Prise en compte de la culture dans les politiques de développement durable

Where
France
When
2012
Who
Ministère des Affaires étrangères et européennes
Objectifs clefs de la mesure:
  • A l'échelle nationale : intégrer la culture comme partie intégrante du développement durable, dans le cadre des politiques menées au niveau national, régional et local ;
  • A l'échelle internationale : la France reconnaît l’importance de la culture comme facteur de développement durable et intègre la culture comme un élément fondamental de sa politique de solidarité, de coopération et d’aide au développement, à travers son réseau de coopération culturelle et linguistique à l’étranger et grâce à ses opérateurs : agence culturelle (Institut français) ; opérateurs pour l’expertise et la mobilité internationale (France Expertise Internationale, Campus France) ; Canal France International dans le domaine audiovisuel.
Périmètre de la mesure:
Local, Regional, National, International
Principale caractéristique de la mesure:

A l'échelle nationale, la culture est désormais considérée comme un élément essentiel des politiques de développement durable et de nombreux actions sont prises en ce sens, notamment dans le cadre de l'application de l'Agenda 21 : ainsi, le Réseau culture 21 contribue à la promotion des démarches associant culture et développement durable en invitant les collectivités, les professionnels et tous les citoyens à témoigner de leurs expériences et débattre des enjeux. 

A l'échelle internationale, la prise en compte de la culture pour financer l’appui apporté aux pays de la zone de solidarité prioritaire (ZSP) irrigue l'ensemble des actions du réseau de coopération culturelle et linguistique français et de ses opérateurs :

1/ Mise en place de Fonds de solidarité prioritaire (FSP)  : 

  • appui à la structuration et à professionnalisation du secteur culturel : au Mali, par le FSP « Promotion de la diversité culturelle au Mali », doté d’1 M€, de 2007 à 2011 ; 
  • dans le domaine du patrimoine, développement d’un tourisme durable par la mise en valeur de sites culturels et naturels, construction du « local » et aménagement urbain, élaboration de politiques publiques nationales… :  FSP « Préservation et valorisation du patrimoine » dans les Territoires palestiniens (débuté en 2008 et toujours en cours) ;  FSP « Vat Phu Champassak » au Laos, débuté en 2005 et en cours de finalisation ;  FSP « Les Musées au service du développement » mené en Afrique subsaharienne de 2005 à 2011 ;
  • dans le domaine du livre et de la lecture publique, plusieurs projets en faveur de l’émergence ou la consolidation de politiques nationales en faveur de la lecture publique, la formation de personnels aux métiers du livre, la création de centres de documentation professionnelle se sont achevés en 2010 et 2011 :  FSP « Appui au réseau des bibliothèques de lecture publique et au développement d'une politique du livre au Niger » ; FSP « Appui au réseau des bibliothèques de lecture publique au Burkina Faso » ;  FSP « Valorisation de l'écrit en Asie du Sud-est » ; FSP « Lecture publique et édition jeunesse au Liban » ; FSP mobilisateur « Ecrit et accès documentaire au service du développement dans la Zone de solidarité prioritaire » ;
  • dans le domaine audiovisuel, les FSP que sont les plans « Radio Afrique » (2,4 M €) et « Images Archives » (4 M €) contribuent à la professionnalisation des filières audiovisuelles (radios et télévisions) et cinématographiques du Sud et à l’autonomisation des organes médiatiques ;
  • dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui sont un moteur de croissance et d’innovation et un outil privilégié pour la réalisation de chacun des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), l’action du MAEE s’articule autour des axes suivants : développement de l’accès à Internet (aide au déploiement des infrastructures, mise en place de points d’accès à Internet...), aide à la mise en place de cadres réglementaires favorisant le développement d’un marché et du secteur privé, renforcement des compétences (éducation, formation...), développement de contenus et de services.

2/ En 2010 et 2011, des actions mettant à disposition l’ingénierie culturelle française ont été menées dans les différents secteurs de la création artistique, du patrimoine, du livre, des industries culturelles, dans l’ensemble des pays de la Zone de solidarité prioritaire, avec une attention particulière portée aux pays des « Printemps arabes ».

3/ Le Réseau culture 21 contribue à la promotion des démarches associant culture et développement durable.
Il invite les collectivités, les professionnels et tous les citoyens à témoigner de leurs expériences et débattre des enjeux. 

Défis identifiés dans la mise en oeuvre de cette politique / mesure:

L'absence de véritable politique culturelle et le manque d'infrastructures professionnelles dans de nombreux pays de la zone de solidarité prioritaire restent les principaux défis dans la mise en oeuvre et la pleine réussite des programmes de coopération culturelle menés.

Principales conclusions de la mise en oeuvre de la mesure:

Outre les résultats des différents FSP mis en place, qui contribuent à la professionnalisation des acteurs culturels, à la structuration des secteurs culturels ou encore à l'élaboration de politiques culturelles nationales des pays de la ZSP, de nombreuses actions (FIDC, certains programmes européens pour la culture…) soutenues par la France participent à la prise en compte de la dimension culturelle du développement.

Indicateurs utilisés pour déterminer l’impact:
La France ne dispose pas de ce type d’indicateur, qui est difficile à mettre en place du fait de la transversalité des programmes dédiés à la culture. Néanmoins, les fonds de solidarité prioritaire sont soumis à des évaluations pour mesurer leur pertinence et leur efficacité.
Objectif(s) de la Convention 2005 de l'UNESCO
Cultural Domain(s)
Multi-domain
Cultural Value Chain
Création
Production
Distribution
Participation