Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Histoire générale de l'Afrique

A propos du Projet

L’UNESCO a lancé en 1964 l’élaboration de l’Histoire générale de l’Afrique pour remédier à l’ignorance généralisée sur le passé de l’Afrique. Pour relever ce défi qui consistait à reconstruire une histoire de l’Afrique libérée des préjugés raciaux hérités de la traite négrière et de la colonisation et favoriser une perspective africaine, l’UNESCO a fait appel aux plus grands spécialistes africains et internationaux de l’époque. L’élaboration des huit volumes de l’Histoire générale de l’Afrique a mobilisé plus de 230 historiens et autres spécialistes pendant plus de 35 années.

L’Histoire générale de l’Afrique est une œuvre pionnière, à ce jour inégalée dans son ambition de couvrir l’histoire de la totalité du continent africain, depuis l’apparition de l’homme jusqu’au enjeux contemporains auxquels font face les Africains et leurs Diasporas dans le monde. C’est une Histoire qui ne laisse plus dans l’ombre la période précoloniale et qui insère profondément le destin de l’Afrique dans celui de l’humanité en mettant en évidence les relations avec les autres continents et la contribution des cultures africaines au progrès général de l’humanité.

La collection complète est publiée en huit volumes. Les chapitres des différents volumes sont abondamment illustrés de cartes, figures, chiffres et diagrammes et de sélection de photographies en noir et blanc. Les textes sont, pour la plupart, complétement annotés et sont tous complétés par une importante bibliographie et un index.

Ces dernières années, l'UNESCO a entrepris la préparation et la rédaction de trois nouveaux volumes de la HGA (volumes IX, X et XI).

L'Afrique globale : un concept innovant

Jusqu’à présent, l'Afrique et ses Diasporas ont souvent été présentées comme des groupes distincts séparés par des océans qui n’ont eu que des contacts sporadiques durant des brefs moments historiques. Les rédacteurs des nouveaux volumes de l’Histoire générale de l’Afrique ont voulu rompre avec cette perspective binaire et réductrice des relations entre l’Afrique et ses diasporas.

En introduisant le concept d’Afrique globale (Global Africa), le comité scientifique international a souhaité proposer une relecture innovante de ces liens. Ce concept permet en effet de comprendre l’histoire des relations entre Africains et personnes d’ascendance africaine comme un processus articulé et continu, fait de circulation de personnes, de connaissances, de savoir-faire, de productions culturelles et dont la matrice est l’héritage africain.

Ce concept permet de dépasser la question de la race et met l’accent sur la présence multiforme de l’Afrique dans les différentes régions du monde et la diversité de ses influences sur les autres cultures. Ainsi, sur le plan géographique, la présence africaine est envisagée, non plus simplement avec le prisme du monde atlantique (Europe, Amériques et Caraïbes) mais de manière véritablement globalisée avec la prise en compte des diasporas de l’Océan indien, du Proche et Moyen Orient et de l’Asie.  

Sur le plan historique, cette présence est pensée sur le temps long depuis les temps anciens, pour illustrer les différentes vagues de « sorties » de l’Afrique (explorations et expansions africaines hors du continent, déportation massive des Africains dans différentes régions du monde par la traite, déplacements occasionnés par la colonisation, migrations postcoloniales, etc.). Au-delà de son utilité pour rendre compte de cette diversité des trajectoires et de la continuité des relations, le concept d’Afrique globale permet aussi de mieux comprendre les aspirations des nouvelles générations en Afrique et dans la Diaspora pour contribuer à la renaissance africaine et à la construction d’un panafricanisme du XXIe siècle.

 

La collection

Trois nouveaux volumes : IX - X - XI

Afin de mettre à jour et de compléter la collection, l’UNESCO s’est engagée dans l’élaboration de trois nouveaux volumes de l’HGA. Ce travail entend mettre à jour la collection au regard des derniers développements sociaux, politiques, archéologiques, entre autres, survenus sur le continent (Volume IX) ; cartographier et analyser les différentes Diasporas africaines et leurs apports aux sociétés modernes ainsi qu’à l’émancipation et au développement de l’Afrique (Volume X) ; et, contribuer à l’analyse des nouveaux défis auxquels l’Afrique et ses Diasporas sont aujourd’hui confrontés ainsi que les nouvelles opportunités qui s’offrent à elles (Volume XI).

L’élaboration de ces trois nouveaux volumes constitue une production scientifique essentielle de l’UNESCO à une meilleure connaissance de l’histoire et de l’historiographie africaine. A cet égard, elle représente une contribution importante de l’Organisation à la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024) proclamée par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Elle répond également aux initiatives prises par un certain nombre de gouvernements latino-américains et caribéens pour valoriser et promouvoir leurs héritages africains.

