Atelier sur "L'intelligence artificielle au service des droits humains et des objectifs de développement durable : Promouvoir des approches multi-acteurs, inclusives et ouvertes"

Quand, heure locale: 
Mercredi, 14 Novembre 2018 -
11:20am - 12:50pm
Où: 
France, Paris
Type d’événement: 
Catégorie 7-Séminaire et atelier
Contact: 
Xianhong Hu (x.hu@unesco.org)

La session discutera principalement des raisons pour lesquelles un mécanisme multipartite, inclusif et ouvert est nécessaire pour traiter certaines questions clés relatives à l'intelligence artificielle.

Le développement et l’application des technologies de l’Intelligence Artificielle (IA) vont profondément façonner l’accès de l’humanité à l’information et au savoir, influer sur la communication et la pratique du journalisme. L'IA dispose également d'un potentiel considérable pour favoriser des sociétés du savoir ouvertes et inclusives et promouvoir l'ouverture dans les processus éducatifs et scientifiques, la persistance numérique et la diversité culturelle. Celles-ci peuvent à leur tour contribuer à la réalisation des objectifs de la démocratie, de la paix et du développement durable.

En revanche, l'intelligence artificielle pourrait également exacerber les inégalités et accroître la fracture numérique. L'intelligence artificielle et les processus automatisés, alimentés par les mégadonnées, peuvent également contribuer aux droits humains, notamment à la liberté d'information, à la liberté d'expression et au droit au respect de la vie privée. L'utilisation de l'IA dans la modération de contenu sur Internet sans jugement humain ou procédure régulière peut avoir un impact négatif sur les droits de communiquer, de rechercher et de recevoir des informations, ainsi que sur la responsabilité, la transparence et une sphère publique partagée. Les questions de discrimination fondée sur le sexe et la discrimination raciale sont également intégrées aux systèmes d'IA, avec des effets néfastes. Ces questions éthiques accompagnent des questions sur le fossé technique qui existe déjà entre les pays développés et les pays en développement.

L’UNESCO considère donc qu’il est urgent de mener une réflexion globale, pluraliste, pluridisciplinaire et impliquant de multiples parties prenantes (secteurs public et privé, pays développés et en développement, etc.) sur les normes éthiques et les politiques qui guideront le développement des technologies de l'IA. La session propose d'explorer ces questions et de réfléchir à la manière d'utiliser les technologies liées à l'intelligence artificielle en tant que processus permettant de faire progresser les droits humains, de construire des sociétés du savoir inclusives et d'atteindre les objectifs de développement durable à l'horizon 2030.

La nouvelle publication de l’UNESCO intitulée «Et si nous gouvernions tous l’Internet: faire progresser la participation de plusieurs parties prenantes à la gouvernance de l’Internet» constitue une référence utile sur la manière de renforcer un processus ouvert, inclusif et impliquant de multiples parties prenantes dans la formulation de politiques et de normes relatives à l’IA aux niveaux national et international.

Cette session se tiendra en salle IV, au siège de l'UNESCO à Paris, France.