17. Partnerships for the Goals

ODA Project in Cooperation with UNESCO

a. 2 Contexte de la mesure: 
QUESTIONS TRANSVERSALES ÉMERGENTES: Résolution 5.CP 9b
b. Objectifs clefs de la mesure: 

The objective of the project is to establish a cooperative system with UNESCO

c.1. le périmètre de la mesure: 
Local
Régional
International
c.2. la nature de la mesure: 
législative
institutionnelle
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

First, it sets an agenda of global significance in cooperation with international organizations, including UNESCO. Second, it supports the UNESCO Trust Fund to contribute to the development of culture and creative industries of developing countries in the Asia-Pacific region such as Pakistan and Bangladesh. Third, by supporting the UNESCO Creative Cities Network in Korea, it shares the experience of member cities in Korea and promotes cultural diversity.

e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

The project will help expand the scope of cultural exchange to embrace developing countries, thereby building a partnership for mutual exchanges on equal footing. It will also contribute to cultural development of developing countries by implementing cultural ODA projects based on local demand, while expanding Korea’s role in the international community. Finally, it will boost the country’s image and set a foundation for sustainable cultural exchange.

f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

430,618 dollar (as of 2016)

Preferential treatment

a. 2 Contexte de la mesure: 
TRAITEMENT PRÉFÉRENTIEL
b. Objectifs clefs de la mesure: 

The constitutional and legal provisions governing the service sector in Ecuador preserve the ability to regulate the areas of public policy to promote cultural industries. At the same time, it should be noted that Ecuador has made commitments to the WTO in the sector of "recreational, cultural and sports ', which include the following services: Entertainment, libraries, archives, museums, sports and other recreational services, for modes: 1 (cross border trade), 2 (consumption abroad) and 3 (commercial presence). Regarding to mode 4 (temporary entry of natural persons), Ecuador did not acquire any commitments and is free to apply restrictions to market access and national treatment to protect this sector locally.

In the case of the Multi-Party Trade Agreement with the European Union, Ecuador maintained the commitments made in the WTO for modes 1, 2 and 3. Regarding to cross border trade (modes 1 and 2), in order to safeguard the regulation capacity of the publishing industry, Ecuador has included a horizontal restriction under which it reserves the right to give the EU the same treatment granted by the EU in the publishing sector to Ecuadorian nationals. Concerning mode 3, although commitments are made in entertainment services, it is conditioned that, in the case of contracting foreign artists, musical ensembles or orchestras, they must jointly present in the same spectacle, national artists, in a proportion of 60% of the total artistic program.

In terms of audiovisual services, Ecuador did not acquire any commitments in this sector and is therefore free to adopt public policies for the promotion and protection of audiovisuals. These are included in the List of exemptions of Article II, referring to "Most Favored Nation", which would allow the country, for example, to grant more favorable treatment to certain countries which Ecuador have agreements with. Audiovisual services were not part of the MCA's negotiation with the European Union.

Some of the restrictions that Ecuador reserved the right to apply establish, for example, that any employer with a staff of more than 10 employees should employ Ecuadorians of no less than 90 percent of the ordinary workers and not less than 80 percent of qualified or specialized employees, administrative staff or people holding positions of responsibility.

On the other hand, it is pointed out that Ecuador has not developed a system of preferential treatment so that the population can access cultural events through bonuses or other benefits.

Bureau export de la musique marocaine

a. 2 Contexte de la mesure: 
POLITIQUES CULTURELLES ET MESURES
b. Objectifs clefs de la mesure: 

Le Ministère de la Culture, en partenariat avec la Fondation Hiba et la Fondation OCP a crée le  Bureau export de la musique marocaine (MOMEX) en vue de renforcer les différents maillons de la filière musicale marocaine et contribuer à sa promotion à l’international.

La mise en place de cette nouvelle structure s’inscrit dans le cadre d’une action globale visant à renforcer la création musicale et sa diffusion, raffermir le lien entre la sphère artistique et le monde de l’économie et, de façon générale, renforcer l’industrie musicale marocaine.

Le MOMEX propose un accompagnement qui intervient à chacune des étapes du développement d’un artiste à l’international:

  • Veille de marché et conseils
  • Identification et mise en relation avec des partenaires locaux potentiels
  • Suivi des stratégies sur le terrain
  • Soutien logistique et financier des projets
  • Relais et reporting promotionnel d’un album ou de concerts à l’étranger.