Volume XI

Ce volume traite des enjeux contemporains pour l’Afrique et ses Diasporas dans le monde. Il présente ainsi une perspective critique, du point de vue de l’Afrique globale, présentant celle-ci comme un acteur en pleine transformation. La place des femmes, le rôle de la jeunesse, la créativité, la production de la connaissance, le mutations politiques, sont autant de thématiques centrale pour le futur de l’Afrique et de ses Diasporas et qui constituent le cœur même de l’analyse de ce volume.

La première section, forum épistémologique, tente de saisir l’espace élastique dessiné par le concept de l’Afrique globale.

La deuxième section se focalise sur la situation actuelle des Africains mondialisés, sur le continent et au-delà de ses frontières physiques.

La troisième section est centrée sur l'Afrique en mouvement et la manière dont elle prend part dans les enjeux du monde contemporain.

Volume X

Ce volume permet d’observer de manière critique la dynamique des relations entre l’Afrique et ses diasporas, les mouvements entre l’Afrique et le reste du monde, et la manière dont l’Afrique se connecte avec le reste du monde. Il place au centre de sa perspective le concept innovant de l’Afrique globale. Débordant le simple cadre atlantique, les contributions s’appuient sur de nouvelles épistémologies et pratiques historiographiques comme l’étude des biographies pour comprendre, de l’intérieur, l’histoire des Diasporas.

La première section aborde les contextes historiques dans lesquels le concept de race a vu le jour afin de comprendre comment les Africains et les Afro-descendants se perçoivent et se réfèrent à eux-mêmes et aux autres.

La deuxième section, une cartographie de la diaspora africaine, examine trois aspects basés sur la géographie de la diaspora. Où qu’il se trouve, l’esclavage africain a été marqué par la lutte pour la liberté. Cette section décrit également les identités culturelles et la manière dont elles ont été recréées dans les diasporas et les systèmes de connaissances technologiques des Africains.

La dernière section du livre aborde les itinéraires de vie et les biographies des Africains. Ces biographies d'hommes et de femmes constituent certainement la vision la plus humanisée et la plus représentative de la diaspora.

Volume IX

Ce volume a pour objet de faire une mise à jour des connaissances des volumes précédents de l’Histoire générale de l’Afrique au regard des nouvelles évolutions intervenues dans la recherche. Questionnant les pratiques et les postures théoriques de l’écriture de l’histoire de l’Afrique, cette publication ambitionne de redonner un nouveau regard sur le temps long de l’Afrique, en introduisant de nouvelle catégorie comme celui d’Histoire initiale.      

La première section explore les fondements épistémologiques, méthodologiques et théoriques de l'écriture de l'histoire de l'Afrique et des personnes d'ascendance africaine au XXIe siècle.

La deuxième section passe en revue le contenu des huit premiers volumes publiés de l'Histoire générale de l'Afrique.

La troisième section traite de la mise à jour de l'histoire initiale - anciennement connue sous le nom de préhistoire - du continent.

Enfin, la quatrième section explore les nouveaux développements en matière d’études historiques (développements sociaux, économiques et politiques intervenus à l’échelle du continent) au cours des 2000 dernières années.

Volume VIII - L'Afrique depuis 1935

Le dernier volume de la Série des huit premiers volumes de l'Histoire générale de l'Afrique de l'UNESCO étudie la période qui s’étend de 1935 à nos jours. Il retrace l’évolution politique, économique et culturelle du continent à mesure qu’il se libère peu à peu du joug colonial.

Pour l'Afrique, c’est l’année 1935 qui marque le début de la Seconde Guerre mondiale, avec l'invasion de l'Éthiopie par Mussolini. Le conflit mondial domine la première partie de ce volume, qui décrit les conséquences de la crise dans la Corne de l'Afrique, en Afrique du Nord et dans les autres régions sous la domination des puissances européennes. Les trois chapitres suivants traitent des luttes menées à l’échelle du continent pour la souveraineté politique, de 1945 à l'indépendance, du sous-développement et de la lutte pour l'indépendance économique et, enfin, de l'évolution des structures et des valeurs politiques liée à l’édification des États nationaux.

La cinquième partie traite des changements socioculturels intervenus depuis 1935, en ce qui concerne la religion, la littérature, la langue, la philosophie, la science ou encore l'éducation. Les deux dernières parties traitent de l'émergence du panafricanisme et du rôle de l'Afrique indépendante dans les affaires mondiales. Tout en reconnaissant que c’est paradoxalement à l'impérialisme européen que l’on doit l’éveil de la conscience africaine, le volume met en évidence les interactions vitales et de plus en plus étroites entre l'Afrique et le reste du monde.

