Find out more about this innovative practice

En reconnaissance de la double nature des biens et services culturels, l’Équateur a introduit une exemption culturelle et des réserves dans l’accord commercial multipartite avec l’Union européenne avant d’y adhérer, le 1er janvier 2017. Tout en respectant ses engagements envers l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’Équateur a fait exclure le secteur audiovisuel de l’accord commercial. En outre, certaines restrictions à la libéralisation des échanges ont été introduites concernant les secteurs de l’édition et du spectacle.

Le recours aux exemptions culturelles « permet la préservation, pour une période illimitée, du droit de l’Équateur d’intervenir en faveur de la diversité des expressions culturelles, même dans le cadre de l’ouverture des marchés à la concurrence ». Le pays est donc libre d’adopter et de mettre en œuvre des politiques publiques de promotion et de protection des secteurs nationaux de l’audiovisuel, de l’édition et du spectacle.

L’introduction de réserves vise également à « conserver une marge de manœuvre suffisante pour soutenir la culture ». Cependant, « toute politique ou mesure susceptible de porter atteinte au libre échange des biens et services culturels doit être inscrite dans la liste d’exclusions établie à cet effet ». Par exemple, pour préserver sa capacité de réglementation du secteur de l’édition, l’Équateur a introduit une restriction horizontale au titre de laquelle il se réserve le droit d’accorder aux ressortissants de l’UE le même traitement que celui accordé par l’UE aux ressortissants équatoriens dans le secteur de l’édition. En outre, des quotas ont été fixés pour obliger les imprésarios qui engagent des artistes, ensembles musicaux ou orchestres étrangers à produire des artistes nationaux dans le cadre d’un même spectacle, ces derniers devant assurer 60 % des performances artistiques.

Par l’introduction d’une exemption culturelle et de restrictions dans l’accord commercial multipartite signé avec l’UE, l’Équateur promeut les objectifs et principes de la Convention et contribue directement à la mise en œuvre de l’Objectif 2. En réaffirmant son droit souverain d’adopter les politiques et mesures nécessaires à la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le pays garantit la diversité des biens, services et activités culturels qui circulent dans le monde. L’Équateur s’engage également en faveur du développement durable en renforçant la cohérence générale de sa politique commerciale (cible ODD 17.14).

Objectifs clefs de la mesure:

The constitutional and legal provisions governing the service sector in Ecuador preserve the ability to regulate the areas of public policy to promote cultural industries. At the same time, it should be noted that Ecuador has made commitments to the WTO in the sector of "recreational, cultural and sports ', which include the following services: Entertainment, libraries, archives, museums, sports and other recreational services, for modes: 1 (cross border trade), 2 (consumption abroad) and 3 (commercial presence). Regarding to mode 4 (temporary entry of natural persons), Ecuador did not acquire any commitments and is free to apply restrictions to market access and national treatment to protect this sector locally.

In the case of the Multi-Party Trade Agreement with the European Union, Ecuador maintained the commitments made in the WTO for modes 1, 2 and 3. Regarding to cross border trade (modes 1 and 2), in order to safeguard the regulation capacity of the publishing industry, Ecuador has included a horizontal restriction under which it reserves the right to give the EU the same treatment granted by the EU in the publishing sector to Ecuadorian nationals. Concerning mode 3, although commitments are made in entertainment services, it is conditioned that, in the case of contracting foreign artists, musical ensembles or orchestras, they must jointly present in the same spectacle, national artists, in a proportion of 60% of the total artistic program.

In terms of audiovisual services, Ecuador did not acquire any commitments in this sector and is therefore free to adopt public policies for the promotion and protection of audiovisuals. These are included in the List of exemptions of Article II, referring to "Most Favored Nation", which would allow the country, for example, to grant more favorable treatment to certain countries which Ecuador have agreements with. Audiovisual services were not part of the MCA's negotiation with the European Union.

Some of the restrictions that Ecuador reserved the right to apply establish, for example, that any employer with a staff of more than 10 employees should employ Ecuadorians of no less than 90 percent of the ordinary workers and not less than 80 percent of qualified or specialized employees, administrative staff or people holding positions of responsibility.

On the other hand, it is pointed out that Ecuador has not developed a system of preferential treatment so that the population can access cultural events through bonuses or other benefits.

ODD
Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO
Cultural Domain(s)
Multi-domain
Cultural Value Chain
Création
Production
Distribution
Participation