Convention dans la région en tant que langue de travail de l'Union africaine, et bénéficiera à plusieurs pays où le swahili est une langue nationale, notamment le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie, l'Ouganda et l'Union des Comores en Afrique de l'Est ainsi que le Burundi, le Mozambique et la République démocratique du Congo (RDC).

La culture et la créativité sont des moteurs de développement et sont de plus en plus reconnues par les gouvernements et les instances de développement comme essentielles à une croissance économique inclusive, à la réduction des inégalités et à la réalisation des objectifs de développement durable de 2030. De plus, le 5ème objectif de l'Agenda 2063 de l'Union africaine vise « une Afrique avec une identité culturelle forte, un patrimoine commun, des valeurs et une éthique » avec comme priorité « le patrimoine culturel, les arts créatifs et les affaires ». Pour permettre l’atteintes de ces buts et aspirations, en particulier dans ce monde en mutation, un environnement politique fiable pour le secteur culturel et créatif est impératif. La Convention de l'UNESCO de 2005 est au cœur de l'économie créative et fournit un cadre pour des systèmes de gouvernance informés, transparents et participatifs pour la culture et les industries créatives. 35 pays d'Afrique subsaharienne ont ratifié la Convention de 2005 de l'UNESCO et 11 des 13 pays de la région Afrique de l'Est sont également des États parties à la Convention.

Les industries créatives sont l’un des secteurs les plus dynamiques de l'économie mondiale, offrant de nouveaux horizons de croissance, en particulier dans les pays en développement. Grâce à l'adoption de cette Convention, la communauté mondiale a officiellement reconnu la nature culturelle et économique de l'expression culturelle contemporaine produite par les professionnels de la culture. Elle garantit que les artistes, professionnels, praticiens et citoyens du monde entier puissent créer, produire, diffuser et profiter d'un large éventail de biens, services et activités culturels, y compris les leurs. Le document traduit donnera un meilleur accès aux parties prenantes parlant le swahili et favorisera une meilleure compréhension des objectifs de la Convention.