Cet accompagnement permet d’atteindre les objectifs suivants:

  • Participer au développement du secteur de la musique et de ses performances à l’export ;
  • Apporter une visibilité plus large à la diversité et à la qualité du plateau artistique marocain dans les marchés internationaux à travers une meilleure diffusion de l’information et des répertoires musicaux ;
  • Permettre aux artistes marocains de s’exposer et de s’exporter sur les marchés potentiels ;
  • Susciter et soutenir une diffusion régulière des spectacles musicaux des artistes marocains à travers les festivals internationaux et les lieux de diffusion ;
  • Encourager la professionnalisation de la gestion des carrières des artistes à l’international.
c.1. le périmètre de la mesure: 
Local
Régional
National
International
c.2. la nature de la mesure: 
financière
institutionnelle
c.3. La principale caractéristique de la mesure: 

Le Bureau export de la musique (MOMEX), est un organisme de promotion de la création musicale nationale dans les marchés internationaux et constitue une intermédiation entre les artistes marocains, les producteurs internationaux et les plateformes de commercialisation mondiales. Il apporte un appui financier aux projets artistiques.

Les principes fondamentaux de la Convention ont inspiré les initiateurs du projet de création du MOMEX. En effet, la diversité des expressions artistiques musicales, qui puise dans les différents affluents de la culture marocaine: andalou, africain, méditerranéen, hébraïque, sahraoui et autres, mérite d’être mieux connue au niveau national et international.

La création du MOMEX a été impulsée par les constats suivants:

  • Un potentiel important : Une richesse culturelle et une grande diversité musicale
  • Des conditions de création  défavorables (piratage, problèmes de mobilité, Prédominance de l’informel)
  • Une faible présence dans les salons internationaux
  • Une concurrence rude
  • Un potentiel sous-exploité

Un potentiel expatrié (l’absence de structures managériales nationales pour la promotion des artistes marocains à l’étranger entraîne le départ des artistes confirmés au Moyen Orient, en Europe ou aux Etats-Unis)

e. Quels sont les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure? : 

Tous les maillons de la chaine de valeur de la filiale de la musique marocaine seront renforcés. • L’exportation de la musique marocaine sera soutenue : La conquête de niches ou la captation d’une part du vaste marché mondial de la musique permettra de rééquilibrer la balance commerciale musicale et d’augmenter la valeur ajoutée de la culture dans la production nationale ; • Le Maroc sera positionné en tant que hub artistique de part sa position géographique exceptionnelle, sa richesse culturelle et artistique indéniable, et le développement de son industrie musicale, et captera ainsi une partie des marchés africain, méditerranéen et moyen oriental ; • La professionnalisation de la filière sera soutenue : le Bureau d’Export permettra la mise en place d’outils d’accompagnement aux niveaux de la création, de la production, de la promotion et de la commercialisation du produit musical en vue de contribuer à la professionnalisation de la filière musicale ; • Le défi du numérique sera relevé : L’avenir de la musique réside, de l’avis unanime des professionnels, dans le numérique (Téléchargements, streaming et abonnements et sonneries téléphoniques) qui offre une accessibilité partout et pour tous, et qui représente une part de marché croissante au détriment du marché physique de la musique enregistrée. La création du Bureau d’Export jouera un rôle clef dans l’accès des œuvres des artistes marocains à ces nouveaux supports dont les plateformes numériques ouvertes à l’international ; • La diversité des expressions culturelles, notamment de la musique marocaine, sera promue; • La diplomatie culturelle sera renforcée : Le Maroc peut prétendre à un rayonnement international plus important à travers le déploiement des différentes facettes de sa musique. De la sorte, ce secteur participera à promouvoir l’image d’un pays, riche d’une diversité remarquable d’expressions culturelles, et ouvert sur le monde. Le Bureau d’Export servira, en tant que mécanisme d’intermédiation, à renforcer la densité et la qualité de la diplomatie culturelle.

f.2 Ressources financières allouées à la mise en œuvre de la mesure: 

Les trois partenaires (Ministère de la Culture, Fondation HIBA, Fondation OCP) contribueront financièrement au budget du MOMEX.