Consolider les industries culturelles indépendantes et renforcer la capacité institutionnelle

Where
Canada
When
2012
Who
Ministère du Patrimoine canadien, Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, Gouvernement du Québec, Gouvernement du Nouveau-Brunswick
Objectifs clefs de la mesure:

Bon nombre des mesures regroupées ici avaient pour but de soutenir la consolidation des industries culturelles indépendantes en vue de favoriser la croissance économique, notamment en échangeant des pratiques exemplaires et en faisant part d’expériences vécues. Bon nombre d’entre elles visaient également à renforcer les réseaux entre les gouvernements et entre les organismes de la société civile. En plus de ces mesures, le gouvernement du Canada a également versé un montant de 500 000 $CA au Fonds international pour la diversité culturelle.

Principale caractéristique de la mesure:

Le gouvernement du Canada s’est efforcé d’intégrer les principes énoncés dans la Convention – en particulier ceux liés à la coopération internationale et à la coopération pour le développement – aux travaux d’autres forums multilatéraux et régionaux. Il a également appuyé ces principes dans ses relations culturelles bilatérales.

Par exemple, le gouvernement du Canada a soutenu l’expansion de réseaux informels entre les gouvernements sur les questions relatives à la promotion et à la protection de la diversité des expressions culturelles. Le gouvernement du Canada a hébergé le Bureau de liaison du Réseau international sur la politique culturelle (RIPC) depuis 1998. Le RIPC est un réseau informel, composé des ministres de la Culture et des représentants officiels des 72 pays membres, qui sert de tribune pour l’échange de pratiques exemplaires et l’examen des possibilités et des défis associés à la ratification de la Convention. Des représentants d’organismes de la société civile internationaux et les membres d’autres organismes internationaux importants ont également été invités à participer aux réunions du réseau. De plus amples renseignements sur ce réseau peuvent être obtenus à l’adresse suivante : http://www.incp-ripc.org/.

Le gouvernement du Canada, tout comme le gouvernement du Québec, a aussi joué un rôle prépondérant dans les efforts déployés en vue de promouvoir les principes et les objectifs de la Convention auprès de la Francophonie internationale. Pour ce faire, il a organisé un certain nombre d’activités officielles et informelles, notamment par l’entremise du Groupe de travail sur la diversité culturelle de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), de ses commissions pour la programmation et la coopération économique, du Conseil permanent de la Francophonie, de la Conférence ministérielle de la Francophonie et du conseil d’orientation du Comité international des Jeux de la Francophonie.

Les Jeux de la Francophonie, les seuls jeux internationaux d’envergure à présenter à la fois des compétitions sportives et culturelles, offrent une occasion unique aux jeunes artistes de démontrer leur talent et leur unicité culturelle auprès de milliers d’autres participants des États et des gouvernements membres de la Francophonie. Étant donné que le Canada, le Québec et le Nouveau-Brunswick sont tous trois membres de l’OIF, chacun d’eux inscrit sa propre équipe aux Jeux. Au total, 36 artistes, dont 19 pour l’Équipe Canada, 16 pour l’Équipe Canada-Québec et 1 pour l’Équipe Canada-Nouveau-Brunswick ont participé aux derniers Jeux de la Francophonie qui ont eu lieu au Liban en septembre 2009. Les artistes gagnants, dont 3 Canadiens, ont également été invités à représenter la diversité culturelle de la Francophonie lors des Jeux olympiques d’hiver à Vancouver. En participant à ces Jeux, le Canada et les provinces du Québec et du Nouveau-Brunswick (la seule province officiellement bilingue du Canada) favorisent les échanges culturels internationaux.

En décembre 2008, un représentant du gouvernement du Canada a participé à un séminaire régional Asie-Pacifique dont le thème était     « Les politiques de soutien aux industries culturelles : contribuer à une maîtrise de la mondialisation par la diversité culturelle » à Siem Reap, au Cambodge. Des représentants des gouvernements du Cambodge, du Laos et du Vietnam ont assisté à ce séminaire. La présentation donnée mettait l’accent sur les répercussions économiques directes et indirectes de la culture au Canada. On y attirait l’attention sur les travaux entrepris au Canada afin d’évaluer ces répercussions (de plus amples renseignements sur cette initiative particulière seront fournis dans la section 3.1 du présent rapport). On y décrivait également certains problèmes auxquels s’attaque actuellement la politique culturelle canadienne, notamment les changements importants et continus qui s’opèrent sur le plan technologique.

En plus de participer à des forums multilatéraux, le gouvernement du Canada a tenté de relater ses expériences en matière de promotion de la diversité des expressions culturelles en mettant sur pied un certain nombre d’initiatives bilatérales. Par exemple, au cours de l’été 2008, il a organisé la présentation de courts métrages autochtones contemporains au Musée d’art de la Cité impériale à Beijing, en Chine. Cette présentation a été organisée dans le cadre de l’exposition « Les Premiers Peuples du Canada » du Musée canadien des civilisations tenue au Musée d’art de la Cité impériale. Cet événement avait pour objectif de présenter l’industrie audiovisuelle autochtone au Canada. En outre, le gouvernement du Canada a organisé deux ateliers auxquels quatre des réalisateurs de ces films étaient conviés. Les réalisateurs ont fait part de leurs expériences de promotion de la diversité des industries audiovisuelles et créatives du Canada. Des décideurs gouvernementaux, des réalisateurs de films, des universitaires et d’autres personnes qui s’intéressent aux arts et à la culture ont participé à ces ateliers.

En 2008, une délégation canadienne a participé à un atelier organisé à Pretoria sur le thème suivant : « gouvernance et gestion du rendement : des pratiques exemplaires pour les institutions culturelles ». L’année suivante, un voyage d’études sur le thème des modèles de financement des arts a été organisé par le Conseil des Arts du Canada. En 2010, une délégation sud-africaine participant à un voyage d’études sur la radiodiffusion et la gouvernance a rencontré les représentants de la Société Radio-Canada, du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes et du ministère du Patrimoine canadien.

Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO
Cultural Domain(s)
Multi-domain
Cultural Value Chain
Création
Production
Distribution
Participation