Volume VII - L'Afrique sous domination coloniale 1880-1935

Le volume VII examine la période de partage, de conquête et d'occupation coloniale depuis le début de la « mainmise européenne sur l'Afrique » jusqu’à l'invasion de l'Éthiopie par l’État fasciste italien en 1935. Tout au long du volume, l’accent est mis sur les réponses apportées par les Africains eux-mêmes au défi du colonialisme.

Les deux premiers chapitres se penchent sur les attitudes des Africains et leur degré de préparation face au phénomène colonial, et sur l’historique des ambitions impériales européennes. Les sept chapitres suivants examinent les initiatives et les réactions africaines face à la partition et à la conquête jusqu'à la Première Guerre mondiale. Une présentation générale est suivie d’analyses plus détaillées région par région.

Les chapitres 13 à 21 étudient l'impact économique et social des systèmes coloniaux en Afrique de 1919 à 1935, le fonctionnement de l'économie coloniale dans les anciennes zones françaises, belges, portugaises et britanniques et en Afrique du Nord, l'émergence de nouvelles structures sociales, l’évolution démographique et enfin le rôle de la religion et des arts en Afrique pendant la période coloniale. La dernière section retrace la croissance des mouvements anticolonialistes, l’affirmation du nationalisme politique africain et l'interaction entre les africains du sud du Sahara et les personnes d’ascendance africaine du « Nouveau Monde ».. Le Libéria et l'Éthiopie font l’objet de chapitres distincts.

Volume VI - L'Afrique au XIXe siècle jusque vers les années 1880

Le volume VI couvre l'histoire de l'Afrique depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la mainmise des puissances coloniales européennes sur le continent à partir de 1880.

En dépit de l’affirmation croissante de la présence commerciale, religieuse et politique européenne pendant cette période, les influences extérieures n’ont pas eu d’impact direct sur la plupart des sociétés africaines, où l’on assiste à une série de tentatives culturellement distinctes de modernisation, d’élargissement et de développement des structures existantes. Deux séquences d’événements déterminantes et qui ne doivent pratiquement rien aux influences étrangères - le Mfecane en Afrique australe, avec ses répercussions en Afrique centrale et orientale, et les mouvements des réformateurs musulmans en Afrique de l'Ouest - figurent en bonne place dans huit des chapitres de ce volume.

Le livre s'ouvre sur quatre chapitres thématiques consacrés aux principales forces à l'œuvre dans la société africaine au début du siècle, à l'évolution du rôle de l'Afrique dans l'économie mondiale, aux nouvelles tendances et processus à l’œuvre et aux conséquences de l'abolition de la traite négrière. Ils sont suivis de vingt-trois chapitres consacrés à l’évolution de la situation dans les différentes régions. En conclusion, deux autres chapitres se penchent sur la diaspora africaine et dressent le bilan du développement politique, économique et culturel du continent à la veille de la conquête européenne.

Volume V - L'Afrique du XVIe au XVIIIe siècle

Le volume V couvre l'histoire de l'Afrique du début du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle.

Deux grands thèmes se dégagent : la poursuite du développement interne des États et des cultures de l'Afrique au cours de cette période, et la participation croissante de l'Afrique au commerce international - avec des conséquences majeures, mais alors imprévisibles pour le reste du monde.

En Afrique du Nord, nous voyons les Ottomans conquérir l'Égypte et établir des régences à Tripoli, Tunis et Alger. Au sud du Sahara, l'effondrement de certaines puissances plus anciennes (Empire songhay, royaumes de l’ouest du Soudan, Éthiopie chrétienne) coïncide avec l’émergence de nouvelles bases de pouvoir (royaumes Ashanti, Dahomey, Sakalava). Des structures politiques et administratives très centralisées se mettent en place, entraînant l’apparition de classes sociales distinctes, et présentant souvent un caractère féodal prononcé. Les religions traditionnelles continuent à coexister avec le christianisme (plutôt en recul) et l'islam (en plein essor).

Le long de la côte, en particulier en Afrique de l’Ouest, les Européens tissent un réseau commercial qui, avec le développement de l'agriculture de plantation du Nouveau Monde, va devenir le centre de la traite négrière internationale. Les conséquences immédiates de ce commerce pour l'Afrique sont analysées, avec notamment l’idée que la traite portait en germe l’actuelle mondialisation de l'économie, avec toutes les inégalités qu’elle comporte.

