Débat sur « Les rappeurs face à l'Histoire de l'Afrique »

Quand, heure locale: 
Mercredi, 21 Mars 2018 -
7:00pm - 9:20pm
Où: 
France, Paris
Type d’événement: 
Evénement spécial
Contact: 
Tabué Nguma, t.nguma@unesco.org

Dans le cadre de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (21 mars), l'UNESCO organise un débat avec des acteurs de cultures urbaines en France, à 19h00 dans l'espace culturel La Colonie à Paris, le 21 mars 2018.

L'objectif est d'échanger sur la manière dont ces artistes utilisent leurs arts pour dénoncer les préjugés raciaux, le racisme et les discriminations et comment une meilleure connaissance de l'Histoire de l'Afrique peut les aider en cela.

Programme :

Introduction et mots de bienvenue : Lamine Diagne, Spécialiste de Programme HGA

Participants :

- Rocé, rappeur, auteur de quatre albums depuis 2002, il travaille à proposer une musique intemporelle, lucide et honnête et compose ainsi son propre style. Rocé est également un militant, engagé dans ses textes comme dans la vie. De Archie Shepp à JP Manova en passant par Manu Key, Rocé a collaboré avec des artistes de tous horizons. Il est enfin le fils du résistant et anti-colonialiste Adolfo Kaminsky.

- Shuck One est graffeur/artiste. Son nom est omniprésent sur les lignes stratégiques 2, 9 et 13, ce qui lui vaut le titre de “King of subway”. En 1995, Shuck One passe progressivement du mur à la toile, pour développer une écriture profondément singulière cultivant des références à la dimension culturelle et politique du graffiti. On doit à Shuck One l’invention du « Graffic Artism », un travail sur toile percutant portant en lui une résonance graphique : l’âme du graffiti, rencontre de la spontanéité, de l’esprit vindicatif, des vibrations urbaines et du rythme de la musique contemporaine. Depuis 1994, ses œuvres entrent dans les collections publiques et privées (Fonds National d’Art Contemporain, à la Ville de Strasbourg, au Ministère de l’Outremer, à la Fondation Thétis) et ont rejoint récemment la collection permanente du MEMORIAL ACTe.

- Ryaam, jeune rappeuse, son dernier projet, One Mic #2, est sorti en 2014. Réédité en 2016, il est le fruit de collaborations avec des artistes rap et reggae français, espagnols, allemands. Ryaam a eu l’occasion de le défendre sur scène dans toute la France mais également à l'étranger, notamment lors de concerts de soutien. Dans la continuité du premier volume, sorti en 2011, l'objectif a été de fédérer des artistes issus d’univers et de cultures différents. Elle remporte également différents tremplins. En parallèle, elle participe à deux reprises à Street Embassy, un échange autour du hip-hop rassemblant des artistes de Paris et Berlin. Elle participe en 2014 à la création du collectif Keskiya, regroupant une dizaine de rappeuses et de rappeurs. Le but est de se produire sur scène et d'organiser des concerts, en mêlant hip-hop et engagement. Depuis ses débuts, Ryaam réalise ses projets de manière indépendante. C'est dans cet esprit que se conçoit son prochain EP, sur lequel elle travaille actuellement.

- Binetou Sylla, DJ, Productrice, Directrice du label Syllart Records, et une spécialiste de la musique africaine contemporaine. Fondé par son père en 1981, ce label qui défend le patrimoine musical africain recèle de trésors musicaux du continent africain et de ses diasporas. Également spécialiste de musiques urbaines, elle s’intéresse particulièrement à la relation entre le rap et l’africanité dans des mouvements comme l’Afro trap.