Journée internationale de l'accès universel à l'information

A propos de la Journée

Depuis 2016, l’UNESCO célèbre le 28 septembre comme la « Journée internationale de l'accès universel à l'information » (JIAUI), à la suite de l’adoption d’une résolution (38 C/70) proclamant le 28 septembre comme Journée Internationale de l'Accès Universel à l'Information (JIAUI).

La JIAUI a une pertinence toute particulière dans le contexte du nouvel Agenda 2030 de développement durable, en particulier avec la cible de l’Objectif de Développement Durable (ODD) 16.10, qui appelle à assurer l’accès du public à l’information ainsi que la protection des libertés fondamentales.

L’accès universel est également au cœur du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) des Nations Unies, qui a reconnu l’importance de développer des sociétés du savoir inclusives. L’« accessibilité » est également reconnue comme l’un des quatre principes du modèle ROAM d’universalité de l’Internet de l’UNESCO.

L’accès universel à l’information est lié au droit de chercher et de recevoir de l’information, qui fait lui-même partie intégrante du droit à la liberté d’expression. Ce droit est inclus dans l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans l’Article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Le thème de l’accès était aussi au centre des célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Helsinki. L’évènement mondial organisé par l’UNESCO a permis l’élaboration de la Déclaration Finlandia, qui a notamment marqué l’anniversaire de la première loi sur la liberté de l’information au monde, qui fut adoptée il y a 250 ans dans ce que sont aujourd’hui la Suède et la Finlande. Dès lors, l’adoption de lois sur la liberté de l’information est devenue une tendance mondiale, impliquant plus d’une centaine de pays.

Le Programme international pour le développement de la communication encourage de nombreux projets relatifs à la liberté de l’information, et agit comme un fédérateur pour l’indicateur concerné de l’Objectif de développement durable 16.10.2.

L’UNESCO promeut également l’accès universel à l’information et au savoir grâce au Programme Information pour tous (PIPT), qui aide les Etats Membres à saisir les nouvelles opportunités de l’ère de l’information afin de créer des sociétés équitables par le biais d’un meilleur accès à l’information.

Le Programme Mémoire du monde ainsi que la Recommandation sur la promotion et l’usage du multilinguisme et l’accès universel au cyberespace (2003) de l’UNESCO garantissent que le patrimoine documentaire inestimable du monde appartient à tous, et que le multilinguisme et l’accès universel restent au centre de l’agenda du développement de l’Internet.

Dans ce contexte, l’UNESCO réalise aussi un travail important pour promouvoir la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées garantissant ainsi que l’information aide à inclure pleinement les femmes et les hommes avec des handicaps dans tous les aspects de la vie sociale, politique et économique.

L’importance du droit à l’information est soulignée dans les documents normatifs inspirés par l’UNESCO : la Déclaration de Brisbane de 2010, la Déclaration de Maputo de 2008, la Déclaration de Dakar de 2005 et la Déclaration de New Delhi de 2015.

La JIAUI est le résultat du plaidoyer de la Plateforme africaine pour l’accès à l’information (lien en anglais) et le résultat du travail de FOIAnet. Des efforts visant à créer une gouvernance plus ouverte ont également vu le jour, tel que le partenariat multilatéral Open Government Partnership réunissant 69 pays.

L’UNESCO espère que la célébration du 28 septembre en tant que « Journée internationale de l'accès universel à l'information » permettra à un plus grand nombre de pays d’adopter une législation sur l’accès à l’information, d’élaborer des politiques en faveur du multilinguisme et de la diversité culturelle dans le cyberespace, et de veiller à ce que les femmes et les hommes avec des handicaps soient pleinement insérés dans la société.

Ces étapes renforceront davantage les progrès réalisés en faveur de l’Agenda 2030 de développement durable et ouvriront la voie à la création de sociétés du savoir dans le monde entier.