Volume IV - L'Afrique du XIIe au XVIe siècle

Le volume IV couvre l'histoire de l'Afrique du XIIe au XVIe siècle.

Cette période constitue une période cruciale dans l'histoire du continent au cours de laquelle l'Afrique a développé sa propre culture et où les documents écrits deviennent plus fréquents. Trois grands thèmes caractérisent cette période : l’expansion foudroyante de l'islam, le développement des relations commerciales, des échanges culturels et des contacts humains, et l’essor des royaumes et des empires.

Une première partie consacrée aux Almohades est suivie de chapitres étudiant les différentes civilisations de l'Afrique de l'Ouest - États maliens, Empire songhay, royaumes de la boucle du Niger, du bassin de la Volta et du Tchad, États des Haoussas et populations côtières, de la Casamance à l’actuel Cameroun.

Une deuxième partie (chapitres 15 et suivants) couvrent l’Afrique de l'Est et du Nord-Est, de l'Égypte aux États de la Corne de l'Afrique en passant par la Nubie et l’Éthiopie, et présentent des matériaux sur le développement de la civilisation swahili. L'Afrique centrale fait l’objet de chapitres consacrés à la zone située entre la côte et les Grands Lacs, à la région inter lacustre et aux bassins des fleuves Zambèze et Limpopo. Des chapitres sont également consacrés à l'Afrique équatoriale, à l'Angola, à l'Afrique australe, à Madagascar et aux îles voisines.

Volume III - L'Afrique du VIIe au XIe siècle

Le volume III porte sur l'histoire de l'Afrique du VIIe au XIe siècle.

Cette période couvre deux mouvements appelés à exercer une influence culturelle, politique et économique importante et durable sur l'histoire du continent : l'influence croissante de l'islam, sa diffusion et son interaction avec les cultures traditionnelles de l’Afrique du Nord et de l’Ouest, et l'expansion bantoue au Sud.

L’ouvrage commence par situer l’Afrique dans le contexte de l'histoire du monde à l'aube du VIIe siècle, avant d'examiner l'impact général de la pénétration islamique, l'expansion continue des peuples de langue bantoue et l’essor des civilisations soudaniennes de l'Ouest africain.

Les chapitres suivants étudient les dynasties islamiques successives de l'Afrique du Nord et leur influence, la Nubie chrétienne; les civilisations de la savane, des forêts et de la côte de l'Afrique occidentale; la Corne de l'Afrique, la côte de l'Afrique orientale et l’arrière-pays, l'Afrique centrale, l'Afrique australe, et le développement interne de Madagascar et ses contacts avec l’extérieur. Les trois derniers chapitres traitent de la diaspora africaine en Asie, des relations internationales et de la diffusion des technologies et des idées sur le continent africain, et analysent l'impact global de la période sur l'histoire africaine.

Volume II - Afrique ancienne

Ce volume traite de cette longue période d’environ neuf mille années d'histoire de l’Afrique, allant de la fin du Néolithique, c’est-à-dire vers le VIIIe millénaire avant notre ère, jusqu'au début du VIIe siècle de notre ère, période dominée par l'apogée des anciennes civilisations égyptiennes.

Les différents chapitres traitent des civilisations de grandes zones géographiques, sur le modèle de la recherche historique africaine, à savoir la vallée du Nil, l’Egypte et la Nubie, les hauts plateaux éthiopiens, l’actuel Maghreb et le Sahara, et le reste de l'Afrique et de certaines îles de l'Océan Indien.

La majeure partie du volume II est consacrée à la civilisation de l'Égypte ancienne en raison de sa place éminente aux premiers temps de l'histoire de l'Afrique

Volume I - Méthodologie et préhistoire africaine

Le volume I traite de l’histoire initiale africaine et la méthodologie de l’ouvrage. La première partie du volume examine l'importance accordée par les sociétés africaines à leur passé, et la croissance et l’évolution de l'historiographie africaine, et donne un aperçu général des sources et des techniques.

Elle est suivie d’une description des sources littéraires primaires et des traditions orales et vivantes, ainsi que de l'archéologie de l'Afrique et de ses méthodes. Des chapitres sont consacrés aux aspects linguistiques et les mouvements migratoires, à la géographie historique et à la présentation du cadre chronologique adopté.

La seconde moitié du volume traite spécifiquement de l’apparition de l'homme et de la préhistoire de l'Afrique dans les différentes zones géographiques : Nord, Sud, Est, Ouest et Centre avec une attention particulière pour la vallée du Nil. Des chapitres distincts sont consacrés à l'art préhistorique, aux techniques agricoles et au développement de la métallurgie.