Plaidoyers des organisations de la société civile pour l’amélioration de la gouvernance et la dynamisation du secteur culturel au Burkina Faso

Burkina Faso
Quand
2020
Qui
Confédération nationale de la culture (CNC)
Fédération nationale du cinéma et de l’audiovisuel (FNCA)
Fédération nationale des professionnels de la scène
Groupe des réseaux associatifs des acteurs du livre (GRAAL)
Fédération des faitières des arts plastiques et appliqués (FEFAPA)
Union nationale des acteurs de la musique (UNAM)
Cette mesure a été reportée par la société civile.
Décrivez les principales caractéristiques de la mesure/initiative: 
En Afrique et en particulier au Burkina Faso, les organisations de la société civile ont vu leur rôle s’accroitre dans le processus du développement au cours de ces deux décennies. L’Accord de Cotonou, signé le 23 juin 2000 entre l’Union européenne et les Etats ACP a contribué largement à la reconnaissance du double statut (acteur et bénéficiaire), du rôle complémentaire et de la contribution potentielle des organisations de la société civile au processus de développement aux niveaux national et régional à travers leurs actions, leurs propositions et leurs capacités de veille et de plaidoyer. Les fédérations des filières culturelles et la Confédération Nationale de la Culture, qui les regroupe, développent régulièrement des plaidoyers en faveur de la gouvernance et de la dynamisation du secteur. • Plaidoyer des organisations de la société civile pour l’amélioration de la gouvernance du secteur de la culture au Burkina Conscient du fort potentiel de la culture à participer substantiellement au développement socioéconomique et au rayonnement international du pays, le Burkina Faso a adopté en 2009 la Politique Nationale de la Culture. En 2016, l’avènement d’un nouveau référentiel du développement national, le Plan National de développement Economique et Social, qui érige la culture en secteur de planification en lien avec les sports et les loisirs, a imposé la nécessité d’adopter de nouveaux référentiels pour le secteur culturel. A la faveur de la Rencontre Administration-Secteur Privé de la Culture en juillet 2016 à Kaya et en prélude à l’adoption de nouveaux référentiels pour le secteur culturel, les Organisations de la Société Civile culturelle ont développé un plaidoyer pour leur meilleure implication et participation au processus d’identification et d’élaboration. Ces dispositions visent à faciliter leur appropriation par les OSC ainsi que leur participation efficace à leur mise en œuvre et évaluation dans une perspective d’améliorer la gouvernance du secteur. Donnant suite au plaidoyer de la société civile visant l’amélioration de la gouvernance de la culture dans un contexte de redéfinition de ses référentiels, le Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme chef de file du CSD « Culture, Sports et loisirs » a pris des mesures favorables à l’implication et à la participation effectives des acteurs de la Société Civile au processus d’élaboration des nouveaux référentiels sectoriels. • Plaidoyer des organisations de la société civile pour la dynamisation du secteur de la culture au Burkina Faso Depuis 2014, la Semaine Nationale de la Culture à Bobo-Dioulasso constitue un cadre dialogue et de concertation entre les artistes, les professionnels et le Président du Faso. Elle offre l’opportunité d’échanges utiles sur la manifestation et d’autres préoccupations majeures des acteurs culturels. Lors des éditions 2016 et 2018, le président de la Confédération Nationale de la Culture, s’est adressé solennellement en sa qualité de porte-parole des OSC culturelles au Président du Faso en plaidant pour la prise de mesures destinées à renforcer la dynamisation du secteur culturel. Les propositions étaient relatives : - à la mise en œuvre du décret portant Statut de l’artiste au Burkina Faso ; - à la constitutionnalisation de la responsabilité du Président du Faso en qualité de « Protecteur des Arts et des Lettres du Burkina Faso » dans le cadre de la nouvelle constitution ; - à l’implémentation de la Convention 2005 dans les autres politiques de développement afin de promouvoir l’émergence d’une véritable politique économique de la création et de la culture ; - au renforcement des capacités des fédérations culturelles afin de poursuivre leur organisation et leur structuration et de favoriser leur contribution au développement ; - à l’accroissement à 3 000 000 000 FCFA soit 5 454 545 USD par an des ressources allouées au Fonds de Développement Culturel et Touristique pour mieux répondre aux besoins de financement des acteurs culturels ; - au financement anticipé et à l’autonomisation de la Semaine Nationale de la Culture ; - à la réalisation de la Cité des arts de Bobo-Dioulasso en vue d’un meilleur accueil des artistes et des professionnels à Bobo Dioulasso. Le Président du Faso, en réponse aux artistes et aux professionnels, a accédé à certaines requêtes soumises.
Quels sont les résultats atteints jusqu’à présent grâce à la mise en œuvre de la mesure/initiative ?: 
Au nombre des mesures prises figure la formation en méthodologie d’élaboration de politiques publiques et en planification stratégique et opérationnelle sectorielle. En outre, de larges consultations ont été réalisées pour la prise en compte des opinions et préoccupations des acteurs non étatiques y compris des séances de restitution à différentes étapes du processus d’élaboration des nouveaux référentiels. Ces différentes dispositions en faveur de la participation effective des OSC au processus d’élaboration des nouveaux référentiels, ont permis d’adopter la politique sectorielle « Culture, Tourisme, Sport et loisirs », en conseil de ministres par décret N°2018-0397/PRES/PM/MCAT/MSL/MINEFID/MCRP/MESRSI/MENA/MJFIP du 09 mai 2018 ; de la Stratégie Nationale de la Culture (SNCT) par arrêté N°2018-0236/MCAT/CAB du 14 août 2018 et les deux premiers plans d’actions triennaux glissants 2018-2020 et 2019-2021 de la stratégie de manière participative et inclusive. Pour la mise en œuvre, les OSC participent régulièrement au Cadre sectoriel de Dialogue, lieu d’examen et de validation de la mise en œuvre de la politique sectorielle d’une part et d’autre part, au Comité de pilotage de la Stratégie Nationale de la Culture et du Tourisme. Les plaidoyers réalisés en 2016 et en 2018, dans le cadre de la Semaine Nationale de la Culture (SNC), ont permis la prise de mesures étatiques visant l’augmentation du budget annuel du FDCT, d’acter pour la construction de la Cité des arts de Bobo-Dioulasso et l’instauration de tournées artistiques nationales au profit des groupes artistiques lauréats de la SNC. En 2018, la dotation annuelle du FDCT par l’Etat a été doublée atteignant un montant de 1 000 000 000 FCFA. Cette nette amélioration des ressources a permis le financement de projets culturels pour un volume global de 346 793 396 F CFA (2018) soit 630 533 USD et 351 591 232 F CFA en 2019 soit 639 257 USD. Pour la réalisation de la Cité des arts, la Mairie de Bobo-Dioulasso a attribué un terrain de 20 hectares. Une étude de faisabilité a été réalisée en 2017 et des études architecturales sont en cours pour un coût de 100 000 000 F CFA soit 181 818 USD. Après la SNC 2018, le Ministère de la culture, des arts et du tourisme a organisé les Etats généraux de la manifestation qui ont permis de redéfinir le futur voulu pour cette biennale nationale des arts et de la culture. Ce cadre de dialogue autour de la SNC a connu la participation de toutes les fédérations des filières culturelles.
Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO
Domaines culturels
Multi-domaines