La Commission internationale de l'UNESCO commence sa réflexion sur les futurs de l'éducation - Joignez-vous au débat

International Commission on the futures of education

Le savoir et l’apprentissage sont les meilleures ressources renouvelables de l’humanité. Cependant, nos méthodes actuelles de production de connaissances et de diffusion de l’apprentissage sont-elles à la hauteur des défis du monde contemporain ? Dans quelle mesures ces méthodes nous préparent-elles aux défis de demain – mais aussi à tirer parti des opportunités futures ?

La Commission internationale sur les futurs de l’éducation de l’UNESCO a tenu sa première réunion les 28 et 29 janvier à Paris, pour faire le point sur la situation mondiale de l’éducation de nos jours et ce qu’on peut prédire pour 2050 et au-delà. La Commission s’est également attelée à la tâche complexe d’imaginer les futurs possibles et de commencer à explorer ce qui pourrait être repensé et réinventé dans le paysage de l’éducation.

Dirigée par la Présidente Sahle-Work Zewde de l’Éthiopie et composée de 18 figures intellectuelles dans les domaines de l’éducation, des politiques, de la recherche universitaire, des arts, des sciences et des affaires, la Commission a également insisté sur l’importance cruciale de la participation des individus du monde entier à cette conversation.

« L’UNESCO est unique dans le monde pour sa capacité à rassembler des individus des quatre coins du monde pour s’efforcer ensemble de remédier aux problèmes », a dit la Présidente dans son allocution d’ouverture.

« Les futurs de l’éducation » est le dernier d’une série de rapports mondiaux commandés par l’UNESCO tous les quarts de siècle pour aborder les défis et les opportunités à venir et inspirer le changement.

Comment aborder l’avenir ?

L’un des thèmes principaux de la réunion qui a eu lieu en janvier a été la manière d’aborder l’avenir. Selon les propos de Fernando Reimers, professeur à l’Université Harvard, « un avenir est possible si nous continuons de fonctionner en pilote automatique, mais nous pouvons construire un autre avenir en faisant preuve de volontarisme ».

Pour Badr Jafar, chef d’entreprise des Émirats arabes unis, « il est clair que la technologie n’est pas le moteur du changement. Elle le rend possible ». « Seul le temps dira si nous avons su exploiter le potentiel de la technologie pour améliorer véritablement l’état du monde, de l’humanité et de notre habitat, ou si elle ne nous a servi qu’à exacerber nos failles d’êtres humains », a-t-il ajouté.

La Commission internationale a affirmé qu’il fallait faire preuve de volontarisme pour l’avenir, tout en reconnaissant le caractère fondamentalement imprévisible de ce dernier. Justin Yifu Lin, de l’Université de Pékin, a fait la remarque suivante : « L’avenir est plein d’incertitudes. Il peut être bon ou mauvais. L’éducation est un moyen de nous doter des capacités nécessaires pour relever les défis qui se posent à nous et saisir les occasions d’améliorer les choses ».

Réfléchir à l’avenir n’est pas oublier le présent. La Commission s’est longuement penchée sur les crises politiques, économiques, sociales et éducatives auxquelles nous faisons face aujourd’hui. Serigne Mbaye Thiam, ministre du gouvernement sénégalais, a identifié le principal défi en posant cette question : « Comment réconcilier la nécessité de répondre à des besoins pressants tout en menant une réflexion à plus long terme sur l’avenir ? ».

Contribuer à façonner l’avenir

En amont de sa prochaine réunion qui se tiendra en septembre 2020, la Commission entretiendra un dialogue avec des personnes du monde entier pour mettre à profit leurs idées.

« Nous écouterons les points de vue du monde entier, afin de redéfinir les contours de l’éducation au XXIe siècle », dit la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.C

Contribuez à façonner l’avenir en rejoignant la conversation. Partagez votre point de vue sur ce que devraient être les finalités de l’éducation, en répondant à cette enquête de 2 minutes. Vous pouvez également exprimer vos idées par écrit sur les questions clés qu’il convient de garder à l’esprit pour façonner l’avenir de l’apprentissage. Vous avez aussi la possibilité de soumettre vos dessins, photographies et peintures sur ce à quoi pourraient ressembler l’éducation, l’apprentissage et le savoir en 2050.

N'hésitez pas à explorer davantage les différents aspects de l’initiative de l’UNESCO sur Les futurs de l’éducation et à rejoindre la conversation sur les médias sociaux via le hashtag #FuturesOfEducation.

Contact

Siège de l'UNESCO

7 Place de Fontenoy
75007 Paris, France

Programme de Recherche et Prospective en Éducation

futuresofeducation@unesco.org

Suivez-nous